Jeunes agriculteurs de Mayotte, un syndicat à la rescousse de la profession

À lire également

Réduire le budget agricole européen dans les Outre-mer, un scénario « non négociable »

La possible réduction du budget du programme d'options spécifiques à l'éloignement et à l'insularité (POSEI) pour la période 2021-2027 a créé un mouvement de...

L’éclosion parfumée du pôle d’excellence rural de Coconi

À Mayotte, encore plus qu'ailleurs, il faut savoir prendre son mal en patience pour voir émerger un projet. Celui du pôle d'excellence rural à...

Le syndicat Jeunes agriculteurs existe en France depuis plus de 60 ans. Sa mission, à Mayotte comme ailleurs, est de renouveler les générations puisque la population agricole est de plus en plus vieillissante. Mais depuis le début du confinement sur l’île, le syndicat doit pallier aux pertes considérables qu’enregistrent les agriculteurs, en mettant à disposition leurs produits en ligne.

C’est un fait, la profession d’agriculteur n’attire plus. La jeune génération ne rêve plus de cultiver les terres ou d’élever des animaux. À Mayotte, “la moitié de la population agricole encore active aurait dû prendre sa retraite”, indique Guillaume Meric, coordinateur du syndicat Jeunes agriculteurs de Mayotte. Et pourtant, les plus jeunes ne se bousculent pas pour prendre la relève, alors le syndicat se démène pour les attirer.

Sa principale mission ? Faciliter la procédure d’implantation des nouveaux arrivants. “Les installations se font en moyenne autour de 28-30 ans. Nous accompagnons les adhérents dans leurs démarches administratives, notamment pour obtenir toutes les aides financières auxquelles ils ont droit”, explique Soulaimana Moeva, président du syndicat. Un accompagnement nécessaire puisque la procédure est souvent complexe et les principaux concernés ne savent pas toujours vers qui se tourner.

jeunes-agriculteurs-mayotte-syndicat-rescousse-profession-2

Malgré ce coup de pouce, les installations officielles ne sont pas nombreuses dans le 101ème département. Une situation qui s’explique par le manque de considération de la profession. “Ici, tout le monde a un champs et chacun devient agriculteur le week-end, donc le métier n’est pas assez pris au sérieux. Mais nous poussons les plus jeunes à se professionnaliser dans ce domaine”, souligne Guillaume Meric. Cela se concrétise par de la sensibilisation dans les établissements scolaires et par des journées portes ouvertes au sein des exploitations pour découvrir le métier. Dans le futur, le syndicat souhaite développer l’agrotourisme, qui peut être un atout majeur pour les professionnels.

 

De la vente en ligne au plus près des agriculteurs

 

Depuis le début de ce deuxième confinement à Mayotte, le syndicat s’est vu attribuer un nouvel objectif : aider les producteurs à écouler leurs marchandises qui ne trouvent plus preneur. “Nous avons mis en place les ventes en ligne. Nous mettons à disposition les produits disponibles chez les agriculteurs sur notre page Facebook et les clients peuvent passer leurs commandes. Nous constituons des paniers et chacun va retirer le sien au point de retrait à Cavani”, détaille Soulaimana Moeva, président des Jeunes agriculteurs de Mayotte. Le système semble porter ses fruits puisque les commandent se multiplient.

Le syndicat veut pérenniser ce dispositif en créant un site web où l’on pourra contacter directement les professionnels. Un dispositif qui permet également de lutter contre l’économie informelle. “Quand les marchés sont fermés, les gens ont encore plus tendance à aller vers les marchés informels. Nous voulons fidéliser les clients pour lutter contre cela. Ils connaîtront ainsi l’origine des produits et sauront ce qu’ils mangent”, selon Soulaimana Moeva.

Sur le long terme, le syndicat aimerait inciter les exploitants à recevoir les consommateurs dans leurs champs pour que ces derniers puissent cueillir et choisir eux-mêmes leurs produits. Mais le chemin sera long puisque les terrains sont difficile d’accès, particulièrement en saison de pluie où les routes sont sinueuses. Même si les exploitations manquent d’infrastructures, le syndicat ne perd pas espoir. La vente en ligne est une grande innovation pour la profession à Mayotte, alors tout le reste est également possible.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°945

Le journal des jeunes

À la Une

Alison Morano, anthropologue : « Il n’y a pas de profil type du délinquant à Mayotte »

En 2016, Alison Morano se penchait sur « la catégorie sociale des mineurs isolés à Mayotte », dans le cadre de son mémoire d’anthropologie...

À Longoni, le futur lycée des métiers du bâtiment attend toujours sa viabilisation

Le rectorat organisait une visite sur le terrain du très attendu lycée de Longoni en compagnie des architectes mais aussi du président du SMEAM....

Diffamation : le président du syndicat de pompiers SNSPP-PATS de Mayotte devant le tribunal

Après une grève de plusieurs semaines qui a pris fin le 14 septembre 2020, l’ex-directeur du SDIS, le colonel Fabrice Terrien, cible de propos...

Soulaïmana Noussoura : « Il y a dix ans, les gens pensaient que j’étais un illuminé »

À l’occasion de la sortie de son livre, intitulé « Plan Marshall pour Mayotte », Soulaïmana Noussoura revient sur un projet qui lui tient...

48 étrangers en situation irrégulière interpellés à Koungou dans une opération de grande envergure

Après les violences du week-end dernier, une vaste opération menée par la gendarmerie nationale et la police aux frontières a été conduite à Koungou...