Publicités

Entre les barrages et le retrait des transporteurs, une première semaine agitée pour les épreuves du baccalauréat à Mayotte

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Pas de rentrée avant août à Mayotte pour la CGT Éduc’action

Suite au plan de déconfinement présenté par le premier ministre ce mardi, la CGT Éduc’action a décidé de taper du poing sur la table pour que la rentrée mahoraise ne se calque pas sur les modèles métropolitains. Celle-ci est en effet jugée, au regard des moyens comme de l’avancée épidémique tout simplement inenvisageable avant fin août.

Le mouvement de mobilisation entamé ce lundi à la suite de l’agression mortelle d’un individu samedi à Combani arrive en pleine période d’examen. Mais des solutions émergent au cas par cas, pour permettre aux élèves et aux professeurs de rejoindre leurs établissements.

Blocus, jour 2. Ce mardi matin, les automobilistes sont à nouveau tombés nez à nez avec des barrages, cette fois-ci érigés dans le centre à Combani et Ongojou, mais aussi dans le sud au carrefour Nguzi ou encore à Bouyouni, au nord. “La population du sud s’est réunie par solidarité avec celle de Combani”, explique Safina Soula Abdallah, la représentante du collectif pour la défense des intérêts de Mayotte (CODIM), qui soutient le mouvement. Même son de cloche à Longoni, où les transporteurs scolaires ont eux aussi maintenu leur droit de retrait, malgré une réunion tenue la veille avec le rectorat, la préfecture et le conseil départemental. “Rien n’a abouti et il n’y a pas eu de nouvelle proposition pour améliorer les conditions de travail ou apporter les garanties juridiques et sociales que nous attendons. Les 256 transporteurs ne circulent pas”, confirme Anli Djoumoi (Siaka), délégué Force ouvrière.

Bref, c’est donc dans ce climat tendu que se déroulent les épreuves du baccalauréat depuis lundi. Les oraux de Français ont commencé, tandis que les écrits de Philosophie et les épreuves anticipées de Français se tiennent jeudi. Un contexte difficile pour les élèves et leurs professeurs, déjà éprouvés par une année chamboulée à cause de la crise sanitaire. “Je n’ai même pas pu me rendre au lycée de Chirongui, et aujourd’hui non plus visiblement…”, raconte un enseignant du lycée professionnel, dont les élèves sont censés passer leurs épreuves de Français et d’Histoire-Géographie ce jour et vendredi. Sans parler des élèves en stage depuis lundi. “L’absence de transport en commun et les barrages successifs rendent ces événements incertains… Dans l’attente d’une décision du rectorat, nous faisons ce que nous pouvons. Nous accueillerons les élèves qui pourront venir au lycée comme c’est le cas à Sada aujourd’hui”, poursuit le professeur.

 

Taxis et minibus pour les élèves

 

Mot d’ordre du côté de l’académie : la débrouille et le cas par cas, du moins pour l’instant. “Nous sommes en lien avec les directeurs d’établissement et la consigne donnée, c’est que quelle que soit la formule, nous appuyons les initiatives, nous finançons”, expose le recteur Gilles Halbout. C’est ainsi que des établissements, comme le lycée de Sada, ont obtenu de mobiliser des véhicules pour accompagner les élèves les plus démunis. La ville de Chiconi a mis en place dès ce mardi des minibus au départ de Sohoa, de Chiconi, de Sicotram et de Coconi pour aider les lycéens à passer leurs épreuves du bac. “Nous encourageons les familles qui en ont les moyens de déposer leurs enfants car il s’agit d’une solution alternative qui ne peut se substituer au transport scolaire”, précise la ville sur sa page Facebook. D’après le recteur, une “petite moitié de lycée”, ont eu recours à ces solutions de rafistolage. “Cela pourra se généraliser, en fonction de la demande.

 

Vers l’apaisement ?

 

Pour autant, entre la nouvelle formule du baccalauréat et les ajustements liés au Covid-19, les impacts restent pour l’instant mesurés. En effet, plus de 70% de la note est obtenue cette année via le contrôle continu. Et même sans la pandémie, les épreuves censées être réalisées en présentiel auraient dû avoir lieu en mars. “Il y a eu quelques absences pour les admissibles au concours de proviseur des écoles qui passent leurs oraux en ce moment, et aussi pour les épreuves de Français, où il manquait des professeurs ou des élèves… C’est un peu embêtant mais nous pouvons reprogrammer d’autres dates d’oraux”, assure Gilles Halbout, qui “espère une reprise progressive des transports” et “salue la grande implication des chauffeurs”.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°963

Le journal des jeunes

À la Une

Un avenir incertain pour les taxis de Mayotte

La chambre des métiers et de l’artisanat a tenu un séminaire porté sur l’avenir des taxis à Mayotte ce mercredi. L’occasion de parler des...

À Mayotte, le retour des soirées signe celui du sexisme ordinaire

On dit souvent de Mayotte qu’elle est une société matriarcale. Pourtant, tout comme en métropole, si ce n’est plus, le sexisme est ici aussi...

Balades artistiques et patrimoniales à Mamoudzou

Le projet “Nouveau regard sur ma ville 2021” mis en œuvre par la communauté d'agglomération de Dembéni-Mamoudzou (Cadema) a pour objectif de faire découvrir...

Ces mahorais qui quittent l’île aux parfums pour se construire une carrière

Asma* vit à Paris. Originaire de Mamoudzou, la Mahoraise de 28 ans affirme aujourd’hui ne pas regretter un instant avoir quitté le 101ème département...

Au conseil départemental, “l’opposition constructive” ne lâchera rien

Toujours privés d’hémicycle, les nouveaux élus du conseil départemental étaient réunis ce lundi 19 juillet dans l’Hôtel de ville de Mamoudzou pour une assemblée...