Ousseni Balahachi déféré devant le parquet

Ousseni Balahachi déféré devant le parquet

Le secrétaire général de la CFDT , Ousséni Balahachi, a vu sa garde à vue prendre fin mardi soir. Elle avait été prolongée le soir de son arrestation, lundi 1er octobre. Il a été déféré devant le parquet dans la foulée pour être présenté devant un juge. Pour rappel, l'homme a été arrêté lundi suite à un contrôle d'identité auquel il aurait refusé de se soumettre. "Un contrôle ordinaire mené dans le cadre de la lutte contre l'immigration clandestine", a précisé le Procureur de la République, Camille Mansioni, avant de poursuivre : "Ne souhaitant pas présenter son identité, il a jeté son passeport par terre en demandant aux policiers de le ramasser." Son comportement se serait ensuite envenimé : "Il s'est emporté et s'en est pris à l'un des gendarmes, l'insultant et allant jusqu'à lui porter des coups." Et de préciser que les gendarmes en question, de la brigade mobile et venant d'arriver sur l'île, ne le connaissent pas et n'ont aucune raison de s'en prendre à lui. Ousséni Balahachi nie les faits qui lui sont reprochés. Plusieurs dizaines de personnes s'étaient réunies dès lundi devant la brigade de gendarmerie de Mamoudzou pour lui témoigner leur solidarité. Le syndicat SNUipp-FSU a également adressé son soutien dans un communiqué au "Camarade Balahachi, secrétaire général de l'UIR CFDT", critiquant l'action des forces de l'ordre et de la justice. Le secrétaire général du SNUipp-FSU, Rivomalala Rakotondravelo écrit ainsi que : "Cette attitude des forces de l’ordre et la stratégie du parquet donnent raison à la population mahoraise qui se sent écrasée et muselée par l’État. Le SNUipp-FSU Mayotte ne peut donc rester silencieux face à ce que d’autres estiment légitimement comme étant une tentative d’intimidation à l’encontre d’un syndicaliste actuellement en lutte".

Abonnement Mayotte Hebdo