test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

« Genesis » : un opéra en swahili bientôt joué à Mayotte ?

À lire également

Ramadan à Mayotte : Un mois sacré sous le signe du confinement

Ce soir se déroule la “nuit du doute” pour les fidèles musulmans. Traditionnellement, si le croissant de la nouvelle lune est observé, alors débute le mois du ramadan. Une période avant tout sacrée pour les musulmans, mais aussi ponctuée de festivités quotidiennes, rupture du jeûne en tête. Cette année toutefois, c’est un ramadan confiné qui aura lieu. De quoi bouleverser les habitudes.

Mayotte TV Islam, la nouvelle web TV qui parle de l’Islam à Mayotte

Le paysage audiovisuel mahorais compte désormais une nouvelle chaîne. Mayotte TV Islam fait son entrée en proposant un programme consacré entièrement à la pratique de l’Islam sur l’île. La chaîne est pour le moment une web TV, mais elle a l’ambition de se développer rapidement.

La Meiitod d’Adrien

À Mayotte, presque tout le monde sait qui il est et ce qu’il chante. Il faut dire qu’aucun autre artiste mahorais ne peut se...

Magic System et Koba LaD à la deuxième édition du festival Sanaa

La deuxième édition du festival Sanaa est centrée autour des musiques à tendance urbaine et World music. Cette année, cinq artistes internationaux, trois régionaux...

Le célèbre dramaturge mahorais Alain Kamal Martial a écrit et composé un opéra régional qui retrace la création du monde selon la culture bantoue. Déjà joué en 2021 en Tanzanie et soutenu par l’Institut Français, ce spectacle professionnel mettant en scène de nombreux artistes d’Afrique de l’Est n’a toujours pas pu être représenté sur l’île d’origine de son auteur. En cause : aucun organisme culturel mahorais n’a pris la peine d’acheter le spectacle…

Ecrire la création selon les peuples bantous, tel est le projet de l’opéra régional « Genesis », entièrement écrit, composé et mis en scène par le dramaturge mahorais Alain Kamal Martial. « Les peuples bantous vivent majoritairement dans les pays entourant le fleuve Zambèze. C’est-à-dire en Zambie, au Zimbabwe, en Namibie et au Mozambique. Mais leur influence dépasse ces pays-là et une grande partie de l’Afrique de l’Est, canal du Mozambique compris, est grandement influencée par la culture bantoue », affirme le dramaturge. Mayotte elle-même tire une grande partie de sa culture chez les bantous, même si d’autres influences sont arrivées après. « Ce sont des peuples matriarcaux dont la mythologie est dominée par la croyance en la déesse créatrice Zambe. » L’auteur souhaite redonner une place d’honneur à ce qu’il appelle « le féminin supérieur », une énergie maternante qui permettrait notamment de recréer du lien entre les peuples d’origine de la région.

Cet opéra est en fait un extrait de son roman « Zambezia » dont il a voulu mettre en lumière l’une des parties. S’il se base sur la mythologie imprégnant l’Afrique de l’Est, la première partie du roman se déroule dans l’univers urbain avec tout ce qu’il implique de violence et de prostitution. L’opéra suit le parcours de Xamba, jeune fille qui se prostitue dans l’espoir de trouver un jour l’amour et la richesse, mais qui, au terme d’un parcours initiatique débuté en suivant une légende urbaine, finit par rencontrer la déesse Zambe. Elle redescend alors dans le monde matériel pour distribuer son énergie féminine chez les humains en chantant et dansant. « Il s’agit de désarmer la haine et la colère grâce à un art poétique touchant la sensibilité par rapport à la mère », explique Alain Kamal Martial. Pour lui, le salut des enfants de Mayotte passe donc par un retour aux sources de la culture bantoue et par le lien inter-régional. « Il faut proposer à la jeunesse une autre dynamique et réussir à les toucher à travers l’émotion », continue-t-il.

Une diffusion à Mayotte encore sous réserve

Le dramaturge plaide pour que ce spectacle soit joué sur l’île aux parfums. Il rêve d’une représentation à laquelle justement les enfants de la rue pourraient assister afin de s’imprégner de son message. « Dans mon opéra, il n’est nulle question de colonisation ou de traite négrière. J’ai voulu au contraire célébrer la vie et montrer qu’on peut voir l’histoire selon un autre axe », décrit-il. Il désigne son œuvre sous le terme de « bongo opéra », « bongo » signifiant « la saveur » et, par extension, « la chose du pays » en langue swahilie. Ce spectacle est soutenu par plusieurs organismes culturels dont la direction des affaires culturelles (Dac) Mayotte. Il a été acheté par La Réunion et l’Union Africaine et une grande tournée est prévue sous peu. Quid de la diffusion sur l’île d’origine de son auteur ? « J’ai prévu la date du 21 juin à Mayotte et j’ai fait pour cela une demande de subvention auprès de la coopération régionale. Mais pour l’instant, je n’ai toujours pas eu de réponse », déplore Alain Kamal Martial.

Le spectacle nécessite beaucoup d’artistes professionnels et donc une structure en mesure de l’acquérir. « Normalement, ce serait à l’Office départemental de la Culture de l’acheter. » En attendant, beaucoup d’artistes, comme le Mahorais, sont obligés de s’exporter dans d’autres pays pour voir leur œuvre enfin diffusée. « Je vais là où le travail m’appelle », indique d’ailleurs le dramaturge. « Genesis » sera ainsi joué au mois de juin en Tanzanie, où il a reçu le soutien de l’ambassade de France, et au Kenya. A Mayotte, l’avenir nous le dira en espérant que l’île retrouve bientôt un certain dynamisme culturel !

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1094

Le journal des jeunes

À la Une

Désormais 210 cas de choléra à Mayotte

L’Agence régionale de Santé (ARS) de Mayotte a publié un nouveau bulletin relatif au choléra sur le territoire. Il fait état de 210 cas...

Incendie au collège de Dzoumogné : les épreuves du brevet seront déplacées au lycée professionnel

Après l’incendie qui a ravagé le collège de Dzoumogné, ce dimanche 23 juin, la piste criminelle est privilégiée (voir encadré). L’établissement étant fermé jusqu’à...

Le personnel du dispensaire de Kahani en droit de retrait ce lundi

Depuis ce lundi matin, le personnel du dispensaire de Kahani, dans la commune de Ouangani, est en droit de retrait. Ils sont actuellement environ...

L’usine sucrière d’Hajangoua vers des travaux en 2025

En 2022, l’ancienne usine sucrière d’Hanjagoua, dans la commune de Dembéni, a été sélectionnée par la mission Bern. La subvention pourtant obtenue depuis, les...

« Le clandestin à Mayotte ne doit avoir qu’une seule certitude, celle d’être renvoyé »

Circonscription sud. Manon Moreno (Reconquête) fait ses premiers en politique à l’occasion des élections législatives qui auront lieu les 30 juin et 7 juillet...