100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Deux lycéens mahorais admis à Sciences Po, un espoir pour la jeunesse

À lire également

Ces mahorais qui quittent l’île aux parfums pour se construire une carrière

Asma* vit à Paris. Originaire de Mamoudzou, la Mahoraise de 28 ans affirme aujourd’hui ne pas regretter un instant avoir quitté le 101ème département...

CUFR : la laïcité à l’honneur avec le DU Valeurs de la République et Religions

Samedi 11 juin 2021, 29 étudiants de la promotion 2020-2021 se sont vu remettre leur diplôme universitaire Valeurs de la République et Religions. L’occasion...

Docteure en pharmacie : le parcours de Limouandjilati Ymamou donne de l’espoir à Mayotte

À 26 ans, Limouandjilati Ymamou vient d’obtenir son doctorat en pharmacie. Le parcours n’a pas été de tout repos pour cette jeune mahoraise originaire...

Inauguré, le campus connecté d’Hajangua n’attend plus que ses étudiants

Mardi 21 septembre, le président de la communauté d’agglomération Dembéni-Mamoudzou, Rachadi Saïndou, a inauguré le tout nouveau campus connecté d'Hajangua. L’objectif ? Permettre aux...

La fin de l’année scolaire approche et une grande partie des élèves de terminale savent désormais vers quelles études supérieures ils vont s’orienter. Cette année, deux jeunes mahorais font partie des heureux et rares lycéens admis à Sciences Po. Farouk Kourati du lycée des Lumières et Oumaya Abdallah du lycée Younoussa Bamana se préparent à entrer dans un monde qu’ils n’imaginaient même pas il y a encore quelques mois.

deux-lyceens-mahorais-admis-sciences-po-espoir-jeunesseFarouk Kourati se souvient exactement du jour et de l’heure à laquelle il a reçu la bonne nouvelle. Sciences Po, il en rêvait. Il a tenté sa chance sans jamais songer à faire partie des heureux élus. Alors, lorsqu’il reçoit la notification de Parcoursup le 2 juin à 6h du matin, il a du mal à réaliser. « J’étais content, mais dans un premier temps, je ne me rendais pas compte de l’ampleur que cela représentait. Je l’ai annoncé à mes parents qui étaient très contents aussi. Quand je suis arrivé au lycée, j’ai reçu les félicitations des proviseurs et des professeurs. C’est en voyant leurs réactions que j’ai compris qu’il s’agissait d’une nouvelle importante pour moi-même, mais aussi pour mon établissement et Mayotte », raconte le jeune homme, encore nostalgique.

Sciences Po était son premier vœu sur Parcoursup, mais Farouk Kourati s’était déjà préparé à ne pas être admis. « J’avais en tête que l’échec faisait partie du jeu et j’envisageais aussi d’aller en prépa. Pour moi, Sciences Po n’était pas une fin en soi, mais plutôt un moyen d’atteindre mes objectifs », précise le lycéen, qui va poursuivre ses études à Reims. Par la suite, le jeune homme a pour ambition de passer les concours de la haute fonction publique. D’ailleurs, il s’y prépare depuis son année de première en ayant choisi des spécialités orientées vers les sciences politiques et la géopolitique. Farouk Kourati est conscient de tout le travail qui l’attend, mais il se dit motivé et il est même prêt à sacrifier ses loisirs durant ses études pour y arriver.

deux-lyceens-mahorais-admis-sciences-po-espoir-jeunesseL’élève du lycée des Lumières n’est pas le seul Mahorais à avoir été accepté à Sciences Po pour la prochaine rentrée scolaire. Scolarisée au lycée Younoussa Bamana, Oumaya Abdallah fait également la fierté de ses professeurs et de sa famille. Ce sont eux qui l’ont poussée à passer les concours pour la prestigieuse école. « J’avais énormément de doutes parce que je savais que pour être admis à Sciences Po, il fallait d’excellentes notes, et moi je suis autour de 16-17 de moyenne », avoue-t-elle. Malgré ses doutes, la jeune fille réussit la phase d’admissibilité et s’envole pour l’île de La Réunion afin de passer son oral. « J’étais la seule Mahoraise et j’avais peur de ne pas être prise. Je me disais que ma candidature serait moins intéressante », raconte-t-elle. Ce ne fut pas le cas puisqu’elle passe toutes les étapes avec succès. Aujourd’hui, Oumaya Abdallah n’a plus de doutes et voit encore plus grand. « J’envisage d’intégrer l’Ena par la suite ou faire un master en affaires internationales ou relations internationales pour travailler dans le milieu de la diplomatie », espère celle qui va prendre la direction de Bordeaux dans un premier temps.

 

Des rêves et de grandes ambitions pour Mayotte

 

Les deux élèves sont conscients de tout l’engouement autour d’eux. Ils représentent l’espoir d’une jeunesse qui contribuera au développement du département et prennent déjà leur mission à cœur. « Je suis engagée dans la vie associative depuis le collège. Je suis membre d’une association sportive et éducative à Doujani et je fais aussi partie du jeune club des Naturalistes de Mayotte. J’ai participé au concours des jeunes ambassadeurs de Mayotte, dont je fais désormais partie », précise Oumaya Abdallah, qui compte continuer à faire briller son île natale au-delà de ses frontières. « Je vais parler de Mayotte à travers les associations dans lesquelles je devrai m’engager. Tout ce que je vais acquérir en métropole et à l’étranger me permettra de contribuer au développement de Mayotte », assure la lycéenne pour encore quelques semaines.

Idem pour Farouk Kourati, très engagé dans la vie associative. Ce critère est d’ailleurs une obligation pour être accepté à Sciences Po. Le jeune homme profite de l’occasion pour faire passer un message à la jeunesse du territoire. « Ici, il y a une vision qui nous mène à nous autocensurer parce qu’on nous dit qu’on n’a pas le niveau exigé pour les écoles prestigieuses et on se dit que finalement on ne peut pas. Les adultes nous disent parfois de ne pas nous aventurer dans ces choix parce qu’on va échouer. Ils en font une réalité alors qu’à Mayotte il y a pleins de jeunes talentueux », relate l’adolescent, qui a une vision très lucide sur les clichés attribués à la jeunesse mahoraise. « Rien ne me prédestinait à postuler pour Sciences Po, et pourtant je l’ai fait et j’ai été accepté. Je suis convaincu que les futures générations pourront davantage accéder à ce type d’écoles et aller plus loin que ça. Il faut tenter sa chance et ne jamais douter ! », lance le futur étudiant. Finalement, nos jeunes mahorais ont aussi des têtes bien faites et savent nous faire rêver.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°983

Le journal des jeunes

À la Une

La première Maison de santé mentale de Mayotte ouvre ses portes

À Combani, lundi 24 janvier, l’association Mlezi Maore et le centre hospitalier de Mayotte, soutenus par l’agence régionale de santé, inauguraient la première Maison...

Violences à La Réunion : des Mahorais ont peur de l’amalgame

Les communes réunionnaises de Saint-André, Saint-Denis et Saint-Benoît connaissent une flambée de violences depuis quelques mois. Elles sont le fait de bandes de jeunes...

Le Quartier Gourmand, le restaurant marocain qui réveille les papilles

Vous rêvez d’un bon couscous, d’un tajine ou de pâtisseries maghrébines ? Il n’y a désormais qu’une seule adresse à Mayotte pour satisfaire ces envies....

Bandrélé va refaire son réseau d’eaux pluviales

La commune au sud de Mayotte va bientôt lancer une série de travaux prioritaires pour remettre en état et moderniser son réseau d’eaux pluviales....

Gendarme renversé : le conducteur condamné à quatre ans de prison

Le lundi 17 janvier, un véhicule avec trois personnes à bord a forcé un barrage de gendarmes à Chirongui. Sans titre de séjour ni...