test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Les titres restaurants entrent en vigueur à Mayotte

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Grand mariage / Manzaraka : l’entraide encore privilégiée pour le financement

Le manzaraka, ou grand mariage, est un passage obligatoire pour tout Mahorais souhaitant s'inscrire dans la tradition. Cette cérémonie peut facilement rassembler plus de 300 personnes : colliers de fleurs, mbiwi, mais surtout liasses de billets. Le manzaraka a un coût ! Alors, comment est-il financé ? 

 

Un décret vient d’entrer en vigueur à Mayotte et il installe officiellement les tickets restaurants. Mais dans la réalité, les entreprises ont toujours le choix de donner ou non cet avantage à leurs salariés contrairement à certains secteurs en métropole où les titres restaurants sont obligatoires.

 

Le décret n° 2016-1623 du 29 novembre 2016, publié au Journal officiel du 30 novembre 2016, a pour objet de rendre applicable à Mayotte la réglementation, en vigueur dans l’Hexagone, en Guadeloupe, en Guyane, en Martinique et à La Réunion, relative aux titres-restaurant, en précisant ses modalités de mise en oeuvre à Mayotte. Il prévoit également l’application des titres-restaurant aux volontaires du service civique à Mayotte.

 

Ce texte entre en vigueur le lendemain de sa publication, soit le 1er décembre 2016. Néanmoins, l’application des tickets restaurants reste au bon vouloir de l’employeur.

 

Néanmoins, les titres-restaurant émis à Mayotte ne peuvent être utilisés qu’à Mayotte, à moins qu’ils ne portent de manière très apparente une mention contraire apposée par l’employeur, sous sa responsabilité, au bénéfice exclusif de ceux des salariés qui sont, du fait de leurs fonctions, appelés à des déplacements à longue distance. De même les titres-restaurants émis hors Mayotte ne peuvent être utilisés à Mayotte que s’ils portent de manière apparente une mention l’autorisant, mention apposée par l’employeur sous sa responsabilité, au bénéfice exclusif des salariés qui sont, du fait de leurs fonctions, appelés à se déplacer à Mayotte. C’est la même règle dans d’autres départements d’outremer explique la Dieccte. Qant à la métropole, “on peut utiliser un titre restaurant dans n’importe quel département limitrophe du département dans lequel il a été émis, mais beaucoup de restaurants ne regardent pas le lieu d’émission”, avoue Dominique Ledémé directeur de la Dieccte.

 

Autre spécificité, à Mayotte, les titres restaurants ne sont pas obligatoires pour les employeurs. Ils sont rendus obligatoires uniquement par les conventions collectives suivant les corporations. Cependant, étant donné que ces conventions ne sont pas encore applicables dans le 101ème département, il va falloir attendre le 1er janvier 2018 et l’entrée en vigueur du Code du travail national à Mayotte pour que les conventions elles aussi soient mises en place dans l’île et qu’ainsi les tickets restaurants soient obligatoires suivant ce que les conventions stipulent. En attendant, certaines entreprises mahoraises ont déjà décidé d’appliquer volontairement les titres restaurants. Une fois de plus, le pouvoir de décision reste pour le moment, dans les mains des patrons

 

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Crise de l’eau : la non-conformité est levée pour Passamaïnty et Bouyouni ce mardi soir

Les contrôles sanitaires sur les unités de distribution d’eau potable de Bouyouni-est et Passamaïnty avaient conclu à une non-conformité de l’eau, il y a...

Élections législatives : Une bataille plus rude au sud avec huit candidats contre quatre au nord

Ils sont finalement douze à s’être inscrits auprès de la préfecture de Mayotte, la semaine dernière, pour se présenter devant les électeurs mahorais, les...

L’art donne vie au futur lycée de Longoni

Prévus jusqu’en 2025, les travaux du futur lycée des métiers du bâtiment de Longoni avancent. Pour marquer le coup, le chantier a ouvert, ce...

Des employeurs prêts à « casser les stéréotypes » sur le handicap

Alors que les entreprises de plus de vingt salariés doivent compter 6 % de travailleurs handicapés, à Mayotte, ce taux est de 0,7 %....

Kawéni 2 remporte “Questions pour une école championne”

Commencée en février, la compétition « Questions pour une école championne » s’est achevée mercredi dernier, avec la victoire d’une des équipes du collège Kawéni 2....