Free Porn

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Et ainsi l’agence Sud Mayotte Développement est née

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Grand mariage / Manzaraka : l’entraide encore privilégiée pour le financement

Le manzaraka, ou grand mariage, est un passage obligatoire pour tout Mahorais souhaitant s'inscrire dans la tradition. Cette cérémonie peut facilement rassembler plus de 300 personnes : colliers de fleurs, mbiwi, mais surtout liasses de billets. Le manzaraka a un coût ! Alors, comment est-il financé ? 

 

Après presque un an de travail sur la préfiguration de l’agence intercommunale de développement économique du sud, portée par la communauté de communes du sud de Mayotte, un dernier séminaire a eu lieu pour présenter le nom et les locaux de cette agence spécialisée. C’est dans ce cadre que se sont réunis élus, partenaires et parties prenantes du projet, ce mardi matin, au Jardin Maoré.

Monter une équipe dédiée à développer le tissu économique du sud de Mayotte, c’est la démarche de création de la nouvelle agence intercommunale. Celle-ci permettra l’accompagnement des entrepreneurs et porteurs de projets souhaitant s’implanter dans le sud ou ceux qui sont déjà implantés dans le territoire. Ce travail est porté par l’intercommunalité, en appui avec le CNER (Fédération des agences d’attractivité, de développement et d’innovation) Un premier séminaire de présentation du dispositif avait eu lieu en mars dernier à Bouéni. Ce mardi matin, au Jardin Maoré, les élus de la communauté de communes du sud de Mayotte (CCSud), partenaires et entrepreneurs se sont réunis afin d’assister au séminaire final de la préfiguration de ce projet, qui présentait la gouvernance, les locaux et son nom. « Ce séminaire est une étape fondamentale avant la création officielle de cette agence, qui ne peut exister sans les acteurs du territoire », annonce Ali Moussa Moussa Ben, président de la CCSud et maire de Bandrélé.

Fonctionner avec une pluralité d’acteurs

Une agence de développement économique a pour rôle d’être un interlocuteur flexible et réactif du monde économique, d’associer une pluralité d’acteurs via sa gouvernance et d’assurer la promotion économique et le marketing territorial du territoire. « L’idée c’est qu’avec cet outil, le territoire puisse avoir plus de proximité avec ses acteurs économiques, qu’ils soient porteurs de projets ou déjà en activité. Cela va aider le territoire », explique Gérard Lombardi, expert du CNER. Le président de l’intercommunalité a tenu à souligner que « l’agence de développement économique du sud ne va pas se soustraire aux organismes existants. Au contraire, notre agence se veut être un guichet territorial unique ».

Les missions de l’agence de développement économique du sud seront d’apporter du conseil en entreprise, de l’employabilité, mais aussi de l’attractivité et de la promotion économique au sein du territoire. A cela, s’ajoute un volet observatoire qui permettra « la recherche et la collecte de données pour donner les informations nécessaires à la collectivité pour faciliter sa prise de décisions en matière de stratégie économique », complète Kaouthara Abdou Soilihi, chargée de mission à la CCSud. Dernier point essentiel pour la finalisation du projet, le choix du statut juridique. Celui-ci s’est porté sur le statut associatif. Ce choix permet de créer une structure légère et réactive, à la fois entre le secteur public et le secteur privé, dont la collectivité assure le contrôle et qui est capable de vendre des prestations. D’après l’expert du CNER, « 90 % des agences françaises sont des associations ».

Un sondage pour le nom

Afin de répondre à l’objectif de trouver un nom fonctionnel, des critères et des premiers noms ont été définis par l’intercommunalité. Après une première sélection, trois propositions ont été soumises à un sondage, auquel 91 personnes ont répondu. Les sondés pouvaient ainsi contribuer à doter l’agence d’une identité marketing. A 47 %, les répondants ont voté pour « Sud Mayotte Développement ». Virginie Palomares, consultante en marketing territoriale au CNER, « nous préconisons de suivre les résultats du sondage ». Il a donc été décidé de suivre cette recommandation et cette proposition d’intitulé a été retenue. L’agence de développement économique du sud portera donc le nom « Sud Mayotte Développement », avec comme signature « Entreprendre et réussir au sud ». Le local provisoire de cette agence sera installé à M’zouazia, dans la commune de Bouéni. L’intercommunalité souhaitant implanter les locaux dans la commune de Chirongui, les bureaux déménageront « au sein même de la ZAC de Malamani, où une opportunité de position de l’agence s’est dessinée », ajoute la chargée de mission.

Pour la gouvernance de ce projet, le choix a été fait d’associer des élus et le monde de l’entreprise. Ainsi, neuf titulaires de la CCSud, quatre élus du conseil départemental de Mayotte et quatre membres actifs (CCI de Mayotte, Cress, Mayotte in Tech et Medef) représenteront la gouvernance. Pour valider ce partenariat entre public et privé, une signature de conventions entre les différents partenaires a eu lieu en fin de séance.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1090

Le journal des jeunes

À la Une

Un couple agressé à Ongojou : l’homme a été placé en coma artificiel

Mayotte a été le théâtre de plusieurs agressions ce lundi. Un couple a été pris pour cible à Ongojou au niveau d’un barrage en...

Cinq ans de prison pour les jumeaux à la hache

 Jeudi dernier, le procès de frères jumeaux pour tentative de meurtre et complicité s’est ouvert devant la cour d’assises de Mayotte. En février 2021,...

Loi Mayotte : « Notre objectif réel n’est pas de nous contenter du minimum »

Co-rapporteuse des propositions du territoire, Maymounati Moussa Ahamadi a participé à la réunion du 17 mai, à l’Élysée. La conseillère départementale du canton de...

Foncier : Un nouveau délai qui peut intéresser les propriétaires en devenir

La loi du 9 avril entérine un changement capital pour la problématique foncière à Mayotte. Le délai de prescription, qui ouvre le droit aux...

Les élèves de Chiconi expliquent Mayotte sur les ondes nationales

Une vingtaine d’élèves du collège Ali-Halidi, à Chiconi, ont été invités par la radio Franceinfo afin d’enregistrer des interviews et des citations pour animer...