100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Grève de l’Éducation nationale : 87 écoles fermées

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Pas de rentrée avant août à Mayotte pour la CGT Éduc’action

Suite au plan de déconfinement présenté par le premier ministre ce mardi, la CGT Éduc’action a décidé de taper du poing sur la table pour que la rentrée mahoraise ne se calque pas sur les modèles métropolitains. Celle-ci est en effet jugée, au regard des moyens comme de l’avancée épidémique tout simplement inenvisageable avant fin août.

Jeudi 13 janvier 2022, les syndicats avaient appelé à la grève des professionnels de l’Éducation nationale sur l’ensemble du territoire français. Dans le 101ème département, le SNUipp-FSU Mayotte et la FSU Mayotte ont été reçus par le recteur, Gilles Halbout, le jour-même en fin de matinée.

“Une grève suivie par plus de 55% des collègues du 1er degré et avec au moins 87 écoles fermées.” Voilà ce qu’annonçait jeudi soir le syndicat SNUipp-FSU Mayotte. Alors que les élèves n’ont repris le chemin de l’école que depuis lundi, pour certains les revendications vont bon train. En début de semaine le recteur annonçait les nouvelles mesures mises en place afin de jongler entre maintien du service public d’éducation et crise sanitaire. Pour répondre aux besoins spécifiques du territoire, l’académie inaugurait en lien avec l’agence régionale de santé (ARS) des lieux dédiés au dépistage au sein même de certains établissements scolaires. “À Mayotte, plus qu’ailleurs, pour les élèves comme pour les personnels, l’accès aux tests peut s’avérer compliqué. C’est pourquoi nous souhaitons offrir à chacun la possibilité de se faire dépister et ainsi garantir la sécurité de tous”, expliquait le recteur, Gilles Halbout.

Covid et classes vides

Si pour certains professeurs mahorais la grève, à quelques jours de la reprise des cours, ne méritait pas d’être suivie pour d’autres, il était important de se faire entendre. “Faire respecter les gestes barrières alors qu’il y a des coupures d’eau… Comment voulez-vous ?”, témoigne Alice*, professeur dans le second degré. “Nous devrions avoir du gel hydroalcoolique dans toutes les classes et au lieu de cela, nous passons notre temps à courir après des kits distribués dans les administrations”, s’indigne t-elle. Des problèmes d’organisations qui compliquent le travail des personnels déjà peu nombreux, car pour une grande partie malade du coronavirus. Par ailleurs, afin de clarifier la situation, le recteur, a annoncé qu’au-delà de “20% de cas positifs dans une classe”, celle-ci sera considérée comme un cluster et donc fermée.

Un travail “au jour le jour”

Comme il l’avait annoncé précédemment, le rectorat travaille “au jour le jour” avec les moyens du bord. Si le recrutement de personnel afin de remplacer les agents testés positifs a bien été mis en place, les candidats manquent à l’appel. La réunion avec les syndicats a permis de confirmer que les autorisations spéciales d’absences peuvent être accordées aux personnels fragiles. Les difficultés matérielles de manque de savon liquide ou de solution hydroalcoolique, l’absence de nettoyage et de désinfection, continueront quant à elles à être gérées au cas par cas en lien avec les mairies de l’île. Enfin, concernant les désormais célèbres masques FFP2, la solution est claire… “Nous ne souhaitons pas créer une surenchère dramatique et imposer le port systématique du masque dans les établissements scolaires. Les personnels à risques ou qui le souhaitent pourront recevoir ces masques”, a affirmé le recteur. De quoi calmer la grogne des professeurs, las de l’ingérence du ministre de l’Éducation national, Jean-Michel Blanquer…

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

« On ne pouvait plus laisser pourrir les livres »

Les propriétaires d’une maison de la rue Pasky à Mamoudzou veulent récupérer leur rez-de-chaussée, abandonné depuis trois ans par l’association des parents d’élèves du...

Au gymnase de Cavani, 20% des 250 tests quotidiens sont positifs

Si la légère baisse des indicateurs épidémiologiques entre le 5 et le 11 janvier laisse présager une circulation moins active du virus, la course...

À Koungou, un week-end de violences qui laisse des traces

Parties d’une simple embrouille entre jeunes de Koungou, les violences de samedi, dimanche et lundi matin ont laissé place à un climat pesant sur...

Yann Le Bris, procureur de la République : « Une problématique générale d’ordre public »

Si les investigations se poursuivent dans l’espoir d’interpeller les fauteurs de trouble à l’origine du week-end agité sur Koungou et Majicavo, le procureur de...

Plus de 30 millions d’euros pour construire la cité administrative régionale

Commandé sous l'ancienne mandature, le projet de cité administrative régionale sur le site du conseil départemental est bel et bien sur les rails. Les...