100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Florence Dabin, nommée à la tête du GIP « Enfance en danger »

À lire également

Santé mentale à Mayotte : les précisions du directeur par intérim du CHM

Après la lecture de notre article en date du 1er décembre intitulé « 15.000 personnes suivies pour des pathologies psychiatriques dans la nature ?...

Non à l’exclusion de nos journalistes

Ce 17 décembre 2021, un membre de notre rédaction a été exclu sans ménagement du pôle presse chargé de suivre la campagne de Marine...

De nouvelles directives pour le financement des structures qui œuvrent dans le social et le médicosocial

Ce lundi 22 novembre s’est tenue au conseil départemental la première rencontre entre le vice-président en charge des solidarités, de l'action sociale et de...

Sébastien Lecornu reporte sa venue à Mayotte

Sur son compte Twitter, le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, a annoncé ce lundi sa décision de reporter son déplacement à Mayotte et à...

Ce mardi 23 novembre, les membres du conseil d’administration qui regroupe l’État, les conseils départementaux et les associations, ont élu, à l’unanimité, Florence Dabin à la présidence du groupement d’intérêt public « Enfance en Danger », qui gère deux entités distinctes : le numéro national d’urgence 119 (service national d’accueil téléphonique de l’enfance en danger) et l’observatoire national de l’enfance en danger.

En charge des solidarités, de l’action sociale et de la santé, le 7ème vice-président du Département, Madi Moussa Velou, s’est félicité de la nomination de la vice-présidente de l’assemblée des départements de France chargée de l’enfance, à la présidence de cet organisme. « C’est une excellente nouvelle : la question de l’enfance figure en effet au cœur des préoccupations personnelles et professionnelles de Florence Dabin depuis 20 ans, notamment comme élue locale. Elle contribuera en particulier à l’évolution de ce groupement, qui a vocation à devenir l’organisme de référence en matière de protection de l’enfance. J’ajoute que les questions liées à l’intérêt de l’enfant sont centrales à Mayotte », indique le vice-président. « Il y a des aspects qui sont liés aux compensations financières de l’aide sociale à l’enfance, pour lesquelles je conduis, en lien avec le président et le préfet des discussions serrées au plus haut niveau. Il y a aussi tout ce qui relève de la protection de l’enfance qui représente une politique publique particulièrement sensible, et nous le savons bien à Mayotte. Le fait de disposer d’une interlocutrice investie dans ce GIP national est donc une très bonne chose. »

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

« On ne pouvait plus laisser pourrir les livres »

Les propriétaires d’une maison de la rue Pasky à Mamoudzou veulent récupérer leur rez-de-chaussée, abandonné depuis trois ans par l’association des parents d’élèves du...

Au gymnase de Cavani, 20% des 250 tests quotidiens sont positifs

Si la légère baisse des indicateurs épidémiologiques entre le 5 et le 11 janvier laisse présager une circulation moins active du virus, la course...

À Koungou, un week-end de violences qui laisse des traces

Parties d’une simple embrouille entre jeunes de Koungou, les violences de samedi, dimanche et lundi matin ont laissé place à un climat pesant sur...

Yann Le Bris, procureur de la République : « Une problématique générale d’ordre public »

Si les investigations se poursuivent dans l’espoir d’interpeller les fauteurs de trouble à l’origine du week-end agité sur Koungou et Majicavo, le procureur de...

Plus de 30 millions d’euros pour construire la cité administrative régionale

Commandé sous l'ancienne mandature, le projet de cité administrative régionale sur le site du conseil départemental est bel et bien sur les rails. Les...