test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Haro sur les machettes

À lire également

Santé mentale à Mayotte : les précisions du directeur par intérim du CHM

Après la lecture de notre article en date du 1er décembre intitulé « 15.000 personnes suivies pour des pathologies psychiatriques dans la nature ?...

Emmanuel Macron « inquiet » pour Mayotte

L’Élysée a livré quelques échos de la conversation du président de la République française, Emmanuel Macron, et son homologue comorien, Azali Assoumani, ce samedi...

Élections législatives : Mayotte la 1ère lance aussi sa campagne

Pour cet évènement politique majeur, la rédaction de Mayotte la 1ère propose une offre éditoriale transversale sur les trois supports. Portraits des candidats, enjeux...

Enseignement supérieur : cérémonie de remise de diplômes

Ce samedi 25 juin s’est tenue la cérémonie de remise de diplômes universitaires (DU) et des Masters de métiers de l'enseignement, de l'éducation et...

Dans la continuité des annonces faites par la ministre déléguée aux Outre-mer, Marie Guévenoux, un arrêté préfectoral encadre désormais la vente et le transport de machettes à Mayotte. Afin de lutter contre les violences, la vente, le port, le transport et l’utilisation sans motif légitime de machettes, chombos et objets assimilés sont interdits sur l’ensemble du département, et ce du jeudi 14 mars au lundi 15 avril 2024.

Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, le préfet de Mayotte François-Xavier Bieuville confirme que « les magasins ne pourront plus vendre ces machettes à des mineurs ou à des personnes qui ne les utiliseraient pas à des fins professionnelles ».

Jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende

L’arrêté précise que les contrevenants s’exposent à une peine d’un an d’emprisonnement et 15 000 euros d’amende, contre deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende si le transport de ces armes est effectué par au moins deux personnes ou si deux personnes au moins sont trouvées ensemble porteuses de ces armes.

Lors des interpellations, « l’objet sera immédiatement saisi en cas de transport sans motif légitime », souligne l’arrêté préfectoral. Concernant les établissements qui vendent des machettes, ils risquent une fermeture administrative en cas de manquement à la réglementation. D’ailleurs, les commerces concernés doivent désormais apposer de manière visible et lisible le présent arrêté, au format minimal de 21*29,7 cm.

Le 5 mars, un jeune homme de 17 ans a été placé sous contrôle judiciaire en foyer d’accueil après avoir été trouvé porteur d’une machette artisanale au niveau du Quai Colas, à Mamoudzou.

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

Coupure d’eau ce dimanche 14 juillet pour les travaux du Caribus

Pour permettre la réalisation de travaux dans le cadre du Caribus, la Société mahoraise des eaux (SMAE) annonce la nécessité de procéder à une...

Les maires reprennent la main sur la Cadema

En élisant Moudjibou Saïdi et Ambdilwahedou Soumaïla en tant que président et premier vice-président de la communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou, les élus communautaires tirent...

« Un lieu d’accueil pour écouter le malade et sa famille »

L’esprit était à la fête, ce jeudi 11 juillet, au centre hospitalier de Mayotte (CHM), une partie des équipes fêtait l’inauguration du Bureau des...

A Passamaïnty, l’excellence synonyme de nouveau complexe sportif

Un grand projet d’aménagement est prévu pour le village de Passamaïnty, situé dans la commune de Mamoudzou. Ce dernier vise à créer un complexe...

Les nouveaux infirmiers célèbrent leurs diplômes dans la joie

On peut croire à un manzaraka, il s’agit en réalité de la cérémonie de remise des diplômes des infirmières et infirmiers. L’Institut des études...