test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Assises de l’EEDD : les élus brillent par leur absence

À lire également

Amour, sexe & séduction

Un salouva pour souligner les formes, une danse pour être sexy, des regards et des senteurs, ou encore des soins du corps : à Mayotte, la séduction est un art. Mais comme tout dans cette société en constante évolution, cette séduction change et s'adapte, tout en gardant ses caractéristiques. Une séduction qui s'encanaille aussi, car aujourd'hui le sexe est de moins en moins tabou sur l'île aux parfums. Et si la pudeur est encore de mise, on hésite de moins en moins à se faire plaisir avec des jouets coquins. À l'occasion de la Saint-Valentin, Mayotte Hebdo s'est penchée sur les petits secrets des unes et des autres. Croustillant !

Tradition : la circoncision, ça se fête ! 1/3

On entend un peu tout sur la circoncision, affolant parfois certains et heurtant d'autres cultures. Les anciens sont pour, les nouvelles générations aussi, mais à condition que la pratique soit fiable et exercée par un professionnel de la santé, loin de ce qui se faisait jadis. D'autres plus réticents s'interrogent : Est-ce dangereux ? Pourquoi le jeune garçon doit être circoncis ? Comment se déroule l'acte ? Et de l'autre côté, qu'en est-il des événements religieux et culturels en lien ? Mais en fait, tout simplement, la circoncision, quésaco ? Quelle place tient-elle dans notre société mahoraise ? Autant de questions qui subsistent. Réponses dans notre série de la semaine.

 

Le voulé: toute une histoire

Amical, politique, pédagogique, sportif ou encore électoral, mais toujours festif : à mayotte, le voulé se consomme à toutes les sauces. mais si l'évènement est courant, pour ne pas dire obligatoire, peu savent à quand il remonte et quelles sont ses racines.

« J’ai mis du temps à réaliser que je devenais une prostituée »

À 25 ans, Naima* est maman d'un garçon de dix ans. Ayant arrêté l'école au collège après sa grossesse, l'habitante de Trévani, originaire de Koungou, n'a jamais travaillé. Les écueils de la vie l'ont mené petit à petit à se prostituer durant quelques années pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille. Depuis un peu plus d'un an, Naima a pris un nouveau tournant : elle ne fréquente plus ses clients et suit une formation professionnalisante dans l'espoir de trouver rapidement un emploi. 

Ils étaient à peine une trentaine à s’être réunis hier au Conseil départemental pour la suite des premières assises de l’EEDD qui se sont tenues en décembre dernier. Acteurs du monde associatif et élus territoriaux devaient se retrouver pour la restitution de la synthèse des travaux réalisés lors de la première rencontre et la composition des quatre commissions qui ont été retenues à la suite de ces assises. Mais seuls les premiers ont répondu présents.

“Nous avons pourtant invité tous les élus territoriaux de l’île, nous les avons relancés, mais malheureusement, tous manquent à l’appel”, constate la fédération d’associations Mayotte Nature Environnement (MNE ). Pour se justifier, certains ont invoqué les intempéries, d’autres la grève générale ou encore un agenda chargé. “C’est inconcevable”, lance l’une des participantes, visiblement outrée par cet absentéisme. “Lors de la première journée en décembre dernier, seuls deux élus étaient présents et parmi eux seule Raïssa Andhum, 3ème vice-présidente au conseil départemental chargée notamment du développement durable, a pris la parole au moment de l’ouverture protocolaire avant de s’éclipser”, rapporte un des acteurs du réseau EEDD.

Pour le président de MNE Houlam Chamssidine, “on ne peut pas se dire favorable au classement du lagon au patrimoine mondial de l’Unesco et ne pas prendre part aux actions pour améliorer l’environnement”. Il s’agira pour le réseau EEDD donc d’organiser prochainement une nouvelle rencontre avec les élus afin de les sensibiliser comme il se doit aux questions environnementales. “Nous allons penser à une stratégie pour les forcer à nous rencontrer”, explique Antoine Chassagnon, responsable du service éducation à l’environnement au Conseil départemental. “Les associations n’ont qu’un rôle d’incitation alors que les élus ont un pouvoir décisionnel. Si on arrivait, par exemple, ne serait-ce qu’à informer les policiers municipaux sur la règlementation en vigueur concernant l’environnement, on pourrait mettre en place un réel système de prévention et de répression contre les actes d’incivilité”, ajoute Antoine Chassagnon.

Le réseau EEDD divisé en quatre commissions

À l’issue de la première journée des assises, quatre commissions ont été créées dans lesquelles doivent se répartir les différentes associations directement ou indirectement liées à l’environnement. La première concerne la communication, le site internet, l’événementiel et la newsletter. La seconde porte sur le fonctionnement et la gouvernance du réseau. La 3ème commission se consacre aux outils, les supports pédagogiques et la formation. Enfin, la 4ème et dernière commission concerne la coordination, la dynamique des projets et l’animation. Avant la fin de l’année, une grande réunion devrait se tenir entre les commissions pour faire le point sur l’avancée de leurs travaux respectifs.

GD

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

Coupure d’eau ce dimanche 14 juillet pour les travaux du Caribus

Pour permettre la réalisation de travaux dans le cadre du Caribus, la Société mahoraise des eaux (SMAE) annonce la nécessité de procéder à une...

Les maires reprennent la main sur la Cadema

En élisant Moudjibou Saïdi et Ambdilwahedou Soumaïla en tant que président et premier vice-président de la communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou, les élus communautaires tirent...

« Un lieu d’accueil pour écouter le malade et sa famille »

L’esprit était à la fête, ce jeudi 11 juillet, au centre hospitalier de Mayotte (CHM), une partie des équipes fêtait l’inauguration du Bureau des...

A Passamaïnty, l’excellence synonyme de nouveau complexe sportif

Un grand projet d’aménagement est prévu pour le village de Passamaïnty, situé dans la commune de Mamoudzou. Ce dernier vise à créer un complexe...

Les nouveaux infirmiers célèbrent leurs diplômes dans la joie

On peut croire à un manzaraka, il s’agit en réalité de la cérémonie de remise des diplômes des infirmières et infirmiers. L’Institut des études...