100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Tentative de meurtre aggravée contre des militaires de la gendarmerie

À lire également

Santé mentale à Mayotte : les précisions du directeur par intérim du CHM

Après la lecture de notre article en date du 1er décembre intitulé « 15.000 personnes suivies pour des pathologies psychiatriques dans la nature ?...

Non à l’exclusion de nos journalistes

Ce 17 décembre 2021, un membre de notre rédaction a été exclu sans ménagement du pôle presse chargé de suivre la campagne de Marine...

De nouvelles directives pour le financement des structures qui œuvrent dans le social et le médicosocial

Ce lundi 22 novembre s’est tenue au conseil départemental la première rencontre entre le vice-président en charge des solidarités, de l'action sociale et de...

Sébastien Lecornu reporte sa venue à Mayotte

Sur son compte Twitter, le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, a annoncé ce lundi sa décision de reporter son déplacement à Mayotte et à...

Le 24 juin 2018 vers 15h à Mgnambani, dans la commune de Bandrélé, un dispositif opérationnel est déployé par l’antenne du GIGN en vue d’interpeller un homme faisant l’objet d’un mandat de recherche pour des faits multiples d’agressions et de vols à l’encontre de touristes.

Après avoir localisé l’individu à pied sur le bas côté de la route, deux militaires en tenue civile procèdent à son interpellation mais l’intéressé se rebelle et sort un couteau. Il est désarmé et conduit au sol pour son menottage lorsque plusieurs individus surgissent de la végétation, prennent à partie les militaires par des jets nourris de projectiles et parviennent à les blesser avant de prendre la fuite avec la personne recherchée.

Très gravement blessées à la tête, les deux victimes sont exfiltrées par trois gendarmes en renfort avant d’être héliportés vers le centre hospitalier de Mamoudzou. Présentant une fracture du crâne, l’un d’eux fait l’objet d’une évacuation sanitaire vers le centre hospitalier de Saint-Pierre à La Réunion, où il ne sortira du coma qu’au bout du 6ème jour.

L’enquête diligentée par la section de recherche de Pamandzi permet d’identifier les trois principaux auteurs des coups ayant blessé les deux militaires. Ils sont successivement interpellés par l’antenne du GIGN à l’occasion d’opérations conduites durant l’enquête de flagrant délit dans les communes d’Acoua et de Bandraboua. Placés en garde à vue, ils reconnaissent leur implication respective aux faits et feront l’objet d’une détention provisoire à l’issue.

Jugés du 24 au 26 novembre 2021 en Cour d’assise pour « tentative de meurtre aggravée », les deux premiers accusés ont été condamnés à 20 ans de prison tandis que le troisième a écopé de 18 ans de prison.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

« On ne pouvait plus laisser pourrir les livres »

Les propriétaires d’une maison de la rue Pasky à Mamoudzou veulent récupérer leur rez-de-chaussée, abandonné depuis trois ans par l’association des parents d’élèves du...

Au gymnase de Cavani, 20% des 250 tests quotidiens sont positifs

Si la légère baisse des indicateurs épidémiologiques entre le 5 et le 11 janvier laisse présager une circulation moins active du virus, la course...

À Koungou, un week-end de violences qui laisse des traces

Parties d’une simple embrouille entre jeunes de Koungou, les violences de samedi, dimanche et lundi matin ont laissé place à un climat pesant sur...

Yann Le Bris, procureur de la République : « Une problématique générale d’ordre public »

Si les investigations se poursuivent dans l’espoir d’interpeller les fauteurs de trouble à l’origine du week-end agité sur Koungou et Majicavo, le procureur de...

Plus de 30 millions d’euros pour construire la cité administrative régionale

Commandé sous l'ancienne mandature, le projet de cité administrative régionale sur le site du conseil départemental est bel et bien sur les rails. Les...