test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Département : les étudiants-infirmiers attendent toujours leurs bourses

À lire également

L’isolement, le fléau des étudiants mahorais

La semaine dernière a été dramatique pour la communauté estudiantine mahoraise. En l’espace de quelques jours, deux étudiants originaires de Mayotte ont été retrouvés...

Deux lycéens mahorais admis à Sciences Po, un espoir pour la jeunesse

La fin de l’année scolaire approche et une grande partie des élèves de terminale savent désormais vers quelles études supérieures ils vont s’orienter. Cette...

Avec ses dix ans d’existence à Mayotte, le CUFR n’a plus rien à envier aux autres universités

Ce mardi 12 octobre, le centre universitaire de formation et de recherche fêtait son dixième anniversaire. Une aventure au cours de laquelle les avancées...

Ces mahorais qui quittent l’île aux parfums pour se construire une carrière

Asma* vit à Paris. Originaire de Mamoudzou, la Mahoraise de 28 ans affirme aujourd’hui ne pas regretter un instant avoir quitté le 101ème département...

Le financement des études en métropole contre l’obligation de travailler ensuite à Mayotte, c’est le deal que signent chaque année le conseil départemental et une partie des étudiants de l’Institut de formation en soins infirmiers de Mayotte. Mais avec un délai trop important pour le premier virement, ces derniers vivent mal les conditions précaires dans lesquelles ils sont plongés. Côté Département, on répond « être assujetti à la règle de l’administration ».

À chaque rentrée de l’Ifsi (Institut de formation en soins infirmiers), 35 élèves rejoignent les salles de classe sur le site du centre hospitalier de Mayotte (lire Flash Infos du mardi 6 septembre). Des dizaines d’autres, faute de places, partent chaque année en métropole dans des Ifsi partenaires. Nîmes (Gard), Grenoble (Isère) ou Quétigny (Côte-d’Or) accueillent par exemple la dernière promotion. Conscient que le manque d’infirmières locales est criant, le Département a mis en place des contrats d’engagements avec « ces expatriés ». Bourses de 900 euros par mois et billets d’avion sont censés être réglés par la collectivité, tandis que les étudiants promettent de revenir travailler au moins neuf ans à Mayotte.

departement-etudiants-infirmiers-attendent-bourses
Warda Bacar, doctorante de l’Université Aix-Marseille et présidente de l’Association des étudiants mahorais dans le monde.

Cet accord « gagnant-gagnant » comporte toutefois un hic. Chaque année, les élèves se plaignent des délais de paiement trop longs, les plongeant vite dans des difficultés financières avec factures et loyers impayés. « On n’a toujours pas nos bourses d’août et septembre. Toutes les promotions ont envoyé des mails. Personne n’a eu de réponses. » L’exaspération de Karima Majani est palpable. Étudiante en deuxième année à l’Ifsi de Nîmes, elle est devenue la porte-parole de ses camarades logés à la même enseigne. « On s’entraide entre nous, des élèves sont obligés de se tourner vers les associations. D’autres n’y vont pas parce qu’ils ont honte », poursuit-elle. « Les assistantes sociales viennent nous voir, mais elles disent qu’elles ne vont pas nous aider dès qu’elles voient notre attestation pour une bourse de 900 euros. » Elle aimerait, en outre, que le Département se porte garant pour les loyers, arguant que c’est difficile de trouver un logement quand les propriétaires ou bailleurs voient les adresses mahoraises des parents d’élèves.

departement-etudiants-infirmiers-attendent-bourses
Alors qu’ils découvrent la vie étudiante loin de chez eux, les jeunes Mahorais sont parfois confrontés à des lettres de relance pour des impayés.

Les comptes bancaires dans le rouge

Warda Bacar, la présidente de l’association des étudiants mahorais dans le monde, connaît bien ce problème. « Les étudiants m’ont envoyé les relances des huissiers, des relevés de compte bancaire dans le rouge. Leurs camarades les aident, les parents donnent ce qu’ils peuvent, mais ils ne peuvent pas tous le faire. Il y a même une étudiante qui m’a demandé de quoi se vêtir pour l’hiver », raconte-elle. Selon Soilihi Mouhktar, à la tête de la direction de l’apprentissage, de la formation professionnelle et de l’insertion, cette situation n’est pas inhabituelle. « On a beau leur expliquer les choses. Il y a un processus à chaque rentrée. Il faut monter le dossier de rémunération, puis il y a une série de validations », explique-t-il. Une attestation de présence est par exemple nécessaire pour vérifier que les étudiants assistent bien aux cours. « On est assujetti à la règle de l’administration », défend-il, avant de prédire un début des paiements « vers le 5 octobre ». Alertant régulièrement « les expatriés » sur ces délais à respecter, il leur préconise ainsi « des provisions de 1.000 ou 1.500 euros » pour les premiers mois.

departement-etudiants-infirmiers-attendent-bourses
Plusieurs étudiants-infirmiers se retrouvent vite dans le rouge à cause du traitement trop long des dossiers.

L’an dernier, face à la gronde et aux retards pris concernant « quelques dossiers », l’employé du Département avait soumis l’idée d’une prime d’installation de 800 euros à la rentrée. Validée par les élus, elle est désormais incluse dans les derniers contrats d’engagement. Cependant, soumise aux mêmes lourdeurs administratives, celle-ci n’est toujours pas arrivée non plus sur le compte des étudiants.

Des billets d’avion souvent à leurs frais

Dans le contrat, le Département s’engage également à payer le premier billet aller vers la métropole, puis celui du retour à la fin des études. « Les étudiants nous donnent des dates, puis on les transmet à un prestataire chargé de trouver ce qu’il y a de plus pratique », relate le directeur de la Dafpi. Dans les faits, deux problèmes se posent toutefois. Le premier concerne de nouveau les délais de traitement des dossiers. Ceux-ci sont trop courts et obligent les étudiants à prendre en urgence des billets par eux-mêmes pour être sur place à la rentrée. « Il y a une promesse de remboursement. Mais à ce jour, il n’y a toujours rien », rappelle Karima Majani.  Et pour le billet retour, c’est un autre souci. L’agence de l’outre-mer pour la mobilité (Ladom), qui gère les voyages de ces étudiants et des fonctionnaires, ne prend pas en charge des dossiers quand les adresses sont en métropole. Un comble pour ces étudiants expatriés en accord avec le conseil départemental.

Une accumulation de problèmes qui amènent les étudiants à réfléchir sur la suite de leur carrière. « Ils parlent entre eux », constate Warda Bacar. Karima Majani, la porte-parole de ces étudiants en galère, hésite notamment à rentrer à Mayotte dans le cadre de son travail. Et cela même s’il faut rembourser ce qu’elle a perçue.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Crise de l’eau : la non-conformité est levée pour Passamaïnty et Bouyouni ce mardi soir

Les contrôles sanitaires sur les unités de distribution d’eau potable de Bouyouni-est et Passamaïnty avaient conclu à une non-conformité de l’eau, il y a...

Élections législatives : Une bataille plus rude au sud avec huit candidats contre quatre au nord

Ils sont finalement douze à s’être inscrits auprès de la préfecture de Mayotte, la semaine dernière, pour se présenter devant les électeurs mahorais, les...

L’art donne vie au futur lycée de Longoni

Prévus jusqu’en 2025, les travaux du futur lycée des métiers du bâtiment de Longoni avancent. Pour marquer le coup, le chantier a ouvert, ce...

Des employeurs prêts à « casser les stéréotypes » sur le handicap

Alors que les entreprises de plus de vingt salariés doivent compter 6 % de travailleurs handicapés, à Mayotte, ce taux est de 0,7 %....

Kawéni 2 remporte “Questions pour une école championne”

Commencée en février, la compétition « Questions pour une école championne » s’est achevée mercredi dernier, avec la victoire d’une des équipes du collège Kawéni 2....