Santé à Mayotte : les associations d’usagers entendues par Dominique Voynet

Santé à Mayotte : les associations d’usagers entendues par Dominique Voynet

Un courrier des associations mahoraises de France Assos Santé interrogeait l’agence régionale de santé sur sa gestion de la crise le 11 juin dernier. Sa directrice leur a répondu en détail et les représentants des usagers espèrent désormais pouvoir planifier une réunion prochaine avec l’ARS. 

Ils avaient adressé une lettre au vitriol à la directrice de l’agence régionale de santé le 11 juin dernier, en prenant soin de mettre la presse en copie. Dans ce courrier, les représentants mahorais des usagers mentionnaient plusieurs sources d’inquiétudes sur le coronavirus à Mayotte, parfois relayées sur les réseaux sociaux et qui interrogeaient “quant à la capacité des autorités sanitaires locales à gérer efficacement cette crise sanitaire”. Cinq jours plus tard, on peut dire qu’ils ont été servis, et même au-delà de leurs espérances. Dominique Voynet s’est fendue le 16 juin dernier d’un courrier au moins aussi direct. Et parfois presque un brin caustique tant l’ancienne ministre n’y va pas par quatre chemins pour dire son sentiment à la lecture des critiques qui lui ont été adressées, dans le courrier d’abord et au travers des relais effectués dans les médias. 

Absence de dialogue 

“Je me réjouis de cette missive, qui me rassure au fond : les associations membres de France Assos Santé, totalement absentes pendant la crise sanitaire, à l’exception notable de l’UDAF qui est intervenue utilement à plusieurs reprises dans le débat mahorais - sont toujours là”, envoie d’emblée la directrice en introduction de sa missive. Et de dérouler sur l’absence supposée des associations mahoraises de France Assos Santé pendant “les trois longs mois de cette crise sans précédent” alors qu’elle était prête, selon ses propres dires, “à accueillir - avec joie - tout renfort, toute aide, toute suggestion pour faire mieux encore”. Discrètes sur la place publique, les associations concernées, agréées pour représenter les usagers de la santé, assurent de leur côté avoir travaillé régulièrement avec le CHM par visioconférence pendant la crise. Et c’est un premier courrier, adressé à l’ARS et resté plusieurs jours sans réponse, qui les auraient poussées à emprunter voie de presse. Problème de coordination ou dialogue de sourd ? Toujours est-il que la directrice de l’ARS souhaite “surmonter l’irritation du moment pour avancer ensemble désormais”. C’est pourquoi elle invite les auteurs du courrier à se manifester directement à l’ARS pour mettre leurs propositions sur la table. 

Le mise au point exhaustive de l’ARS 

Mais avant cela, Dominique Voynet s’attache à répondre point par point aux questions soulevées par les associations dans leur courrier initial. En près de six pages, la responsable déroule et défend les actions menées par sa paroisse : actions de communication sur le terrain, traductions effectuées par “un éminent cadre mahorais de l’ARS” et relues par dix personnes, approvisionnements des professionnels de santé en équipements professionnels de protection individuelle (EPI), mais aussi des officines, des personnes dépistées et des cas contacts à titre gratuit – 332.000 masques ont été distribués par l’ARS depuis le début de la crise -, affrètement d’un avion sanitaire capable d’évacuer chaque jour des patients covid ou non covid, et d’un hélicoptère, lutte acharnée pour obtenir les médicaments rares et les réactifs de tests et ainsi poursuivre la stratégie de contact-tracing et casser les chaînes de transmission, mise en place de protocoles pour adapter au contexte local la gestion de la crise en matière de rites funéraires et de mariage… Tout y passe, et Dominique Voynet ne lésine pas sur les détails. Deux annexes exhaustives viennent même lister les actions de communication sur la dengue et le Covid, particulièrement dans le viseur des associations d’usagers. 

Faire vivre la démocratie sanitaire 

Et ces organisations réunies au sein de France Assos Santé n’en attendaient d’ailleurs pas moins. Si elles ne souhaitent pas répondre publiquement pour l’instant, elles confirment avoir bien reçu le courrier. Réunies ce jour, avec le coordinateur national de France Asso Santé, les associations mahoraises espèrent désormais pouvoir organiser une réunion formelle avec la directrice de l’ARS. “Notre but a toujours été d’entrer dans un dialogue constructif”, rappelle Joëlle Rastami, la représentante de l’association Le Lien, et signataire de la lettre. “Nous sommes dans notre rôle de représentants et en soulevant ces questions, nous faisons vivre la démocratie sanitaire”, souligne une autre de ces associations. À charge de revanche...

Abonnement Mayotte Hebdo