Impliquer les parents pour ne pas sanctionner les mineurs non accompagnés

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Pas de rentrée avant août à Mayotte pour la CGT Éduc’action

Suite au plan de déconfinement présenté par le premier ministre ce mardi, la CGT Éduc’action a décidé de taper du poing sur la table pour que la rentrée mahoraise ne se calque pas sur les modèles métropolitains. Celle-ci est en effet jugée, au regard des moyens comme de l’avancée épidémique tout simplement inenvisageable avant fin août.

Vendredi dernier, le maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soulaïmana, a pris un arrêté stipulant que les élèves de primaire et les collégiens de la ville chef-lieu devaient être accompagnés par un parent ou un tuteur légal à son établissement scolaire ou son transport. Si le recteur salue l’idée de sensibiliser la présence d’adultes, il rappelle que l’Éducation nationale ne peut refuser un enfant qui se présente seul.

L’annonce a eu l’effet d’une bombe… Vendredi dernier, la municipalité de Mamoudzou décide de prendre un arrêté inédit en réponse aux récents événements de violence aux abords et sur le trajet des établissements scolaires. Celui-ci stipule que « tout mineur scolarisé à l’école primaire devra être obligatoirement accompagné par un parent, un tuteur légal ou un accompagnant majeur afin d’y être accueilli ». Et vice-versa sur le chemin du retour. Une mesure forte qui s’applique à partir de ce jeudi 22 avril. « C’est une démarche définitive, elle n’a pas lieu d’avoir une date de fin », persiste et signe Ambdilwahedou Soumaïla, le premier magistrat, au vu de la « situation tendue ».

En accord avec le rectorat, le Département et la police nationale, ce dispositif concerne également les collégiens de la ville chef-lieu. Avec en plus, une petite particularité pour ceux qui empruntent les transports scolaires. « Nous demandons aux parents d’apporter leur pierre à l’édifice et de les accompagner sur le trajet domicile-arrêt de bus. Il nous paraît compliqué de les laisser se balader seuls. » Et en cas de manquement à la règle, « ils seront refoulés par un médiateur lors de la montée dans le bus ».

« Nous ne pouvons pas refuser un élève »

Si le recteur, Gilles Halbout, dit se réjouir « d’avoir un élu volontariste, qui pose la question du rôle des parents », il relate quelques fondamentaux de l’Éducation nationale. Notamment par rapport aux sanctions proférées par Ambdilwahedou Soumaïla. « Nous ne pouvons pas refuser un élève qui se présente seul devant son école », insiste le responsable de l’académie de Mayotte. « Ce serait presque dangereux de les renvoyer chez eux. »

Peu importe, l’édile de la commune semble déterminé par rapport à sa ligne de conduite. « L’enfant ne sera pas admis ! [Et] nous saisirons les tribunaux pour manquement à l’autorité parentale », maugrée-t-il, avant de citer l’article 371-1 du code civil pour sa défense. Suffisant pour en faire un geste « naturel » ? Cela risque surtout de rajouter de l’huile sur le feu… « Nous demandons juste que tout le monde s’implique, nous ne voulons pas les contraindre. »

 

Police municipale, vidéoprotection et éclairage public

 

Tout un discours qui s’oriente naturellement vers un chemin plus politisé. « Nous, à la ville, nous avons 66 caméras. Nous allons en financer 120 supplémentaires. Nous avons 36 policiers municipaux, nous allons en recruter huit de plus cette année pour arriver à 70 d’ici la fin de mandature. » Des investissements qui complètent l’ouverture annexe de polices municipales à Passamaïnty et à Kawéni à la rentrée prochaine « pour être au plus proche de la population ». Sans oublier les financements pour l’éclairage public, à savoir dix millions d’euros cette année, auxquelles s’ajoutent 13 autres millions « pour les autres coins ».

De quoi convaincre à demi-mot le recteur, qui rappelle que « les maires ont déjà bien d’autres responsabilités à occuper, comme la construction des écoles mais aussi la gestion du périscolaire et de la restauration ». En d’autres termes, cet arrêté symbolise surtout que les uns et les autres doivent rester à leur place… Mais ce n’est ni plus ni moins le lot d’un département récent, en plein développement, dans lequel chacun doit encore apprendre à délimiter ses compétences.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°955

Le journal des jeunes

À la Une

Loi Mayotte : Les motifs impérieux s’invitent dans les débats, portés par un groupe de médecins du CHM

En pleine audience du préfet pour la consultation sur la loi programme, des personnels soignants ont décidé d'interpeller le représentant de l’État au sujet...

Réouverture des salles de sport à Mayotte : une bouffée d’oxygène après trois mois sous tension

Après trois longs mois de fermeture, les salles de sport de Mayotte peuvent à nouveau accueillir du public depuis ce lundi. Malgré les difficultés...

Ramlati Ali : « Le gouvernement n’a pas découragé Air France, la discussion est en cours »

Piste longue, non-venue d'Air France, campus connecté, grève des sages-femmes. Au cours de la dernière semaine, la député de la majorité, Ramlati Ali, a...

Le CNAM et le rectorat de Mayotte s’allient pour la formation professionnelle

Le conservatoire national des arts et des métiers et le rectorat de Mayotte viennent de signer un accord cadre pour mutualiser leurs réseaux afin...

Tortues : deux braconniers condamnés à 18 mois de prison ferme par la chambre d’appel de Mamoudzou

Ce jeudi 6 mai avait lieu le procès en appel de deux braconniers de tortues interpellés au mois de février en Petite-Terre. Résultat ?...