Publicités

Urbanisme | Comment rénover Kawéni ?

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Les poissonneries mahoraises ont le bec dans l’eau

À Mayotte, la préfecture a autorisé le maintien des activités de pêche. Une bonne nouvelle pour le secteur, qui se retrouve maintenant confronté à un problème de stockages des produits frais. Les poissonneries et les coopératives sont aujourd’hui les premières à faire les frais du manque de structures adaptées. 

A la fois pouls économique de l’île, bidonville immense et zone importante de scolarisation, Kawéni souffre de saturation, d’insalubrité et d’une croissance aussi rapide qu’anarchique. Afin de repenser entièrement le développement endogène de ce quartier-clé de la ville de Mamoudzou, de nombreux décideurs de l’île, dont l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru), se sont réunis mercredi dernier afin de tracer les grandes lignes du futur Kawéni. 

A Mayotte, un village en particulier concentre tous les enjeux d’une urbanisation non maîtrisée et fulgurante : Kawéni. Cette zone de Mamoudzou présente un tissu économique dense, un réseau routier saturé, le développement d’un bidonville sur ses pentes, une hyperconcentration d’une population très jeune, des établissements scolaires aux volumes conséquents, de l’insalubrité au niveau des habitats et des voiries et de nombreuses zones exposées aux risques naturels. Rénover ce quartier de Mamoudzou se révèle donc extrêmement complexe. D’autant que « les besoins vont au-delà des projets de rénovation urbaine », comme le souligne justement Mohamed Majani, le maire de Mamoudzou, pour qui le village est « sinistré au plan éducatif, social, environnemental et urbain ».  

Ainsi, redonner un nouveau souffle à ce quartier « sinistré » constitue une véritable gageure, à laquelle s’attellent toutefois de nombreux acteurs de l’Ile aux parfums. A ce titre, ils s’étaient réunis mercredi dernier dans le cadre d’un comité de pilotage du nouveau programme national de renouvellement urbain de Kawéni. Objectif de cette concertation : s’accorder sur un projet de rénovation avec une programmation pluriannuelle d’opérations et un plan de financement, afin de débloquer des fonds auprès de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru). Parmi l’aréopage de mercredi : les signataires du protocole de préfiguration à savoir l’Etat, le Conseil départemental, la ville de Mamoudzou, l’Anru ; des acteurs opérationnels : l’organisme Action Logement, la Sim, le Sieam, le vice-rectorat ; des prestataires tel le cabinet d’architecture La Fabrique urbaine ; et, enfin, des représentants de la société civile fédérés au sein du Conseil citoyen de Kawéni, comprenant 49 membres. Car ce réaménagement se fera en concertation avec les populations locales et en s’appuyant sur le dynamisme des associations, ont promis l’ensemble des acteurs engagés dans le projet de rénovation. 

13 fois M’gombani

Cette réunion de mercredi marquait un point d’étape à mi-parcours de la phase d’études qui s’étale sur deux ans et pour laquelle l’Anru a engagé plus de 800 000 euros. Le cabinet La Fabrique urbaine y a donc présenté ses orientations stratégiques pour le nouveau Kawéni : « Ce n’est pas un projet cosmétique de renouvellement urbain mais un projet structurant tenant davantage de l’aménagement du territoire », a précisé un des urbanistes. Valoriser la mangrove en offrant une vitrine maritime et touristique à Kawéni, notamment avec l’aménagement de la pointe Hamaha, mettre en place des « traversées » sur la crête pour délester la RN1, aérer et réaménager des lieux-clés comme la mosquée du vendredi afin de créer des respirations et du lien social, penser des espaces de promenades, de jeux et de commerce, notamment autour de la MJC, sont quelques-unes des pistes qui ont été évoquées lors de ce comité de pilotage. 

La réhabilitation de cette zone de pas moins de 300 hectares – soit 13 fois M’Gombani, quartier qui a lui aussi bénéficié d’un plan de rénovation urbaine – devra s’opérer en parfaite imbrication avec d’autres projets qui lui préexistent tels que la mise en place du réseau de transport collectif urbain, le Caribus, ainsi que les programmes de résorption de l’habitat insalubre (RHI) et de gestion des eaux pluviales de la communauté d’agglomération. L’ensemble des acteurs prenant part au projet de réhabilitation de Kawéni espèrent signer une convention avec l’Anru d’ici mi-2018. 

 

Kawéni en chiffres

Le village de Kawéni est le plus peuplé de la ville de Mamoudzou avec plus de 13 000 habitants recensés (2012) dont 65% ont moins de 25 ans. Il abrite la plus grande zone d’activités économiques de l’île. En effet, il concentre 5000 emplois, même si ces derniers ne sont occupés qu’à 8% par des résidents du village, et 770 entreprises. En outre, 80% des conteneurs du port de Longoni sont dépotés à Kawéni. Ainsi, ce quartier de la ville de Mamoudzou apporte à lui seul 30% de la valeur ajoutée de l’île. Enfin, plusieurs établissements et équipements scolaires y sont implantés, accueillant plus de 10 000 élèves en 2017. 

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°963

Le journal des jeunes

À la Une

Carole Berthod, cheffe de mission océanographique : « Nous avons récolté des échantillons pour 5 à 10 ans d’études ! »

Dans la région, les missions scientifiques se suivent mais ne ressemblent pas. La dernière en date, la campagne océanographique SCRATCH, a sillonnée les eaux...

MaVilleMonShopping, une plateforme pour accroître la visibilité des entreprises mahoraises sur Internet

La plateforme de e-commerce dédiée au commerce de proximité arrive à Mayotte. Un dispositif qui doit permettre d'accélérer et d'accentuer la digitalisation des entreprises...

Sécurisation, communication, renouveau : le fil conducteur du nouveau directeur du SDIS976

Le colonel Olivier Neis, le nouveau directeur du Service départemental d’incendie et de secours de Mayotte, a pris ses fonctions en mars 2021, mais...

Se former à la conduite de travaux à Mayotte, un chantier d’avenir

Depuis le mois de juillet, la première promotion du diplôme d’études universitaires scientifiques et techniques (DEUST), spécialité conduite de travaux en éco-construction, a débuté...

Avec le parc Amina Oili, « Tsoundzou 1 est sur la bonne voie pour évoluer positivement »

Samedi dernier s'est déroulée l'inauguration du parc Amina Oili situé à Tsoundzou 1. Un investissement conséquent de plus de 2.5 millions d'euros pour la...