100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

A l’aide de ses pinceaux Gil redonne des couleurs à Mayotte

À lire également

Ramadan à Mayotte : Un mois sacré sous le signe du confinement

Ce soir se déroule la “nuit du doute” pour les fidèles musulmans. Traditionnellement, si le croissant de la nouvelle lune est observé, alors débute le mois du ramadan. Une période avant tout sacrée pour les musulmans, mais aussi ponctuée de festivités quotidiennes, rupture du jeûne en tête. Cette année toutefois, c’est un ramadan confiné qui aura lieu. De quoi bouleverser les habitudes.

Mayotte TV Islam, la nouvelle web TV qui parle de l’Islam à Mayotte

Le paysage audiovisuel mahorais compte désormais une nouvelle chaîne. Mayotte TV Islam fait son entrée en proposant un programme consacré entièrement à la pratique de l’Islam sur l’île. La chaîne est pour le moment une web TV, mais elle a l’ambition de se développer rapidement.

À Mayotte, le grand flou artistique autour des mesures de soutien

Les acteurs mahorais du spectacle restent dans la tourmente : alors que le gouvernement a déployé des aides aux intermittents lésés par l’annulation des événements culturels, leurs homologues locaux ne pourront pas y prétendre, ce statut juridique n’existant pas au sein du 101ème département. 

Flou artistique autour des arts de la scène

Les artistes et intermittents du spectacle ne peuvent, à Mayotte, prétendre au statut juridique spécifique pourtant de vigueur en métropole, du fait de l’application tardive du droit du travail dans le 101ème département. Une situation qui complique encore un peu plus l’avenir de ces professionnels, souvent écartés des décisions politiques.

 

Comme tous les jours depuis 20 ans, Gil ouvre les grilles de L’Arabesque. A l’image de son propriétaire, la seule galerie de peinture de l’île est haute en couleur. Sur les murs couverts de tableaux, un arc-en-ciel de motifs et de pigments accueille le visiteur. Peintre, professeur et avant tout amoureux de Mayotte, l’artiste n’a de cesse de représenter l’île qu’il a connu il y a 30 ans déjà.

Du 1er janvier au 31 décembre, Gil expose au sein de sa galerie de Mtsapéré. La peinture ? Ce passionné la vie à “300%”. “Si quelqu’un me cherche, je suis ouvert 7 jours sur 7 et presque 24h sur 24” s’amuse l’artiste, “l’arabesque c’est un lieu d’exposition, un atelier, un endroit où je donne des cours et même mon lieu de vie”, poursuit-il. Connue de tous les habitués, la galerie ouvre ses portes aux curieux et Gil ne manque jamais une occasion de parler de son art. “Moi ce que j’aime c’est la couleur. Ma peinture est figurative et j’ai une prédilection affirmée pour le style “Maore ya zamani” ou la “Mayotte d’avant”, affirme le peintre. Par ces esquisses il peint et dépeint la société mahoraise traditionnelle mais il n’est pas “un peintre social” se défend-il. Dans ses œuvres, pas de cases en tôle ou de bateaux à moteur. Gil leur préfère les pirogues d’antan, les maisons en torchis des anciens ou encore les salouvas traditionnels aux couleurs chatoyantes.

La vie d’artiste

Heureux comme un prince au milieu de ses toiles, le peintre aux milles couleurs aime avant tout partager. “Je donne des cours non pas pour des raisons financières mais pour transmettre ma passion.” Aux côtés des ses deux élèves du jour, Gil observe, conseille et n’oublie jamais de laisser aux jeunes artistes la liberté créatrice qui lui est si chère. “J’ai un enseignement assez rigoriste. Je pars du principe que tout le monde est capable d’apprendre à dessiner mais que la peinture est propre à chacun”, explique le peintre. S’il vend ses toiles, il peint avant tout pour lui. Ses tableaux racontent le passé de l’île aux parfums et représentent des paysages qui ont fait battre son cœur. “Je ne sors plus pour trouver l’inspiration. Cette île je la connais comme ma poche. Ces paysages je les ai dans la peau et je leur redonne vie avec beaucoup de couleurs.” À l’huile ou à l’aquarelle, chacune de ses créations offre une vision unique du 101e département français bien avant qu’il n’en soit un.

Afin d’attirer de nouveaux amateurs de peinture pendant les fêtes, Gil organise les 24 et 31 décembre des “Happy days” avec un tableau acheté, un tableau offert. Une offre exceptionnelle pour finir l’année 2021 en beauté et gâter les amoureux des paysages mahorais. Alors envie de faire plaisir ou de vous faire plaisir ? Rendez-vous à L’Arabesque pour retrouver l’artiste et ses toiles.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

« On ne pouvait plus laisser pourrir les livres »

Les propriétaires d’une maison de la rue Pasky à Mamoudzou veulent récupérer leur rez-de-chaussée, abandonné depuis trois ans par l’association des parents d’élèves du...

Au gymnase de Cavani, 20% des 250 tests quotidiens sont positifs

Si la légère baisse des indicateurs épidémiologiques entre le 5 et le 11 janvier laisse présager une circulation moins active du virus, la course...

À Koungou, un week-end de violences qui laisse des traces

Parties d’une simple embrouille entre jeunes de Koungou, les violences de samedi, dimanche et lundi matin ont laissé place à un climat pesant sur...

Yann Le Bris, procureur de la République : « Une problématique générale d’ordre public »

Si les investigations se poursuivent dans l’espoir d’interpeller les fauteurs de trouble à l’origine du week-end agité sur Koungou et Majicavo, le procureur de...

Plus de 30 millions d’euros pour construire la cité administrative régionale

Commandé sous l'ancienne mandature, le projet de cité administrative régionale sur le site du conseil départemental est bel et bien sur les rails. Les...