L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Le mbiwi de Mayotte, un art traditionnel reconnu à part entière

À lire également

Ramadan à Mayotte : Un mois sacré sous le signe du confinement

Ce soir se déroule la “nuit du doute” pour les fidèles musulmans. Traditionnellement, si le croissant de la nouvelle lune est observé, alors débute le mois du ramadan. Une période avant tout sacrée pour les musulmans, mais aussi ponctuée de festivités quotidiennes, rupture du jeûne en tête. Cette année toutefois, c’est un ramadan confiné qui aura lieu. De quoi bouleverser les habitudes.

Mayotte TV Islam, la nouvelle web TV qui parle de l’Islam à Mayotte

Le paysage audiovisuel mahorais compte désormais une nouvelle chaîne. Mayotte TV Islam fait son entrée en proposant un programme consacré entièrement à la pratique de l’Islam sur l’île. La chaîne est pour le moment une web TV, mais elle a l’ambition de se développer rapidement.

La Meiitod d’Adrien

À Mayotte, presque tout le monde sait qui il est et ce qu’il chante. Il faut dire qu’aucun autre artiste mahorais ne peut se...

Magic System et Koba LaD à la deuxième édition du festival Sanaa

La deuxième édition du festival Sanaa est centrée autour des musiques à tendance urbaine et World music. Cette année, cinq artistes internationaux, trois régionaux...

Emblématique à Mayotte, le mbiwi est dorénavant inscrit à l’inventaire national du patrimoine culturel immatériel. La reconnaissance pour cet art musical et chorégraphique féminin a été attribuée au mois de juin dernier par le comité du patrimoine ethnologique et immatériel, réuni à Paris.

le-mbiwi-de-mayotte-un-art-traditionnel-reconnu-a-part-entiere
Le mbiwi représente deux bâtonnets de bambous, mais aussi la danse et le chant accompagnement les cérémonies, notamment les noces.

Une fiche a été rédigée par Elena Bertuzzi, anthropologue et chorégraphe, qui a bénéficié de la participation et du témoignage de nombreuses pratiquantes du mbiwi. D’après cette fiche, il est reconnu comme « un art musical et chorégraphique féminin du patrimoine immatériel mahorais ». Selon la classification, ce patrimoine immatériel peut être classé dans les domaines des pratiques sociales, rituels et événements festifs, mais aussi dans les arts du spectacle et le savoir-faire lié à l’artisanat traditionnel.

Un instrument fabriqué à base de bambou

Le mbiwi représente deux bâtonnets en bambou, utilisés comme instruments de percussion en les faisant s’entrechoquer, qui ont alors donné leur nom à cette pratique. « Il anime par excellence les cérémonies de mariage. Le mbiwi en ponctue les différentes étapes : de la remise d’argent et de cadeaux, à l’accompagnement du marié vers sa nouvelle demeure familiale le dernier jour des festivités des noces », peut-on lire dans la fiche réalisée par Elena Bertuzzi. Afin de créer une belle mélodie, l’idée pour les adeptes de cet art, est de travailler collectivement pour créer un rythme agréable et exaltant.

Le terme désigne, certes, les bâtonnets, mais aussi la danse, la musique, la cérémonie et le cadre social à l’intérieur duquel « se déroulent ces performances musico-chorégraphiques », ajoute l’anthropologue. Connu pour agrémenter les cérémonies de mariage, il peut se dérouler pour d’autres occasions, comme des rencontres, des concours ou des manifestations d’intérêt public ou social. « De manière générale, les spectacles de mbiwi sont des moments de convivialité et d’échanges à travers des animations musicales et chorégraphiques. » Une quinzaine de personnes peut suffire, mais il existe aussi des groupes beaucoup plus importants, pouvant compter une soixantaine de membres, voire plus.

Une danse et du défi

La danse suit le déroulement du chant. Elle est effectuée par deux femmes, qui se tiennent debout et face à face. A travers cette danse, les femmes se mettent à l’épreuve. « Il y a toujours du défi, de l’effort, de la résistance à la fatigue, du dépassement de soi », relève la rédactrice de la fiche. C’est une danse qui mobilise principalement le bassin et les hanches dans un mouvement qui doit être aussi rapide que possible. Elle se déroule de façon bienveillante, et ne peut être réalisée individuellement. C’est l’aisance, la rapidité ou encore le charme que les femmes souhaitent démontrer.

Pour beaucoup, le mbiwi fait partie intégrante du patrimoine culturel mahorais. Cet art se transmet de génération en génération. Les femmes qui le pratiquent ont vu leurs mamans ou leurs grandes sœurs le pratiquer et elles continuent à entretenir cette tradition. « Ça vient tout seul, à force de regarder les autres. Pour danser, on écoute le rythme. Si le rythme n’est pas bon, on ne peut pas danser. Ce sont les mbiwis qui font danser », explique Anymati, pratiquante de mbiwi, dans la fiche d’inventaire. Observation et mimétisme sont alors le secret de l’apprentissage de la danse et des chants.

Emblématique à Mayotte, il est une réelle institution. Instrument très populaire sur l’île, il peut également être acheté comme souvenir touristique ou cadeau. Depuis quelque temps, ce dernier est également utilisé comme un objet de décoration. Une dynamique s’est récemment mise en place, visant à sensibiliser à l’importance de préserver la culture locale.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1090

Le journal des jeunes

À la Une

« Place nette » : un chantier d’embarcations illégales démantelé

L’opération « Place nette » continue à Mayotte. Cette semaine, une action coordonnée entre les services de l’État et la gendarmerie nationale a été menée cette...

De nouveaux cas de choléra détectés à Passamaïnty

Village qui a connu le premier cas de choléra recensé sur le territoire mahorais à la mi-mars, Passamaïnty compte cinq nouveaux cas autochtones, indique...

Assises : Des jumeaux accusés d’une tentative de meurtre à la hache pour un vélo

En février 2021, un jeune homme de 17 ans a reçu un coup de hache à la gorge à Pamandzi, pour une histoire de...

Trail du Caméléon : Pour Moustafa Maouinda, « courir, c’est un médicament »

Le club d’athlétisme de Mamoudzou (Cam) et la mairie de Mamoudzou lancent la quatrième édition du trail du Caméléon, ce dimanche 26 mai. Moustafa...

« Le festival de Cannes de Mayotte côté théâtre »

Pour sa septième édition, le festival de théâtre lycéen Baobab a été inauguré, ce mercredi 22 mai, au lycée des Lumières à Kawéni. Des...