100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

40000 followers sur facebook

« On a du riz destiné à Mayotte bloqué à La Réunion depuis plus d’un an »

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Les poissonneries mahoraises ont le bec dans l’eau

À Mayotte, la préfecture a autorisé le maintien des activités de pêche. Une bonne nouvelle pour le secteur, qui se retrouve maintenant confronté à un problème de stockages des produits frais. Les poissonneries et les coopératives sont aujourd’hui les premières à faire les frais du manque de structures adaptées. 

L’inflation et les pénuries inquiètent les élus locaux. Ce jeudi, le conseil départemental de Mayotte a donc organisé une réunion avec plusieurs acteurs de la grande distribution. Ces derniers évoquent des soucis liés au transport plus qu’à la guerre en Ukraine. Plusieurs pistes ont été abordées comme le gel de l’octroi de mer ou des réunions avec les représentants du port de Longoni.

Face aux gérants d’entreprise de distribution, Ben Issa Ousseni n’a pas promis de miracles, ce jeudi, dans l’une des salles du siège de la collectivité. Le président du conseil départemental de Mayotte a souhaité « connaître la situation car on annonce une pénurie générale à Mayotte de produits de première nécessité, mais aussi de produits du BTP ». Rassuré en partie sur ce point, il déplore que « le gros souci que nous connaissons aujourd’hui est lié à l’inflation, notamment sur la viande, le riz ou l’huile ». La rencontre a été appréciée par ses interlocuteurs, qui n’ont pas hésité à dire ce qu’ils avaient sur le cœur. Les dirigeants d’entreprise comme la Sodifram, Bourbon Distribution Mayotte (qui déteint Jumbo Score) ou Foundi Distribution ont reconnu que l’inflation est déjà visible dans leurs magasins, mais que celle-ci ne date pas de la fin du mois de février et le conflit en Ukraine.

riz-destine-mayotte-bloque-reunion-depuis-un-an
Le président du conseil départemental, Ben Issa Ousseni (au centre) a souhaité rencontrer plusieurs acteurs de la grande distribution afin de trouver comment lutter contre l’inflation.

Pour eux, le problème est davantage lié au transport rendu compliqué par la pandémie mondiale. Les ports mondiaux étant congestionnés, de nombreuses cargaisons restent à quai et le peu de trafic dans le canal de Mozambique entraîne des gros retards d’approvisionnement. « On a du riz destiné à Mayotte bloqué au port de La Réunion depuis plus d’un an », fait remarquer Nassroudine Mlanao, directeur de Sodifram, rappelant « qu’ils subissent aussi l’inflation ». « Aucun armateur ne veut venir à Longoni. Ils ne sont pas intéressés », déplore Safdar Ballou, le patron de l’enseigne du même nom. Ces problèmes entraînent des rayons vides par intermittence dans lessupermarchés.

Objet de leur courroux également, le port de Longoni en a aussi pris pour son grade. Tarifs jugés « trop chers », conteneurs qui peinent à sortir du port, la gestion déléguée à Mayotte Channel Gateway ne fait pas que des heureux. Pour les dirigeants d’entreprise, Longoni est pourtant le seul point d’entrée d’une île qui importe « 95% de ses produits consommés ».

« Des pistes de travail mises en place »

Le président du Département s’est montré prêt à prendre des mesures. « Il y a des pistes de travail qui ont été mises en place », confirme Ben Issa Ousseni. Sur la demande de Safdar Ballou de geler l’octroi de mer, il n’est pas complétement fermé. Il prévient cependant que cette recette fiscale ne rentre pas dans les caisses du Département, mais des communes. Surtout, il espère que les bénéficiaires jouent le jeu, citant en exemple des produits où l’octroi de mer a été diminué sans qu’il y ait des répercussions sur le prix pratiqué par des distributeurs. « Il faut que les consommateurs puissent réellement bénéficier de nos efforts », annonce-t-il, se disant attentif aussi au prix du carburant, un élément très scruté par la population et les distributeurs.

Concernant les tarifs portuaires, le chef du CD confirme qu’il faudra engager des discussions avec les opérateurs, « notamment la délégataire du port ». Il confie aux distributeurs qu’il y a plus de chances que ce soit encore le conseil départemental de Mayotte qui fasse « des concessions ». Des réunions vont être organisées et doivent mettre autour de la table d’autres acteurs du territoire comme Mayotte Channel Gateway et la préfecture de Mayotte.

Enfin, une autre idée a été mise sur la table pour régler les problèmes de transport, la création d’une compagnie de transport maritime propre à la zone géographique. La chambre de commerce et de l’industrie (CCI) de Mayotte a déjà étudié la question et s’y montre très favorable. Selon Mohamed Ali Hamid, le président de la CCI, les Comores ou Madagascar « pourraient être intéressés », ces deux états connaissant également des difficultés à s’approvisionner.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1006

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Développement de Mayotte : « un défaut d’organisation lié à un défaut de collaboration »

Le rapport public thématique de la Cour des comptes et de la chambre régionale des comptes sur les plans de développement pour Mayotte a...

« Je pense que le regard du monde pourrait se tourner vers Mayotte »

Les relations entre l’île de Madagascar et sa voisine mahoraise continuent de se renforcer avec l’organisation des Ateliers de la coopération, ce jeudi. Une...

Yes Ko Green, premier festival éco-responsable à Mayotte

Le premier festival éco-musical gratuit et ouvert à tous est organisé ce samedi 2 juillet de 9h à 19h au M'haju à Bandrélé. Une...

Les séniors à la découverte des archives départementales de Mayotte

Le conseil départemental et le centre communal d’action sociale de Mamoudzou ont organisé ce jeudi 30 juin une visite des archives départementales pour les...

Une fête de fin d’année pour faire parler de l’école primaire Doujani 2

L’école primaire Doujani 2 a organisé une grande fête de fin d’année ce jeudi 30 juin avec l’ensemble de ses élèves. C’est sous un...