L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Le docteur Vincent Boullet laisse un grand vide au Gepomay

À lire également

Santé mentale à Mayotte : les précisions du directeur par intérim du CHM

Après la lecture de notre article en date du 1er décembre intitulé « 15.000 personnes suivies pour des pathologies psychiatriques dans la nature ?...

Emmanuel Macron « inquiet » pour Mayotte

L’Élysée a livré quelques échos de la conversation du président de la République française, Emmanuel Macron, et son homologue comorien, Azali Assoumani, ce samedi...

Élections législatives : Mayotte la 1ère lance aussi sa campagne

Pour cet évènement politique majeur, la rédaction de Mayotte la 1ère propose une offre éditoriale transversale sur les trois supports. Portraits des candidats, enjeux...

Enseignement supérieur : cérémonie de remise de diplômes

Ce samedi 25 juin s’est tenue la cérémonie de remise de diplômes universitaires (DU) et des Masters de métiers de l'enseignement, de l'éducation et...

Il a « parcouru et étudié ces vingt dernières années les écosystèmes de notre île, avec la passion, la rigueur, la méticulosité et la générosité qui le caractérisaient », a publié ce mardi, le Groupe d’études et de protection des oiseaux de Mayotte (Gepomay) sur son compte Facebook. Le décès du docteur Vincent Boullet, botaniste et phytosociologue de 68 ans, à l’hôpital de Mamoudzou, aurait été annoncé, mardi 13 février.

Les équipes du groupe font part d’une « immense tristesse » pour cet homme qui a contribué à apporter des connaissances sur les milieux mahorais afin de préserver la biodiversité de Mayotte. Il a notamment étudié les zones humides « propices aux oiseaux et leur dynamique », dont le lac Karihani, sujet de ses écrits en 2024. « Si le Gepomay est aujourd’hui gestionnaire de plusieurs zones humides, c’est en grande partie à lui que nous le devons », peut-on lire également, ajoutant que leurs pensées se dirigent vers sa compagne, ses filles et ses proches.

Sur le réseau numérique des botanistes francophones Tela Botanica, toute l’équipe du Conservatoire botanique national de Mascarin pleure également son président du conseil scientifique. Elle écrit : « Nous sommes certains que là où il est maintenant, il continue inlassablement à décrire avec poésie et observer la flore et les végétations avec passion et dévouement à leur protection ».

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1085

Le journal des jeunes

À la Une

Un préavis de grève déposé à l’Université de Mayotte

L’intersyndicale du campus de l’Université de Mayotte (ex-CUFR), CGT et Snesup-FSU, a déposé un préavis de grève, ce jeudi, pour un commencement dès le...

Logement : Dzoumogné au carrefour des nouvelles constructions de la SIM

Village central du nord de Mayotte, Dzoumogné compte un nouvel ensemble de 18 logements sociaux construits par la société immobilière de Mayotte (SIM), à...

Crise de l’eau : Près d’un million de bouteilles collectées au concours organisé par Citeo

Du 18 mars au 13 avril, Citeo a organisé un concours, intitulé « Hifadhuichisiwa », pour inciter les habitants à collecter le plus de bouteilles en...

Une CCI de Mayotte prête à jouer davantage une fonction de support

Il y a du changement à la Chambre de commerce et d'industrie de Mayotte (CCIM) avec l’arrivée d’un nouveau directeur général des services en...

Wuambushu 2 : Une opération qui prend de court les policiers ?

Deux porte-paroles de syndicats policiers regrettent le manque de concertation dans les derniers préparatifs de « Mayotte place nette », le nouveau nom donné à l’opération...