L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

9000 mercis !

Coopération Mayotte-Togo : « Dire merci ne suffirait pas ! »

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Grand mariage / Manzaraka : l’entraide encore privilégiée pour le financement

Le manzaraka, ou grand mariage, est un passage obligatoire pour tout Mahorais souhaitant s'inscrire dans la tradition. Cette cérémonie peut facilement rassembler plus de 300 personnes : colliers de fleurs, mbiwi, mais surtout liasses de billets. Le manzaraka a un coût ! Alors, comment est-il financé ? 

 

Vendredi après-midi, à l’hôtel de ville de Mamoudzou, le maire Ambdilwahedou Soumaïla recevait deux homologues togolais pour lancer le projet de coopération « Asileasime – Ouvoimoja », destiné à promouvoir l’économie locale durable dans les communes de Kloto 1 et Agoè-Nyivé 2, à plus de 5.000 kilomètres de l’île aux parfums. Le lancement intervient au terme d’une visite de trois jours, au cours de laquelle les élus togolais se sont imprégnés des pratiques agricoles mahoraises, pour mieux structurer leurs filières respectives.

Poignées de mains, salutations officielles et échanges de cadeaux sous les drapeaux… un petit parfum de protocole diplomatique flottait à l’hôtel de ville de Mamoudzou, ce vendredi après-midi. Dans la salle du conseil municipal, une réunion parachevait la visite d’une délégation togolaise, composée – entre autres – des maires de Kloto 1 et Agoè-Nyivé 2, communes avec lesquelles Mamoudzou s’est jumelée en avril dernier, et entérinait le lancement du projet « Asileasime – Ouvoimoja », ayant pour objectif « la promotion de l’économie locale durable à travers la professionnalisation de la filière maraîchère et l’expérimentation des filières à fortes valeur ajoutée ». La ville de Mamoudzou est chargée du pilotage institutionnel du projet, financé par le Fonds de solidarité des projets innovants (FSPI) du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, via l’ambassade de France au Togo.

« Structurer la filière ylang togolaise »

Concrètement, il s’agira par exemple de structurer la filière ylang de Kloto 1, ville des hauts plateaux togolais, où « l’or jaune » pousse sauvagement et n’est – pour l’heure – pas exploité. Dans la commune d’Agoè-Nyivé 2, littorale et située en périphérie de la capitale Lomé, « une vingtaine de personnes seront formées pour un projet pilote de pisciculture », renseigne Bolor Koffi Djabakou, le maire et ingénieur agronome dans le civil. En parallèle, deux sites de maraîchage de 5.000m² emploieront 250 femmes et jeunes. « L’objectif est de renforcer notre économie en formant la population qui, chaque jour, nous demande de l’emploi, et d’améliorer nos rendements pour répondre à la demande locale. »

A cet effet, la délégation togolaise s’est vu présenter la fine fleur de l’agriculture mahoraise : la filière ylang au pôle d’excellence rural (PER) de Coconi, visite de l’exploitation piscicole d’Ironi Bé, entre autres. « Dire merci ne suffirait pas ! En trois jours, on a vécu une aventure formidable », s’épanche Dogbatse Yawo Winn, le maire de Kloto 1. « Nous sommes venus pour l’ylang et la vanille, mais nous nous sommes rendu compte qu’il y a bien plus à approfondir ! »

Dans l’assemblée, les agriculteurs mahorais espèrent que l’échange de bons procédés ira dans les deux sens. « Nous, on fait du riz bio […], on a des bananes plantains par milliers de tonnes. Quand je vois vos coûts de production, c’est de la folie ! On pourrait convoyer tout ça ici ! », répond l’élu de Kloto 1, qui plaide déjà pour « l’ouverture d’une ligne Lomé – Mamoudzou » pour « faciliter » les échanges. « Tout dépendra de la mise en forme sur le plan douanier ! », conclut-il. Il faudra donc encore un peu de patience avant de savoir si « l’ananas pain sucré […] dix fois plus gros que celui de Mayotte » sera importé chez nous.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1077

Le journal des jeunes

À la Une

Barrages : « Tout ce travail risque de se retourner contre nous »

Ce jeudi, plusieurs représentants des Forces vives, dont Safina Soula, ont tenu une conférence de presse à Mamoudzou pour demander à leurs confrères de...

Barrages : Des élus restés sur leur faim de leur déplacement à Paris

Le déplacement en début de semaine d’une poignée d’élus mahorais n’a pas permis d’en savoir davantage sur les engagements pris récemment par le gouvernement...

Un couvre-feu à Tsingoni après les incendies criminels

Les derniers affrontements entre des bandes de Miréréni et de Combani ont entraîné de lourds dégâts matériels dans le quartier Mogoni. La municipalité de...

Crise de l’eau : Un nouveau décret pour les aides « dans les tuyaux »

L’aide exceptionnelle de l’État à destination des entreprises les plus affectées par la crise de l’eau est prolongée jusqu’au 29 février. Elle pourrait encore...

« Elle n’a jamais accepté que son seul fils épouse une Mahoraise »

Le matin du 3 juin 2016, à Labattoir, une dame de 60 ans a porté trois coups de machette à la tête d’une septuagénaire....