asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Job-dating : « Je crois avoir trouvé la pépite ! »

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Grand mariage / Manzaraka : l’entraide encore privilégiée pour le financement

Le manzaraka, ou grand mariage, est un passage obligatoire pour tout Mahorais souhaitant s'inscrire dans la tradition. Cette cérémonie peut facilement rassembler plus de 300 personnes : colliers de fleurs, mbiwi, mais surtout liasses de billets. Le manzaraka a un coût ! Alors, comment est-il financé ? 

 

Ce jeudi 12 janvier, l’Organisation Ingénierie Développement Formation (OIDF) organisait un job-dating dans ses locaux à Cavani : une matinée de rencontre entre diverses structures d’insertion par l’activité économique (SIAE), et la promotion fraîchement certifiée d’encadrants techniques d’insertion (ETI) – une compétence particulièrement recherchée sur le territoire.

De table en table, Justin Plaideau distribue son CV et présente son parcours. Électrotechnicien de métier, le jeune homme vient d’être certifié encadrant technique d’insertion (ETI) au terme de 400 heures de formation à l’Organisation Ingénierie Développement Formation (OIDF). Désormais capable d’assurer – dans son domaine d’expertise – l’encadrement et l’accompagnement professionnel de personnes éloignées du marché du travail, il espère bien décrocher un contrat dans l’une des structures d’insertion par l’activité économique présentes au job-dating organisé ce jeudi 12 janvier dans les locaux de l’OIDF à Cavani.

Un regard circulaire pour évaluer les lieux, quelques pas hésitants… Justin s’assied sur l’une des chaises vacantes. Face à lui, deux représentants du Centre communal d’action sociale de Bandrélé prennent la température. « On finalise la mise en place d’un atelier chantier d’insertion – ACI – pour lequel il ne nous manque plus que l’encadrant technique », explique Islam Hanafi, coordinateur du dispositif. « Il faudra superviser douze agents en insertion sur des travaux de finition : de la plomberie, de l’électricité… ce genre de choses », informe-t-il.  Justin pense avoir les épaules pour le poste. « Théoriquement, on nous a donné des bases solides durant la formation ; et grâce aux stages, je sais que je peux prendre en charge une équipe », assure-t-il.

Au cours de la matinée, tout a été fait pour rassurer les potentiels recruteurs sur les compétences acquises par les jeunes passés par l’OIDF : visite du plateau technique, rappels sur l’exigence de la formation dispensée… « Ça nous rassure de voir que les jeunes ont de l’expérience sur ce sur quoi on les attend », admet le coordinateur. « On se dit qu’on va peut-être tomber sur quelqu’un qui s’y connaît bien. » « On cherche la pépite ! », abonde en souriant sa collègue Ynaya Moussa, la conseillère en insertion professionnelle du CCAS (centre communal d’action sociale).

Un métier « en tension »

A quelques mètres de là, Aress Saïd Ali, le directeur de Msikano, l’a peut-être déjà trouvée. « Une journée comme ça, c’est une aubaine ! », se ravit-il. Le jeune cadre cherche à recruter au moins deux ETI avant la fin de l’année, dans le cadre du déploiement de nouveaux projets. « Mais c’est un métier vraiment en tension. La plupart des postulants qu’on reçoit habituellement n’ont pas été formés pour… Aujourd’hui, les CV sont vraiment excellents ! »

« Il y a un manque criant d’encadrants techniques qualifiés à Mayotte », appuie Anli Said Combo, le référent de la formation ETI, mise en place pour la deuxième fois à l’OIDF. Le responsable a pourtant eu du mal à remplir les bancs de sa promotion. Le directeur général de l’organisme, Cédric Lelaidier renseigne : « La demande est là ; les emplois sont là ; les aides et les financeurs sont là… Mais d’une part, on a des difficultés à trouver des jeunes avec une situation administrative qui leur permette d’entrer en formation. D’autre part, Pôle emploi et les missions locales considèrent ETI comme un métier à part entière, alors que c’est une compétence supplémentaire qui s’ajoute à un métier de base [..] et donc nous envoient des jeunes qui n’ont pas les pré-requis nécessaires pour suivre correctement la formation. »

Pour les diplômés, l’avenir s’annonce prometteur : Anli Said Combo rapporte « 99 % d’insertion » pour la première vague d’encadrants techniques d’insertion formés à l’OIDF en 2017.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

Dans l’attente de leurs papiers, des jeunes apprennent à créer un jeu vidéo

L’association Web Cup a animé la semaine dernière une formation de création de jeu vidéo au sein du Centre régional information jeunesse de Mayotte...

A Mlezi Maoré : « On a pu amortir les perturbations »

L’année 2023 a été compliquée chez Mlezi Maoré. Faute de financements, l’association qui œuvre dans le social et la santé a dû procéder à...

« Un contrôle interne insuffisant » de l’association Mlezi Maoré

La Chambre régionale des comptes a rendu public vendredi 12 juillet son rapport d’observations sur l’association Mlezi Maoré. Il souligne notamment un « contrôle interne...

Salime M’déré « a tout perdu »

Suite à l’arrêté du préfet de Mayotte du 25 juin dernier, portant démission d’office Salime M’déré a perdu son poste de premier vice-président du...

Fin de la grève à La Poste après trois semaines de mobilisation

Depuis le 26 juin, des salariés de La Poste s’étaient mis en grève. Ils demandaient une prime contre la vie chère et les paiements...