100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Comores : les trois îles de l’archipel confrontées à une criante pénurie de riz

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Les poissonneries mahoraises ont le bec dans l’eau

À Mayotte, la préfecture a autorisé le maintien des activités de pêche. Une bonne nouvelle pour le secteur, qui se retrouve maintenant confronté à un problème de stockages des produits frais. Les poissonneries et les coopératives sont aujourd’hui les premières à faire les frais du manque de structures adaptées. 

En raison d’une pénurie de riz, de nombreuses familles sont obligées de se nourrir uniquement de pain. Au lieu de trouver une solution dans les meilleurs délais, le gouvernement multiplie les meetings et appelle la population à supporter cette crise qui commence à devenir intenable, surtout à Anjouan où elle sévit depuis trois mois.

Il ne se passe pas une semaine sans que des vidéos de gens qui se bousculent pour du riz ne fassent le tour de la toile. La dernière en date montre des citoyens prenant d’assaut un pickup de l’office national d’importation et de commercialisation de riz (Onicor). Voilà à quoi ressemble le quotidien des Comoriens depuis des mois. Des scènes de désolation engendrés par cette pénurie sans précédent qui frappe les Comores. En plus de la flambée généralisée qui a suivi la hausse des prix des carburants, la population doit maintenant se battre pour trouver un sac de riz ordinaire ou de luxe…

Si Anjouan a été la première à être confrontée à cette crise, la situation s’est dégradée ces derniers temps, créant un vent de panique dans les deux autres îles. À tel point que dénicher ce produit de première nécessité relève du parcours de combattant comme en témoigne cet habitant de Moya, une localité d’Anjouan. « Il n’y a rien dans les magasins et les boutiques. Tout est épuisé. Souvent, les commerçants qui disposent de quelques stocks de cartons de riz de luxe les vendent comme des dealers la nuit. Tout cela pour éviter la pagaille », raconte Hassane Nourdine.

Le manioc et la banane comme produits de substitution

Ce dernier a réussi à obtenir un carton de Mahamoud [marque d’un riz de luxe] par l’intermédiaire de sa belle-sœur, à raison de 2.000 francs comoriens le kilo (soit quatre euros au lieu de deux). « Les gens n’ont pas d’autre choix que d’en acheter dans la mesure où nous en consommons énormément à Anjouan. On se résigne aussi car tout est cher ici en ce moment », confie Hassane Nourdine qui révèle que l’oncle de son épouse a dû parcourir près de 60 kilomètres dans l’espoir de trouver un peu de riz… En vain ! Il est finalement rentré avec un sac de farine qui servira à faire des galettes la nuit.

Quid des autres qui n’ont pas les moyens de se payer ce riz de luxe, dont le prix ne cesse de grimper ? La plupart de ceux-là ont dû s’adapter en se tournant vers des produits locaux, comme le manioc ou la banane. « Le soir, on mange du pain. Plus grave encore, on se bagarre chaque matin devant les revendeurs qui nous vendent une baguette par personne », relate Oussam Saïd, résident de l’île d’Anjouan.

Certains préfèrent se nourrir de pâtes alimentaires, à l’instar des macaronis. « Mes enfants sont habitués à trouver du riz dans leurs assiettes donc ils refusent de manger autre chose. Souvent, j’entends les pleurs des autres mômes dont les parents ne sont pas capables de consoler », témoigne pour sa part Abou, un jeune de Nyumakelé, la région la plus peuplée d’Anjouan. « Même la campagne de récolte de girofle est menacée. On risque de tout abandonner car les gens se plaignent de la faim. Personne n’ira grimper dans un arbre en étant affamé », prévient-il.

La guerre en Ukraine pointée du doigt

Partout, la situation est la même. Agriculteur originaire de Chouani, localité située au sud de la Grande Comore, Mohamed Alhadhur partage son expérience. « Je tiens une épicerie, mais rien n’avance puisque je prends le peu d’argent qui rentre pour nourrir ma famille. Actuellement, je dois tous les jours dépenser six euros rien que pour les deux kilos de riz. Comment un citoyen lambda comme moi va-t-il vivre avec cette crise ? Et que dire de ceux qui ont des familles nombreuses ? », s’interroge-t-il. En Grande Comore, certains citoyens se disent prêts à payer le triple du prix pour un sac de riz ordinaire, qui ne dépassait pas 10.000 francs comoriens.

Pendant ce temps, une délégation composée de membres du gouvernement, à la tête de laquelle se trouvent le président de l’Assemblée nationale ainsi que d’autres ministres, sillonne l’île d’Anjouan et enchaîne les meetings pour dit-on sensibiliser la population. L’occasion pour ces dignitaires d’expliquer à la population qui « ne maîtrise pas l’évolution de la conjoncture mondiale » que si pénurie il y a, c’est tout simplement à cause de la guerre ukrainienne et du Covid-19. Il faut donc rester patients jusqu’au jour où un bateau accostera… Une source de l’Onicor a confié que cette disette aurait pu être évitée si les fournisseurs internationaux avaient respecté leurs engagements. Selon Al-watwan, une cargaison transportant moins de 1.000 tonnes de riz devrait arriver ce jeudi, mais qu’en raison de la forte demande, elle ne mettra pas fin à ce problème.

Avis Facebook pour l’UE!
Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB!

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

Intrusion au CHM : un homme de 29 ans et un mineur de 17 ans interpellés

La police de Mamoudzou a arrêté deux personnes suspectés de vol, ce jeudi 26 janvier. Ils seraient les auteurs du cambriolage du centre hospitalier...

Après un droit de retrait, ce vendredi matin, la barge reprend

Quelques chanceux ont réussi à prendre les premières barges du service des transports maritimes (STM), ce vendredi matin. Ensuite, à 7h, la rotation s'est...

La Cadéma désavoue le syndicat des Eaux de Mayotte

Au premier point abordé ce jeudi soir, en réunion de conseil, la Cadéma (communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou) avait décidé de mettre sa menace à...

Pamandzi ou Bouyouni, le choix se fera en 2023

Un nouveau dossier de présentation sur le projet de la piste longue à Mayotte vient d’être publié par la direction générale de l’aviation civile...

« Est-ce que je me vois à la télé ? » : état des lieux de l’audiovisuel mahorais

Le Conseil de la culture, de l’éducation et de l’environnement de Mayotte (CCEEM) a présenté, ce jeudi 26 janvier, son rapport intitulé « État de...