L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

9000 mercis !

Bangani veut faire connaître Mayotte aux quatre coins du monde

À lire également

Avec Tchak_en_vrac, Youssrah veut “resensibiliser la jeunesse mahoraise à l’information”

Tchak_en_vrac, c’est le nom que Youssrah a décidé de donner à son projet. Ce n’est pas un restaurant, non, mais un jeune média mahorais,...

Clap Productions : une nouvelle série TV sur le retour « choc » de 4 femmes à Mayotte

Dès mercredi prochain commence le casting pour une nouvelle série télévisuelle made in Mayotte. À sa tête, la gérante de la société audiovisuelle, Jacqueline...

Toufaili Andjilani s’envole pour de nouvelles aventures en Nouvelle-Calédonie

Après 20 ans au service de la rédaction RFO, puis Mayotte la 1ère, Toufaili Andjilani, l’actuel rédacteur en chef de la chaîne publique à...

FBI Mayotte, la fin brutale de la série

Il y a cru jusqu’au bout, mais la réalité l’a rattrapé. Naftal-Dylan Soibri, producteur et réalisateur de la série mahoraise FBI Mayotte, a annoncé...

Créée en 2020, Bangani est une association de production audiovisuelle mahoraise composée de dix jeunes locaux âgés de 21 à 25 ans. Un objectif commun les unit : celui de mettre en valeur à travers différentes actions tout le patrimoine de l’île aux parfums (culture, art, sport, entrepreneuriat, etc.). Ce projet informatif et de partage a pour but de faire rayonner Mayotte aux quatre coins du monde.

Encore peu connu hors des frontières de l’océan Indien, le 101ème département est souvent pointé du doigt pour ses actes de violences qui font de l’ombre à la richesse qu’il peut avoir. Conscients des différents atouts que possède le territoire mahorais, dix jeunes étudiants de l’association Bangani décident de mettre tout en œuvre pour faire connaître tout le patrimoine de Mayotte. « Nous essayons de promouvoir tous les domaines, que ce soit culturel, artistique et ça dans le monde entier. Nous ciblons des personnalités importantes qui se trouvent par exemple aux États-Unis ou en Allemagne dans un format d’interview et nous allons leur parler de la culture mahoraise », déclare Marc Doméon, co-président de la structure.

Ce projet de partage est né pendant la crise sanitaire. Comme beaucoup, les réseaux sociaux ont été une échappatoire et une façon de se retrouver avec les autres. « Lors du confinement, nous avons créé un concept sur les réseaux sociaux qui consistait à faire passer des artistes dans les lives. Et au fur et à mesure, ça a pris beaucoup d’ampleur », poursuit le co-président. Au-delà de ça, ils ont commencé à entamer des débats sur l’île de Mayotte, ce qui a été l’élément déclencheur de cet engagement informatif, puisqu’ils se sont très vite rendu compte que cela intéressait pas mal de monde.

« La cuisine, un endroit où nous retrouvons tout »

« Nous souhaitons sensibiliser tout type de public », souligne l’un des créateurs du média. Après réflexion, les dix étudiants ont remarqué qu’aucun journal local cherchait à parler lagon à l’international. « Je pense que Bangani pourrait faire ça. Nous avons un membre de l’équipe qui parle parfaitement anglais et qui pourra traduire. C’est un avantage pour nous », dit-il. Le projet de l’association va permettre d’aider, d’instruire et d’informer les jeunes comme les adultes sur le patrimoine de l’île de Mayotte, en utilisant un mot qui se réfère à la cuisine en shimaroé. « Un endroit où nous retrouvons tout. Nous en avons mis du temps à trouver ce nom puisqu’au début, nous avions pensé à laboratoire, mais ça ne nous convenait pas. Chez Bangani, nous mettons tout en avant : les entrepreneurs, l’art, les sportif, les artistes… La cuisine représente vraiment notre image de marque », raconte Marc Doméon.

Avec ses comparses, il a pour ambition de faire de Bangani ce grand média culturel mahorais qui permettrait de faire découvrir l’île au plus grand nombre.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1077

Le journal des jeunes

À la Une

Barrages : « Tout ce travail risque de se retourner contre nous »

Ce jeudi, plusieurs représentants des Forces vives, dont Safina Soula, ont tenu une conférence de presse à Mamoudzou pour demander à leurs confrères de...

Barrages : Des élus restés sur leur faim de leur déplacement à Paris

Le déplacement en début de semaine d’une poignée d’élus mahorais n’a pas permis d’en savoir davantage sur les engagements pris récemment par le gouvernement...

Un couvre-feu à Tsingoni après les incendies criminels

Les derniers affrontements entre des bandes de Miréréni et de Combani ont entraîné de lourds dégâts matériels dans le quartier Mogoni. La municipalité de...

Crise de l’eau : Un nouveau décret pour les aides « dans les tuyaux »

L’aide exceptionnelle de l’État à destination des entreprises les plus affectées par la crise de l’eau est prolongée jusqu’au 29 février. Elle pourrait inclure...

« Elle n’a jamais accepté que son seul fils épouse une Mahoraise »

Le matin du 3 juin 2016, à Labattoir, une dame de 60 ans a porté trois coups de machette à la tête d’une septuagénaire....