100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Aïcha, Nazla, Samira, Nayla, Soilahoudine et Noël, ambassadeurs des JO 2024

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Pas de rentrée avant août à Mayotte pour la CGT Éduc’action

Suite au plan de déconfinement présenté par le premier ministre ce mardi, la CGT Éduc’action a décidé de taper du poing sur la table pour que la rentrée mahoraise ne se calque pas sur les modèles métropolitains. Celle-ci est en effet jugée, au regard des moyens comme de l’avancée épidémique tout simplement inenvisageable avant fin août.

Du 9 au 17 octobre, six élèves de la classe Pierre de Coubertin-Alice Milliat sont allés enrichir leurs connaissances des Jeux Olympiques à Paris avant de se rendre au challenge Jeunes Officiels à Porticcio en Corse. Une expérience incroyable pour ces jeunes ambassadeurs du sport qui ont pu débriefer de leur séjour avec le recteur, Gilles Halbout.

« On m’a dit que vous aviez vu la médaille d’or de Tony Estanguet ?! » La question du responsable de l’académie, Gilles Halbout, a de quoi étonner. Pourtant, elle est loin d’être anodine au vu de ses interlocuteurs de ce jeudi 25 novembre. Face à lui donc, six élèves de la classe Pierre de Coubertin-Alice Milliat, de retour d’un séjour hors du commun, du 9 au 17 octobre, dans la ville Lumière et en Corse où ils ont pu notamment visiter l’institut national du sport, de l’expertise et de la performance (Insep) et le siège de Paris 2024, mais aussi prendre part au challenge Jeunes Officiels à Porticcio.

« Je ne savais pas que le tennis de table était un sport international », s’esclaffe Nazla, du haut de ses 15 ans, comme pour détendre l’atmosphère.
Handballeuse, l’adolescente garde un souvenir particulièrement mémorable du centre d’entraînement olympique et paralympique, « une terre de champions », où ses camarades et elle ont pu rencontrer Olivier Belloc, le directeur du département performance à la fédération française d’athlétisme. « Nous avons découvert qu’il y avait une école et un internat… Mais ce qui m’a vraiment plu, c’est la cantine, elle était grande ! », lâche-t-elle.

Des « stars » sur l’île de Beauté

Une chance inouïe pour Aïcha, Nazla, Samira, Nayla, Soilahoudine et Noël, en compagnie de leurs trois référents, enseignants d’éducation physique et sportive à Doujani et Majicavo, Lysiane, Manon et Jean-Thomas. Ce voyage inédit s’inscrit dans le cadre d’un dispositif créé en 2018 à l’échelle de chaque académie. Ces regroupements de sportifs triés sur le volet ont pour but de former une cohorte de 1.000 élèves aux valeurs de l’olympisme et à la connaissance de l’institution et de constituer un groupe d’ambassadeurs des JO 2024.

Mais le point d’orgue de cette aventure se trouve à plusieurs centaines de kilomètres de Paris, plus précisément sur l’île de Beauté. Au programme : une croisière dans la baie d’Ajaccio, un trail, une course d’orientation, un beach hand, une demi-journée écocitoyenne sur la plage pour ramasser les déchets, énumère Samira, jeune secouriste dans le cadre de l’UNSS. Et surtout une cérémonie pour récompenser la meilleure présentation des Jeunes Officiels. « Nous avons tourné une vidéo tout en images de 90 secondes à Sakouli pour montrer le rôle de chacun », relate Nayla, qui se souvient avoir improvisé un discours lorsque la délégation mahoraise a reçu le coup de cœur du jury. Un prix amplement mérité selon Jean-Thomas : « Ils ont fait rayonner l’académie, c’étaient des stars, ils ont mis l’ambiance du matin au soir en Corse. »

Fort de cette expérience enrichissante, le petit groupe de privilégiés doit désormais mener sa mission d’ambassadeur à bien. « Nous allons organiser des activités sportives dans nos établissements respectifs et prouver que nous, Mahorais, pouvons atteindre le plus haut niveau », résume Nazla, dont le rêve ultime serait de retourner à Paris en 2024… En attendant, la classe composée de 16 élèves scolarisés aux quatre coins de l’île va participer à une journée cohésion au collège de Chiconi et à Sohoa le 3 décembre prochain, dans le but de préparer la promotion de la semaine olympique qui aura lieu en janvier. Avant peut-être un nouveau déplacement en métropole à l’occasion des Gymnasiades 2022 qui se tiennent du 14 au 22 mai.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

« On ne pouvait plus laisser pourrir les livres »

Les propriétaires d’une maison de la rue Pasky à Mamoudzou veulent récupérer leur rez-de-chaussée, abandonné depuis trois ans par l’association des parents d’élèves du...

Au gymnase de Cavani, 20% des 250 tests quotidiens sont positifs

Si la légère baisse des indicateurs épidémiologiques entre le 5 et le 11 janvier laisse présager une circulation moins active du virus, la course...

À Koungou, un week-end de violences qui laisse des traces

Parties d’une simple embrouille entre jeunes de Koungou, les violences de samedi, dimanche et lundi matin ont laissé place à un climat pesant sur...

Yann Le Bris, procureur de la République : « Une problématique générale d’ordre public »

Si les investigations se poursuivent dans l’espoir d’interpeller les fauteurs de trouble à l’origine du week-end agité sur Koungou et Majicavo, le procureur de...

Plus de 30 millions d’euros pour construire la cité administrative régionale

Commandé sous l'ancienne mandature, le projet de cité administrative régionale sur le site du conseil départemental est bel et bien sur les rails. Les...