Covid-19 : un an de continuité pédagogique, de gestes barrières et de masques à Mayotte

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Pas de rentrée avant août à Mayotte pour la CGT Éduc’action

Suite au plan de déconfinement présenté par le premier ministre ce mardi, la CGT Éduc’action a décidé de taper du poing sur la table pour que la rentrée mahoraise ne se calque pas sur les modèles métropolitains. Celle-ci est en effet jugée, au regard des moyens comme de l’avancée épidémique tout simplement inenvisageable avant fin août.

Il y a un an, toutes les écoles fermaient après l’annonce du confinement par Emmanuel Macron. Et si tous les élèves ont fini par rejoindre leurs classes, c’est dans des conditions particulières que les cours ont pu reprendre. Retour sur une année scolaire masquée.

Tout notre quotidien a changé !”, déclare l’un des agents de la vie scolaire du collège de M’gombani. “On doit se protéger, protéger les enfants mais aussi leurs familles. » L’éducation, comme le reste de la société, a été bousculée par l’arrivée du virus. Après le premier confinement qui avait écarté les élèves des classes pendant deux mois, un nouveau confinement de cinq semaines a à nouveau fait fermer les établissements scolaires. “Le bilan est plutôt positif” selon le recteur, Gilles Halbout. “On était préparé et on a souhaité mettre l’accent sur le maintien du lien avec les élèves, ce qui avait été difficile pendant le premier confinement.

La continuité pédagogique a pu être assurée dans de meilleures conditions pour une grande majorité des élèves, et la fracture numérique réduite.“Ça a été beaucoup mieux dans le sens où on avait l’expérience du premier confinement. Les parents ont pu se débrouiller pour avoir de quoi recevoir les cours, certains ont pu venir les chercher directement dans les écoles”, détaille Zaïnati, institutrice à Doujani. Pour pallier l’absence de cours en présentiel de ces dernières semaines, “cette semaine et la suivante seront des semaines de bilan très orienté remise à niveau”, précise le responsable de l’académie de Mayotte.

 

Retour à l’école

 

Aujourd’hui, les sourires sont cachés derrière les masques, et il est demandé aux élèves de se laver régulièrement les mains. Il est cependant difficile pour l’équipe pédagogique de faire respecter tous les gestes barrières. Si des masques sont distribués chaque jour au collège, certains élèves les portent encore sous le nez. “On en donne tous les jours à ceux qui n’en ont pas. Mais il y en a toujours qui essaient de ne pas les porter”, soupire l’agent de la vie scolaire en faisant signe à un jeune homme de bien le replacer. Une équipe de service civique de la police municipale est aussi présente à la sortie pour s’assurer du respect des gestes barrières. “La distanciation, c’est dur pour les petits, mais c’est pour leur sécurité qu’on est là.

Déjà difficile à faire respecter dans le second degré, le protocole sanitaire l’est d’autant plus dans les écoles primaires. “C’est pas évident pour les enfants de garder le masque toute la journée, puis certains n’ont pas les moyens de le changer tous les jours… Donc ils portent quelque chose qui ne leur sert à rien”, rajoute Zaïnati. Dans sa classe de 15 frimousses, l’enseignante arrive à faire respecter les distances mais pour ses collègues qui ont parfois 24 ou 26 élèves, c’est tout de suite plus compliqué. Selon l’institutrice, il faudra vivre encore un moment avec le Covid, et donc s’y habituer, ou trouver de nouvelles solutions pour se protéger dans les écoles.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo N°951

Le journal des jeunes

À la Une

La nouvelle stratégie de la ville de Mamoudzou pour renforcer sa lutte contre l’insécurité

Ambdilwahedou Soumaïla, le maire de Mamoudzou, Yann Le Bris, le procureur de la République et les représentants de l’État ont officiellement installé le conseil...

Économie bleue à Mayotte : une stratégie et des ambitions à concrétiser pour éviter le coup d’épée dans l’eau

Ce mardi 13 avril se déroulait le comité de pilotage final de restitution de la stratégie de développement de l'économie bleue de Mayotte. Trois...

La Nuit du Doute : une soirée d’attente pour les musulmans de Mayotte

Les deux nuits précédant le ramadan à Mayotte sont toujours particulières. Le début du mois de jeûne étant indiqué par la lune, la date...

“On restera là jusqu’à ce qu’on voie nos noms sur le panneau” : les demandeurs d’asile manifestent devant le tribunal administratif de Mayotte

Alors qu’ils ont formé un recours devant la Cour nationale du droit d’asile (CNDA) depuis de longs mois, des demandeurs d’asile originaires de plusieurs...

Hommage à Miki : élèves et parents demandent plus de sécurité aux abords du lycée du Nord

Élèves, parents, personnels éducatif et administratif, membres du rectorat mais aussi autorités civiles, politiques et religieuses étaient réunis ce lundi à la cité du...