test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

De l’eau dans le gaz chez SOGEA et SMAE ?

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Grand mariage / Manzaraka : l’entraide encore privilégiée pour le financement

Le manzaraka, ou grand mariage, est un passage obligatoire pour tout Mahorais souhaitant s'inscrire dans la tradition. Cette cérémonie peut facilement rassembler plus de 300 personnes : colliers de fleurs, mbiwi, mais surtout liasses de billets. Le manzaraka a un coût ! Alors, comment est-il financé ? 

 

L’UI CFDT a décidé de déposer un préavis de grève au sein des entités SOGEA et SMAE, qui prend effet à partir de ce lundi à 7h, pour une durée illimité. Les principales revendications portent sur le manque de dialogue avec la direction et l’éternel problème des salaires. Toutefois, il est encore trop tôt pour savoir si les citoyens rencontreront des problèmes sur leur réseau de distribution d’eau potable.

« Tant que la direction ne bougera pas, nous camperons sur nos positions », prévient Ousseni Balahachi, secrétaire général de la CFDT de Mayotte. Une grande majorité des salariés de SOGEA et de la SMAE, filiales du groupe Vinci spécialisées dans les travaux publics, les réseaux secs, les réseaux humides, l’éclairage public, ou encore les lignes électriques, mais aussi dans la production et la distribution d’eau potable, en ont semble-t-il ras-le-bol. « À chaque fois qu’un préavis de grève est lancé, cela sous-entend que nous devons avoir des négociations préalables. Mais cela reste au bon vouloir des responsables qui les mettent en place alors que nous étions ouverts à la discussion pour éviter la mise à exécution de nos menaces… » Malheureusement, la direction a préféré jouer la politique de « la chaise vide » et faire « la sourde oreille » plutôt que d’entamer un quelconque dialogue.

Parmi les points de discordance, un sujet revient régulièrement sur le tapis sur l’île aux parfums, quelque soit l’entreprise : celui de la discrimination. En effet, pour Ousseni Balahachi, « les postes à responsabilités sont octroyés à des personnes extérieures plutôt qu’aux salariés locaux alors que nous avons des compétences ». Autre problématique, les sanctions et les licenciements abusifs. « Des agents ont été renvoyés pour je ne sais quelle raison », s’insurge-t-il. « Pourtant, d’autres ont commis des fautes graves ! Les mêmes règles ne sont pas appliquées à tous les salariés, comme les horaires par exemple. » Selon lui, la direction recherche la petite bête pour licencier certains d’entre eux à tour de bras.

De plus, la hiérarchie n’aurait pas respecté ses engagements lors du dernier mouvement social alors que des accords avaient été signés en interne. Au sujet de la revalorisation salariale, Ousseni Balahachi explique qu’un point sera fait ce lundi avec les salariés grévistes pour connaître leurs doléances. D’autres revendications émergent comme la transparence sur les informations données aux salariés, mais aussi le besoin de considération. Toujours est-il que cette mobilisation a de fortes chances de créer quelques soucis aux habitants mahorais… « Nous ne dévoilerons rien car il s’agit d’une question stratégique », confie le représentant syndical. Mais il est forte possible que des coupures d’eau soient réalisées dans la journée et/ou les jours suivant pour que la population gronde et fasse monter la pression à la direction…

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

Coupure d’eau ce dimanche 14 juillet pour les travaux du Caribus

Pour permettre la réalisation de travaux dans le cadre du Caribus, la Société mahoraise des eaux (SMAE) annonce la nécessité de procéder à une...

Les maires reprennent la main sur la Cadema

En élisant Moudjibou Saïdi et Ambdilwahedou Soumaïla en tant que président et premier vice-président de la communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou, les élus communautaires tirent...

« Un lieu d’accueil pour écouter le malade et sa famille »

L’esprit était à la fête, ce jeudi 11 juillet, au centre hospitalier de Mayotte (CHM), une partie des équipes fêtait l’inauguration du Bureau des...

A Passamaïnty, l’excellence synonyme de nouveau complexe sportif

Un grand projet d’aménagement est prévu pour le village de Passamaïnty, situé dans la commune de Mamoudzou. Ce dernier vise à créer un complexe...

Les nouveaux infirmiers célèbrent leurs diplômes dans la joie

On peut croire à un manzaraka, il s’agit en réalité de la cérémonie de remise des diplômes des infirmières et infirmiers. L’Institut des études...