asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Deux enseignants de Doujani veulent emmener leurs élèves au ski !

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Les néo-contractuels font leur rentrée

Au programme pour la première journée, une conférence sur "l’éducation prioritaire et le contexte plurilinguisme", des interventions de professionnels de l'Éducation nationale et des ateliers destinés aux enseignants débutants. Au cours de la deuxième journée, était proposée une conférence intitulée "Connaître le système éducatif et ses attentes, ce que l’Éducation nationale attend des élèves du 21ème siècle, les gestes professionnels et la posture de l’enseignant".

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Mayotte au ski ! Le projet « un peu fou » de l’association sportive du collège de Doujani prend forme. Manon Jouas et Lionel Ussereau, enseignants d’éducation physique et sportive (EPS), comptent bien emmener trente de leurs élèves en classe de neige en début d’année prochaine, en les impliquant pleinement dans la préparation du leur voyage. Les deux profs ont récemment lancé une cagnotte en ligne (voir encadré) pour contribuer au financement du séjour.

Flash Infos : D’où vient l’idée de ce séjour au ski ?

Lionel Ussereau : Nous enseignons à Doujani depuis quatre ans et savons que l’année prochaine sera notre dernière à Mayotte : nous rentrerons en Haute-Savoie, d’où nous sommes originaires. Je me suis dit que ce serait incroyable d’emmener les élèves là-bas, de leur montrer d’où l’on vient, de la même manière que nous avons découvert Mayotte. Une façon de boucler la boucle ! J’en ai parlé à Manon et petit à petit le projet s’est étoffé.

F.I. : Quel est le programme du séjour ?

Manon Jouas : Nous prévoyons dix jours de séjour autour de la culture hivernale et olympique : une semaine au ski sur les traces des Jeux olympiques (JO) d’hiver de 1968 de Grenoble, et deux jours à Paris pour découvrir la capitale qui va accueillir les JO d’été 2024. Au total, sont prévues une dizaine d’heures de ski réparties sur cinq jours, entrecoupées d’autres activités en extérieur  (randonnée en raquette, visite d’une fromagerie, construction d’un igloo, balade nocturne). Tout cela, nous avons réussi à le mettre en forme grâce à notre parrain Jordan Broisin, skieur paralympique de descente, qui communique notre projet auprès de sa communauté.

F.I. : Comment les élèves ont-ils réagi à cette proposition ?

M.J. : On a présenté l’idée avec des pincettes, parce qu’encore aujourd’hui, le séjour n’est pas assuré ! Cela dépendra des financements que nous parviendrons à débloquer. Nous avons donc annoncé aux trente élèves qu’ils étaient présélectionnés pour un projet un peu fou – autant pour nous que pour eux – et que nous allions tout faire pour le mettre en place ! Nous avons été très clairs avec eux pour qu’ils soient conscients des sommes engagées. On a leur a donné les prix des billets d’avion, des séjours… Nous avons été transparents pour ne pas leur donner de faux espoir, et en même temps leur mettre un peu l’eau à la bouche. Aucun d’entre eux n’a déjà vu la neige ! Tous sont évidemment très motivés.

L.U. : Les élèves ont été sélectionnés par leurs professeurs respectifs pour leur comportement et leur volontarisme. Tous se sont distingués par leur motivation, aussi bien en cours d’EPS qu’au sein de l’association sportive du collège.

F.I. : Vous avez tenu à intégrer des élèves en situation de handicap au projet.

M.J. : C’est exact. Le collège de Doujani accueille des élèves sourds et malentendants via le dispositif Ulis (Unité localisée pour l’inclusion scolaire). Parmi eux, un garçon et une fille feront partie du voyage, en lien avec la filière « sport partagé » de l’association sportive.

F.I. : Comment les jeunes sont-ils impliqués dans la préparation de ce séjour ?

L.U. : Lorsqu’on leur a présenté le projet, je leur ai demandé combien – à leur avis – coûte un billet d’avion ? J’ai eu toutes sortes de réponses : deux, dix, 100.000 euros… La plupart n’ont aucune notion de distance, de temps et encore moins d’argent. Nous avons donc trouvé intéressant de travailler là-dessus, en se basant sur ce projet pour leur donner une éducation financière minimum… afin qu’ils aient des armes pour leurs vies futures. Du coup, on s’est dit que nous – professeurs – n’allions pas tout faire et que nous allions bosser en équipe. Nous donnerons des responsabilités aux élèves : ils vont devoir vendre des tickets de tombola pour aider à financer le séjour, s’impliquer dans le choix de l’hébergement… C’est un projet de groupe.

M.J. : Nous attendons d’eux qu’ils soient grands, responsables et autonomes. Qu’à l’issue du séjour, ils puissent se dire : « OK, j’ai compris ce que ça représente d’aller dans l’Hexagone plus tard pour mes études supérieures », ou « je sais de combien j’ai besoin pour faire des courses »…

L.U. : Par ailleurs, tout le travail que nous effectuons autour des JO et de la culture olympique pourra être présenté par les élèves à l’oral du brevet. Nous apportons beaucoup de contenu pédagogique.

F.I. : Comment comptez-vous financer ce séjour ?

L.U. : Nous avons fait une demande de subvention auprès de la Drajes (délégation régionale académique à la jeunesse, à l’engagement et aux sport), dont la commission doit se tenir prochainement. Puisque notre séjour tourne autour de la culture olympique, nous avons également sollicité l’Agence nationale du sport via l’appel à projet Impact 2024. Nous démarchons de potentiels partenaires – publics ou privés. Nous savons aussi que l’établissement pourra accompagner l’association sportive. Enfin, nous avons lancé une cagnotte en ligne pour collecter des dons.

M.J. : Et puis, comme nous l’avons dit, nous avons tenu à impliquer les élèves eux-mêmes dans la levée des fonds. Notre prochain gros projet sera la tombola caritative !

Cagnotte et vidéo : suivez le projet en ligne !

L’association sportive du collège de Doujani communique activement sur le web pour promouvoir son futur voyage. Élèves et professeurs ont produit une vidéo présentant la démarche de leur projet sur la plateforme Youtube. Pour le financer, ils ont également créé une cagnotte solidaire sur le site Onparticipe.fr. Lien à retrouver ici : www.onparticipe.fr/c/NIJU8O0x

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

La circulation dans Mamoudzou perturbée à partir de ce mercredi

La circulation dans Mamoudzou sera perturbée à l’approche de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques, ce vendredi, à l’occasion de laquelle la Ville organise...

La coqueluche continue de progresser sur le territoire

Santé publique France fait le point sur la coqueluche, les infections respiratoires aigües (IRA), la gastro-entérite aigües (GEA) et la dengue à Mayotte. Pour la...

Mamoudzou s’enflamme pour les Jeux Olympiques ce vendredi

La Ville de Mamoudzou organise une fan zone pour la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Paris 2024. Cet événement “Mamoudzou en flamme” aura...

Assemblée nationale : Anchya Bamana et Estelle Youssouffa intègrent leurs commissions permanentes

La députée de la 1ère circonscription de Mayotte nouvellement réélue, Estelle Youssouffa, intègre de nouveau la commission permanente des affaires étrangères de l’Assemblée nationale,...

Les travaux du point de vue d’Handréma ont débuté à Bandraboua

La première pierre du point de vue d’Handréma a été posée ce vendredi 19 juillet. Ces travaux marquent le début d’un programme d’aménagements dans...