Un auteur mahorais dénonce les secrets de la politique locale

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Dans « Scrutin secret », son premier ouvrage aux airs d’autobiographie, Ousseni Djambaé dénonce le jeu de la politique mahoraise, marquée par le carriérisme des uns et l’immobilisme des autres. Des tréfonds que l’entrepreneur a découvert en se présentant aux élections sénatoriales de 2017.

« Et pourquoi pas moi ? » Tout part de cette question, en 2017, lorsque Ousseni Djambaé décide de se présenter aux élections sénatoriales à Mayotte. Pourtant, il reconnaît lui-même ne rien connaître en politique à l’époque. Mais passionné par les questions sociales et très engagé dans la vie associative de son village natif, Acoua, l’homme, alors trentenaire, décide de franchir le cap. À 36 ans, il est l’un des plus jeunes candidats de l’île.

« Mon but n’était pas de gagner, mais de découvrir ce qui se passe de l’intérieur », commente Ousseni Djambaé, qui revendique son « droit à l’échec ». Des découvertes, il en fera assurément, au gré des rencontres d’autres candidats, ou d’hommes et de femmes politiques déjà en place. Des découvertes, oui, mais surtout des secrets. « J’ai rapidement compris qu’à Mayotte, la plupart des citoyens qui se présentent à une élection ne le font pas parce qu’ils veulent faire avancer l’île, mais parce qu’ils veulent être mis en avant. Ils ne se soucient que de leur mandat, d’eux-même. Le reste ne compte pas », assure l’homme qui a aujourd’hui voulu raconter son expérience à travers son ouvrage « Scrutin secret ». Un titre qui se suffit à lui-même. « Il y a beaucoup de secrets que j’ai voulu raconter aux Mahorais. » Parmi eux, les raisons de l’immobilisme de certains élus, qui bien qu’éclairés sur la situation sociale et politique de l’île, ne font rien pour l’en sortir. Car vouloir changer le système, dénoncer les situations de favoritisme et les complaisances entretenues parfois au plus haut niveau, c’est prendre le risque de perdre son électorat. Et avec lui, sa carrière politique, son pouvoir.

« Pour moi, la départementalisation n’a pas changé grand chose », reconnaît l’auteur, sans pour autant remettre en cause le choix des Mahorais, bien évidemment. « Les manœuvres politiques couvrent tous les degrés : des communes, jusqu’aux parlementaires, en passant par les service de l’État. La préfecture ne cadre pas les élus, et finalement, aucun des deux ne bouge. » Preuve du désintérêt pour Mayotte des gouvernement successifs, selon Ousseni Djambaé, l’application trop partielle de la loi, notamment en matière de droit du travail ou du droit du sol, qui comportent à eux seuls de nombreuses « exceptions mahoraises ».

Pour autant, si l’entrepreneur estime que « deux ou trois maires impliqués sur les 17 de l’île » ne suffiront pas, il reste optimiste quand à l’avenir du 101ème département. « Même s’ils ne sont pas assez nombreux, certains Mahorais défendent une autre vision politique », assure-t-il pour expliquer avoir rejoint l’équipe de campagne de l’un des candidats à la marie d’Acoua. « Et j’envisage moi-même de retenter les prochaines sénatoriales. » Mais en attendant, Ousseni Djambaé planche déjà sur son prochain ouvrage, Kiyassi Ivo, cette fois dédié au « gaspillage » de l’argent public à Mayotte. « On nous envoie des fonds, mais on en fait rien, et on ne voit rien avancer… », regrette-t-il comme pour insinuer que chacun cherche à prendre sa part du gâteau, avant même de se demander dans quel camp la faim prédomine.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Bodo : un nouvel album 100% made in Mayotte

Roho qui signifie coeur est le titre du nouvel album de Bodo. Il sort ce vendredi 30 octobre et fera certainement parler de lui....

Mayotte : Trois mois de prison avec sursis pour des cigarettes de contrebande et un panneau solaire volé

En octobre dernier, 2.800 cartouches de cigarettes et six kilos de bangué étaient interceptés par les gendarmes de Mayotte. Des arrivées de marchandises qui...

Confinement acte 2 : Quelles « adaptations » pour le sport mahorais ?

Un grand point d’interrogation plane au-dessus des sportifs mahorais. Les différentes fédérations nationales vont chacune de leur communiqué depuis mercredi soir et la dernière...

La future couronne de Miss Excellence visible en avant-première à Mzuri Sana

Le concours de Miss Excellence Mayotte 2020 se tient ce samedi au plateau de Ouangani. Six candidates – Larissa Salime Be, Lysiana Bacar, Hafna...

Mayotte : La première sirène d’alerte inaugurée à Dembéni deux ans après les secousses

Les missions d’étude du volcan responsable des séismes de 2018 ont mis en évidence le risque de tsunami qui menace Mayotte. Pour s’en prémunir,...