100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

L’ancienne coopérative des producteurs de vanille de Chiconi s’offre une nouvelle vie

À lire également

Mayotte accueille son conseil d’architecture, de l’urbanisme et de l’environnement

Mercredi s'est tenue l'assemblée générale constitutive du conseil d'architecture, de l'urbanisme et de l'environnement de Mayotte. Celui-ci a pour objectif d'accompagner gratuitement les particuliers...

“Oui à la piste longue à Mayotte, mais pas au détriment de l’environnement”

Le temps presse et le débat est loin d’être clos. L'allongement de la piste de l'aéro-port ne fait pas l’unanimité tant sur le fond...

À l’hôtel La Résidence à Kawéni, l’enfer quotidien des pieds dans l’eau et la boue

Gérante de l'hôtel La Résidence à Kawéni depuis 18 ans, Sophie Bond s'en prend à l'immobilisme ambiant et aux manquements des autorités. En raison...

Sur la route de Mouboukini à Combani, « soit on mouille les chaussures, soit on ne traverse pas »

La réfection d'une voirie peut parfois créer de larges polémiques dans une commune. C'est le cas pour la route de Mouboukini à Combani où...

Dans le cadre du plan de relance, et plus particulièrement du fonds de relance “friches”, la commune de Chiconi a obtenu une subvention à hauteur de 390.041 euros pour la rénovation de l’ancienne coopérative des producteurs de vanille. Dès 2022, le bâtiment accueillera un marché couvert, mais aussi des espaces de réunions et des bureaux destinés à dynamiser la vie associative de la municipalité.

La baie de Chiconi, son front de mer, ses pêcheurs et bientôt son nouvel espace de vente et de vie communale. Située non loin du lagon, l’ancienne coopérative des producteurs de vanille est un hangar en structure métallique des années 1950. À en croire les habitants de la commune, autrefois l’entrepôt servait de lieu de stockage et de séchage de gousses de vanille. “Le magazza vanille, comme on l’appelle, a accueilli différentes activités”, explique en bon professeur le DGS de la commune, Madi-Boinamani Madi Mari, qui joue les guides pour une matinée. Tantôt hôpital, puis école mais aussi évidemment lieu de vente et d’exposition de vanille, l’édifice a été laissé à l’abandon. “Pour nous, il est important de sauvegarder l’histoire architecturale des lieux, mais aussi l’histoire économique de la ville”, détaille-t-il. L’objectif ? Transformer cette friche en quelque chose d’utile afin de sauvegarder le patrimoine existant.

Un projet bien ficelé

Ce projet de réhabilitation s’inscrit dans une politique d’aménagement globale qui vise à équilibrer le territoire de la commune entre l’ancien village en front de mer et les nouveaux quartiers situés sur les hauteurs. À terme, la mairie souhaite redynamiser le centre historique en y implantant une zone d’activités économiques et touristiques, mais aussi en amenant une diversité d’acteurs. “Nous souhaitons mettre à disposition des porteurs de projets un lieu adapté pour développer l’économie locale et maintenir l’âme du site. L’artisanat faisant partie des atouts majeurs de la commune, ce lieu pourrait avoir un espace dédié spécifiquement à la filière artisanale”, argumente Youssfou Madjinda, le chef de projets aménagement et urbanisme à la commune de Chiconi. Avec la création d’un marché couvert, la ville de Chiconi affiche par ailleurs sa volonté d’offrir à la fois aux agriculteurs et aux consommateurs un lieu de vente répondant aux normes sanitaires et garantissant la traçabilité des produits.

Par ailleurs, avec le plan de relance “friches” le ministère de la Transition écologique a retenu 16 projets sur les territoires ultramarins. L’institution étatique affirme sa volonté de réhabiliter les friches qui constituent un “enjeu majeur d’aménagement durable des territoires pour répondre aux objectifs croisés de maîtrise de l’étalement urbain, de revitalisation urbaine, de limitation de la consommation des espaces naturels, agricoles et forestiers, mais aussi de protection des sols contre leur artificialisation”.

Le magazza vanille en quelques chiffres

Avec ses 440 mètres carrés au sol, le hangar proposera au rez-de-chaussée un large espace de vente. Douze boxs réservés aux fruits et légumes, autant destinés aux épices, aux produits transformés et à l’artisanat et enfin un box destiné aux produits frais. À l’étage, huit bureaux et deux salles de réunion centraliseront les activités associatives de la commune qui veut en faire un lieu “ouvert à tous”. D’ici là, la mairie espère un début des travaux au mois de février 2022 et attend avec impatience la dernière commission liée à la commercialisation qui aura lieu au secrétariat général des affaires régionales en fin de semaine prochaine.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

« On ne pouvait plus laisser pourrir les livres »

Les propriétaires d’une maison de la rue Pasky à Mamoudzou veulent récupérer leur rez-de-chaussée, abandonné depuis trois ans par l’association des parents d’élèves du...

Au gymnase de Cavani, 20% des 250 tests quotidiens sont positifs

Si la légère baisse des indicateurs épidémiologiques entre le 5 et le 11 janvier laisse présager une circulation moins active du virus, la course...

À Koungou, un week-end de violences qui laisse des traces

Parties d’une simple embrouille entre jeunes de Koungou, les violences de samedi, dimanche et lundi matin ont laissé place à un climat pesant sur...

Yann Le Bris, procureur de la République : « Une problématique générale d’ordre public »

Si les investigations se poursuivent dans l’espoir d’interpeller les fauteurs de trouble à l’origine du week-end agité sur Koungou et Majicavo, le procureur de...

Plus de 30 millions d’euros pour construire la cité administrative régionale

Commandé sous l'ancienne mandature, le projet de cité administrative régionale sur le site du conseil départemental est bel et bien sur les rails. Les...