Publicités

M. Moussa, directrice de la Cress de Mayotte : “Quand nous faisons des économies, c’est souvent au détriment de l’être humain”

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Les poissonneries mahoraises ont le bec dans l’eau

À Mayotte, la préfecture a autorisé le maintien des activités de pêche. Une bonne nouvelle pour le secteur, qui se retrouve maintenant confronté à un problème de stockages des produits frais. Les poissonneries et les coopératives sont aujourd’hui les premières à faire les frais du manque de structures adaptées. 

Le mois de l’ESS célèbre sa quatrième édition mahoraise. Pour l’occasion, Maymounati Moussa, directrice de la chambre régionale de l’économie sociale et solidaire de Mayotte revient sur les principes de cette façon d’entreprendre, qui permet de développer l’employabilité en même temps que le territoire, et qui se révèle particulièrement efficace en pleine crise sanitaire et économique.

Flash Infos : Comment définiriez-vous l’économie sociale et solidaire ? Quels types de structure peut-elle concerner ?

Maymounati Moussa : C’est d’abord une loi, celle du 31 juillet 2014, qui définit l’ESS comme un mode d’entreprendre et de développement économique adapté à tous les domaines de l’activité humaine, donc à tous les secteurs d’activité. En une phrase, c’est faire de l’argent en tenant compte de l’humain et de l’environnement qui l’entoure. C’est une économie créatrice de richesses et d’emplois mais qui vise surtout à l’intérêt collectif. Nous retrouvons dans l’ESS toutes les typologies d’entreprises : des coopératives, des mutuelles, des fondations, des associations, des structures d’insertion, des sociétés commerciales, etc. La différence est dans la façon d’entreprendre, qui doit respecter des principes éthiques extrêmement forts pour la société, l’environnement ou un territoire. Le but n’est pas uniquement de partager des bénéfices mais de le faire de façon responsable et d’en réserver la plupart pour le maintien ou le développement de l’activité, le tout sous une gouvernance démocratique puisque dans l’ESS, chaque actionnaire a le même poids, qu’il ait investi un ou mille euros dans l’entreprise.

FI : Le mois de l’ESS met aussi en avant l’intérêt de cette façon d’entreprendre face à des crises comme celles que nous traversons actuellement. Quelles solutions l’économie sociale et solidaire peut-elle apporter ?

M. : Pour nous, surtout en ce moment, l’ESS c’est la solution : nous n’avons pas perdu beaucoup d’entreprises du fait de la crise sanitaire et nous n’avons eu aucune vague de licenciements. Tout ce que nous faisons, c’est pour maintenir l’emploi. Depuis le début de l’année, la Chambre régionale de l’économie sociale et solidaire ainsi que ses entrepreneurs ont consolidé ou créé 168 emplois et une centaine d’autres sont en cours, malgré la crise sanitaire et le chômage partiel, parce que nous nous concentrons sur l’humain, quelles que soient les situations. D’ici le 31 décembre prochain, nous devrions donc arriver à 270 emplois créés ou préservés, et qui répondent aux besoins du territoire et de toute sa population. C’est pour cela que ce mois de l’ESS est particulièrement intéressant : il nous permet, à Mayotte et partout ailleurs, de dire aux gens “réveillez vous !”. Quand le Covid-19 est arrivé, Sanofi est revenu au made in France. Ils ont arrêté de chercher la solution la moins chère pour trouver la plus pérenne. Parce que quand nous faisons des économies, c’est souvent au détriment de l’être humain.

FI : Les prochains Jeux Olympiques et Paralympiques, en 2024, devraient mettre l’accent sur des investissements qui profitent à l’ESS, donc à l’économie locale, et pour lesquels Mayotte occupe déjà une place toute particulière…

M. : En effet. Au sein de la Chambre régionale de l’économie sociale et solidaire, nous disposons d’un dispositif, le Fanya Lab, qui est un accélérateur de l’ESS et de l’innovation sociale, et qui accompagne tous les acteurs, même informels, qui voudraient se lancer ou se développer dans l’ESS. Ce dispositif a reçu le label Territoire French Impact, qui permet à Mayotte (premier territoire ultramarin labellisé, ndlr) d’être prioritaire sur une enveloppe de 370 millions d’euros qui, dans le cadre des prochains Jeux Olympiques, permettront de développer des projets qui doivent répondre à trois défis : le zéro déchet, et l’intercommunalité du Sud nous accompagne là-dessus en mettant son territoire à disposition des porteurs de projet, la formalisation des activités non déclarées pour favoriser une meilleure alimentation notamment dans le milieu scolaire et le développement d’un hub de l’ESS à grande échelle, que nous mettons déjà en place actuellement à travers plusieurs clusters dans le monde, comme à Ayuba ou au Groenland !

Retrouvez l’intégralité de cet entretien dans le dernier numéro de Mayotte Hebdo : Economie sociale et solidaire, l’humain avant l’argent. À lire gratuitement sur mayottehebdo.com.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°963

Le journal des jeunes

À la Une

Un avenir incertain pour les taxis de Mayotte

La chambre des métiers et de l’artisanat a tenu un séminaire porté sur l’avenir des taxis à Mayotte ce mercredi. L’occasion de parler des...

À Mayotte, le retour des soirées signe celui du sexisme ordinaire

On dit souvent de Mayotte qu’elle est une société matriarcale. Pourtant, tout comme en métropole, si ce n’est plus, le sexisme est ici aussi...

Balades artistiques et patrimoniales à Mamoudzou

Le projet “Nouveau regard sur ma ville 2021” mis en œuvre par la communauté d'agglomération de Dembéni-Mamoudzou (Cadema) a pour objectif de faire découvrir...

Ces mahorais qui quittent l’île aux parfums pour se construire une carrière

Asma* vit à Paris. Originaire de Mamoudzou, la Mahoraise de 28 ans affirme aujourd’hui ne pas regretter un instant avoir quitté le 101ème département...

Au conseil départemental, “l’opposition constructive” ne lâchera rien

Toujours privés d’hémicycle, les nouveaux élus du conseil départemental étaient réunis ce lundi 19 juillet dans l’Hôtel de ville de Mamoudzou pour une assemblée...