test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

La rentrée mahoraise préparée dans la difficulté

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Les néo-contractuels font leur rentrée

Au programme pour la première journée, une conférence sur "l’éducation prioritaire et le contexte plurilinguisme", des interventions de professionnels de l'Éducation nationale et des ateliers destinés aux enseignants débutants. Au cours de la deuxième journée, était proposée une conférence intitulée "Connaître le système éducatif et ses attentes, ce que l’Éducation nationale attend des élèves du 21ème siècle, les gestes professionnels et la posture de l’enseignant".

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Crise de l’eau, sécurité, manque d’enseignants, menaces de blocage des écoles par les collectifs mahorais, la rentrée scolaire n’est pas de tout repos pour le recteur de Mayotte, Jacques Mikulovic, et le préfet de Mayotte, Thierry Suquet. Les deux étaient dans les établissements scolaires, ce mercredi, pour rassurer personnel et élèves.

Des cuves dans les écoles sans eau

C’est la grande inconnue de cette rentrée. Les niveaux d’eau des retenues collinaires de Dzoumogné et Combani étant très bas, comment les écoles vont pouvoir fonctionner jusqu’à la saison des pluies ? Au rectorat de Mayotte, on a décidé d’anticiper en installant des cuves dans les établissements scolaires qui ne sont pas sur le chemin de l’eau. Pareil pour les municipalités qui ont la charge des écoles maternelles et primaires. Aux écoles qui connaissent des coupures, « 30.000 gourdes » ont été fournies par le rectorat de Mayotte. Les élèves sont invités à les remplir chez eux ou à l’école, si l’un ou l’autre sont alimentés bien sûr. « Tous les établissements du secondaire sont sur le chemin de l’eau. Il n’y aura pas, dans la mesure du possible, de coupures », indique le recteur de Mayotte, Jacques Mikulovic, en marge d’un déplacement avec le préfet de Mayotte au collège de Tsingoni. Ce mercredi matin, après la visite d’une école primaire de Tsingoni, celle du collège aux 1.450 élèves n’est pas anodine, puisque celui-ci expérimente une nouvelle pédagogie comprenant un enseignement renforcé du français et des mathématiques.

68 désistements de professeurs

Malgré 140 postes d’enseignants créés pour cette nouvelle rentrée, le rectorat de Mayotte était plutôt satisfait puisqu’il lui manquait que 25 postes vacants. « On a su qu’on a 68 désistements, vendredi dernier », fulmine le recteur. Interpellé par CGT Éduc’Mayotte, celui qui supervise pour la première fois la rentrée mahoraise admet des difficultés. « On ne peut pas se contenter de ça. » La veille, face aux autres syndicats, il espérait une union sacrée autour de cette rentrée qui ne manque pas de difficultés.

Un cinquième escadron en renfort

L’aspect sécuritaire n’est pas non plus oublié avec le retour des enfants dans les établissements. Un cinquième escadron de gendarmes mobiles (72 hommes) est arrivé sur l’île, ce week-end. Il restera à Mayotte « jusqu’aux vacances d’octobre », prévient le préfet. A sa gauche, le nouveau commandant de la gendarmerie de Mayotte supervise un important dispositif qu’il veut « mobile » pour cette retour en classe afin d’éviter un quelconque conflit. « On a une grosse présence sur le terrain », fait remarquer le général Lucien Barth. Au lycée de Kahani, l’ambiance paraissait paisible sur le hub, ce mercredi, avec il est vrai une jauge de 2.300 élèves qui n’est pas encore remplie pour cette première matinée. Eux aussi inquiets, souvent la cible de caillassages, les chauffeurs de bus ont rencontré le préfet, mardi, rapporte le préfet. « Les risques à Mayotte sont réels. On met des moyens sur les points durs, des moyens dynamiques pour lever les barrages et être en capacité d’intervenir. On veut maintenir avec les chauffeurs une relation en permanence pour adapter l’action des forces de l’ordre », précise Thierry Suquet. Il cite le lycée de Dzoumogné qui a pu rouvrir en mars après une semaine de fermeture. « L’exemple un peu moins pertinent, c’est le lycée du Nord qui a été fermé un moment. »

« L’île a besoin de continuer à vivre »

C’était l’un des points abordés par les collectifs mahorais, mardi, avec le préfet de Mayotte. Ils souhaitent, outre la fin du visa territorialisé, que l’effectif des classes soit limité à « 25 élèves » et que les inscriptions soient soumises à un plus grand contrôle. Au rectorat de Mayotte, comme les maires la veille, on rappelle qu’il s’agit d’une obligation légale. « Aujourd’hui, ils bloquent la préfecture de Mayotte. On essaye de dégager dans leurs revendications ce qui peut avancer, ce qui relève du national ou du local. Il y a certaines choses qui peuvent avoir leur place dans une loi Mayotte ou une loi immigration », répond le préfet de Mayotte.

« L’île a besoin de continuer à vivre. On a monté ensemble beaucoup de choses. Ce qu’on doit continuer à faire, c’est porter la voix des Mahorais tout en permettant à l’île de vivre tous les jours », appelle-t-il de ses vœux.

Un Wuambushu davantage judiciarisé

Outre un cinquième escadron de gendarmes mobiles, « il y a un renforcement des capacités de police judiciaire tant à la gendarmerie que dans le police », annonce le préfet de Mayotte, qui a profité de son passage au lycée de Kahani pour faire le point sur l’après-Wuambushu. Sans préciser combien, ces renforts travailleront sur le démantèlement des filières d’immigration clandestine et de travail informel. « Ce n’est pas une question de volume, c’est une question de compétences spécifiques. Pour lutter contre l’économie souterraine, il faut des spécificités », précise le général Lucien Barth, qui évoque « une task force de quinze personnes ». Côté opérations de décasage, Thierry Suquet promet que d’autres sont d’ores et déjà prévues.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

Coupure d’eau ce dimanche 14 juillet pour les travaux du Caribus

Pour permettre la réalisation de travaux dans le cadre du Caribus, la Société mahoraise des eaux (SMAE) annonce la nécessité de procéder à une...

Les maires reprennent la main sur la Cadema

En élisant Moudjibou Saïdi et Ambdilwahedou Soumaïla en tant que président et premier vice-président de la communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou, les élus communautaires tirent...

« Un lieu d’accueil pour écouter le malade et sa famille »

L’esprit était à la fête, ce jeudi 11 juillet, au centre hospitalier de Mayotte (CHM), une partie des équipes fêtait l’inauguration du Bureau des...

A Passamaïnty, l’excellence synonyme de nouveau complexe sportif

Un grand projet d’aménagement est prévu pour le village de Passamaïnty, situé dans la commune de Mamoudzou. Ce dernier vise à créer un complexe...

Les nouveaux infirmiers célèbrent leurs diplômes dans la joie

On peut croire à un manzaraka, il s’agit en réalité de la cérémonie de remise des diplômes des infirmières et infirmiers. L’Institut des études...