L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Endettement : Un nombre toujours croissant de demandes d’effacement

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Grand mariage / Manzaraka : l’entraide encore privilégiée pour le financement

Le manzaraka, ou grand mariage, est un passage obligatoire pour tout Mahorais souhaitant s'inscrire dans la tradition. Cette cérémonie peut facilement rassembler plus de 300 personnes : colliers de fleurs, mbiwi, mais surtout liasses de billets. Le manzaraka a un coût ! Alors, comment est-il financé ? 

 

La commission de surendettement a dressé son bilan de l’année 2023, ce jeudi 29 février. Le nombre de dossiers déposés est supérieur aux années précédentes. Sur les soixante traités, douze dossiers ont abouti à un effacement total de la dette.

« Personne n’est à l’abri d’avoir un accident de la vie », signale Christian Pichevin, directeur général des finances publiques, mais aussi vice-président de la commission de surendettement de Mayotte. Cette assemblée réunie ce jeudi 29 février pour faire le bilan de l’année 2023 permet de statuer sur un effacement de dettes personnelles. Le préfet, en tant que président, mais également la direction régionale des finances publiques (Drfip), l’institut d’émission des départements d’Outre-mer (Iedom) ainsi que plusieurs experts et représentants de consommateurs, ont reçu 56 dossiers cette année. En y ajoutant d’anciens dossiers, ils en ont traité 60.

Seize dossiers clôturés sur soixante

La commission explique ces clôtures par la difficulté à contacter les débiteurs, les personnes qui ont déposé un dossier insuffisamment complet. Englobant dedans également, « la difficulté à Mayotte de circulation du courrier » ou encore « la barrière de la langue », explique le directeur de l’Iedom, Patrick Croissandeau. En revanche, « on n’a pas de difficulté avec les personnes qui font appel aux travailleurs sociaux », déclare-t-il. Ces dossiers sont complets.

Six dossiers irrecevables

Il s’agit de professionnels qui tentent d’utiliser ce dispositif pourtant réservé aux particuliers. « Bien souvent c’est lié à d’anciennes entreprises pour lesquelles la démarche de radiation des registres n’a pas été faite », renseigne Patrick Croissandeau, qui indique orienter les personnes vers le tribunal administratif.

Une vingtaine de suppressions de dettes

En tout, douze dossiers, soit 20 % des dossiers, ont débouché sur un effacement total des dettes. Une dizaine d’autres dossiers sur un effacement partiel de la dette. Le restant sont des mesures en attente dont le moratoire peut durer jusqu’à deux ans.

Un effet immédiat

En effet, dès le premier examen qui permet de statuer sur la recevabilité des dossiers, le débiteur et les créanciers sont aussitôt contactés pour annoncer la suspension des dettes. Tout est gelé, interdiction de demander, ni même de payer des sommes dues. « Le débiteur peut souffler », note Patrick Croissandeau. S’il y a effacement, le remboursement peut s’étaler sur une durée maximale de 84 mois.

Une demande croissante mais relative

56 dossiers reçus en 2023, 37 en 2022, 24 en 2021, 9 en 2020… Depuis que la commission existe à Mayotte (2007), la demande d’effacement des dettes croît. « Mais cela reste un nombre très faible par rapport aux autres départements d’Outre-mer où la moyenne est d’une centaine de dossiers pour 100.000 habitants, ou encore de 70 pour 100.000 habitants en métropole », note le directeur de l’Iedom qui rappelle également que la commission mahoraise est plus récente que sa version métropolitaine. Selon les membres réunis, cette augmentation s’explique par une meilleure connaissance du dispositif grâce « aux médias et aux travailleurs sociaux » qui « permettent une meilleure connaissance du droit ». Travailleurs sociaux qu’ils encouragent à consulter pour être accompagnés dans les démarches.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1085

Le journal des jeunes

À la Une

Un préavis de grève déposé à l’Université de Mayotte

L’intersyndicale du campus de l’Université de Mayotte (ex-CUFR), CGT et Snesup-FSU, a déposé un préavis de grève, ce jeudi, pour un commencement dès le...

Logement : Dzoumogné au carrefour des nouvelles constructions de la SIM

Village central du nord de Mayotte, Dzoumogné compte un nouvel ensemble de 18 logements sociaux construits par la société immobilière de Mayotte (SIM), à...

Crise de l’eau : Près d’un million de bouteilles collectées au concours organisé par Citeo

Du 18 mars au 13 avril, Citeo a organisé un concours, intitulé « Hifadhuichisiwa », pour inciter les habitants à collecter le plus de bouteilles en...

Une CCI de Mayotte prête à jouer davantage une fonction de support

Il y a du changement à la Chambre de commerce et d'industrie de Mayotte (CCIM) avec l’arrivée d’un nouveau directeur général des services en...

Wuambushu 2 : Une opération qui prend de court les policiers ?

Deux porte-paroles de syndicats policiers regrettent le manque de concertation dans les derniers préparatifs de « Mayotte place nette », le nouveau nom donné à l’opération...