100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Vatel

Sortir Mayotte du modèle « importation-consommation »

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Les poissonneries mahoraises ont le bec dans l’eau

À Mayotte, la préfecture a autorisé le maintien des activités de pêche. Une bonne nouvelle pour le secteur, qui se retrouve maintenant confronté à un problème de stockages des produits frais. Les poissonneries et les coopératives sont aujourd’hui les premières à faire les frais du manque de structures adaptées. 

L’Institut d’émission des départements d’Outre-mer (Iedom) a dévoilé jeudi sa synthèse annuelle de l’économie mahoraise. Assurément, les mouvements sociaux de 2018 ont laissé leur empreinte sur l’activité des entreprises qui peinent encore à investir.

 

Si la « résilience » de l’économie mahoraise avait déjà été évoquée lors des derniers bilans trimestriels, elle est désormais confirmée à l’échelle de l’année. « L’économie de Mayotte s’est à nouveau inscrite dans une dynamique de reprise« , relève en effet Institut d’émission des départements d’Outre-mer dans sa synthèse de l’économie locale portant sur l’année 2018. Inévitablement, les mouvements sociaux ont paralysé l’activité du premier semestre. La « crise de trésorerie sans précédent » alors traversée par les entreprises aurait, selon l’Iedom, « accentué la dualité entre les petites, fortement fragilisées, et les grandes, mieux armées pour y faire face« .

Depuis, la dynamique de reprise semble toutefois bien amorcée, à en croire la remontée de l’indicateur du climat des affaires, mais la crainte d’une nouvelle crise pèse encore au-dessus des entreprises qui « font preuve de réserve sur l’évolution de l’activité économique à court terme« , décrit la synthèse. Conséquence : les investissements des acteurs locaux manquent, pendant que « le commerce extérieur enregistre une nouvelle hausse des importations« .

La consommation des ménages, quant à elle, reste solide, sous une inflation modérée. L’activité bancaire poursuit sa progression, « avec une demande de financement toujours croissante« , mais la hausse de la collecte, elle, ralentit.

Investir pour la consommation

Ces facteurs entretiennent l’importance de la consommation des ménages mahorais, principal pilier de l’économie locale depuis quelques années, notamment sous l’influence de la croissance démographique (+ 3,8 % par an entre 2012 et 2017). Une dynamique distancée par l’investissement public et privé, qui ne représente que 1,2 % des importations, contre 7,5 % pour les importations liées à la consommation. « Le modèle économique basé sur l’importation-consommation ne peut durablement permettre à l’économie mahoraise de se développer sur des bases stables« , prévient l’Iedom. L’institut estime que l’investissement doit être mobilisé pour établir d’autres relais de croissance, accompagner la consommation « comme moteur de l’activité et de l’emploi« .

Si la synthèse stipule que « la fin de l’année 2017 présentait des signes plutôt favorables pour le secteur privé, avant que le mouvement social ne freine les initiatives« , elle relève également que « 2019 peut être une année de tremplin qui permettrait de lancer l’économie mahoraise vers une voie de croissance pérenne« . Mais pour cela, « la stabilité du climat social, l’accompagnement des porteurs de projets et l’amélioration des délais de paiement sont des éléments indispensables« , conclut l’institut.

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1000

Le journal des jeunes

À la Une

La collaboration entre les différents acteurs de l’éducation prônée aux Assises de la parentalité

Les Assises de la parentalité se sont déroulées du 23 au 25 mai dernier au centre universitaire de formation et de recherche de Dembéni....

Ylang-ylang, une identité mahoraise

En plein cœur de la commune de Tsingoni, Anwar Soumaila Moeva, ouvre chaque semaine les portes de son exploitation au grand public. Jardin mahorais...

Les financements de l’État en Outre-mer : Mayotte, le petit dernier de la classe

La Cour des comptes a publié ce mardi 24 mai un rapport intitulé « Les financements de l’État en Outre-mer ». Dans le document de 109...

Djamaldine Ali : “Entraîner Combani, c’est un beau défi”

Parmi les principaux mouvements de l’intersaison, le coach du champion en titre M’Zouazia a rejoint les Diables noirs de Combani, une équipe qui s’est...

Toutes les informations à connaître sur vos candidats aux élections législatives

Le ministère de l’Intérieur a publié ce mardi 24 mai la liste des candidats officiels enregistrés en préfecture pour le 1er tour des élections...
/* CODE DE SUIVI LINKEDIN----------------------------------------*/