Missions scientifiques en plein confinement à Mayotte : le pari fou de l’Ifremer

Missions scientifiques en plein confinement à Mayotte : le pari fou de l’Ifremer

La découverte du volcan sous-marin au large de Mayotte célèbre sa première année. À cette occasion, Flash Infos donne, tout au long de cette semaine, la parole à ceux qui, de près ou de loin, œuvrent pour une meilleure connaissance de ce phénomène naturel inédit qui évolue, chaque jour, sous le regard des Mahorais. Aujourd’hui, retour sur les deux campagnes scientifiques Mayobs 13 qui ont été pilotées à distance en mai dernier. Une première pour les chercheurs qui tentent de percer les secrets du volcan.

Les missions Mayobs se suivent depuis un an, mais ne se ressemblent pas. Confinement oblige, les deux dernières campagnes scientifiques autour du volcan et de l’essaim de séismes ont été, courant mai, les premières à être pilotées à distance depuis Brest, Paris et Orléans. À distance, oui, mais non sans vigilance. À plusieurs milliers de kilomètres des deux navires chargés pour le premier de récupérer les sismomètres de fond de mer et leurs précieuses données, et pour le second, de cartographier le fond de mer et d’identifier de nouvelles coulées de lave et d’émissions de fluides, une poignée de chercheurs en géosciences marines de l’Ifremer ont suivi, en continu et en direct, depuis chez eux, les données recueillies par chacun des deux appareils.

Des appareils, d’ailleurs, qui n’étaient pas initialement prévus pour assurer ces missions scientifiques, la plupart du temps opérées par le désormais bien connu Marion Dufresne. Mais en pleine crise sanitaire, celui-ci n’a pas pu être réquisitionné. Mais alors que rares sont les bateaux suffisamment équipés pour mener ce genre de campagnes, un navire de la marine nationale, le Champlain, est mobilisé par le ministère des Armées pour la levée des OBS. Pour les mesures acoustiques de bathymétrie, le Gauss, un bateau privé de la compagnie Fugro, alors en transit entre l’Égypte et l’Afrique du Sud, est dérouté vers Mayotte. Les deux campagnes, capitales pour la compréhension des événements sismologiques et volcaniques survenus depuis le mois d’août, date de la dernière mission Mayobs, auront bel et bien lieu. Ouf de soulagement.

Début mai, quatre chercheurs de l’Ifremer et de l’Institut de physique du globe de Paris (IPGP) fraîchement dépistés décollent de la capitale hexagonale en direction de La Réunion. Sur l’île intense, ils sont tenus d’observer 14 jours de confinement avant de gagner Mayotte. Puis, direction le port de Longoni où le Champlain les attend afin de relever les six sismomètres déployés en mer quelques mois plus tôt. À son tour, le Gauss prend la mer, pour suivre un plan de travail bien défini et qui couvre trois secteurs distincts : le volcan, sa ride, et la zone où est localisée l’essaim de séismes.

Six chefs de mission à six endroits différents

Pendant ce temps-là, en Bretagne, Delphine Pierre, chercheuse au sein du service cartographie, traitement de données et instrumentations de l’Ifremer, garde, depuis chez elle, les yeux soigneusement rivés sur son écran huit heures par jour, tout au long de la semaine que durera la mission. Elle et cinq autres de ses collègues sont chargés de planifier, à tour de rôle, l’itinéraire de navigation puis de récupérer en temps réel les données prélevées par le sondeur multifaisceaux du navire qui balaye le fonds de l’océan en envoyant un son dont l’écho permet de mesurer le relief des sols marins. L’équipe de scientifiques analysera ainsi des centaines de milliers de signaux en seulement sept jours. Un travail de fourmis, inédit dans de telles conditions, mais dont l’importance sera prouvée dès les premiers jours de la mission.

Rapidement, les chercheurs observent, via la sonde, de nouvelles émanations de gaz volcanique, ou panaches, ainsi qu’une nouvelle coulée de lave. Depuis la métropole, ceux qui se relaient quotidiennement pour suivre, 24h/24, les données recueillies par le sondeur sur les fonds marins, décident de modifier l’itinéraire, pour mieux inspecter chaque point où des changements ont été observés. Un imprévu face auquel l’équipe a dû réagir. « Nous sommes passés une dizaine de fois sur chacun de ces points, et nous avons récolté suffisamment de données qu’on sait de qualité, puisque nous les avons traitées en temps réel », sourit, soulagé, Emmanuel Rinnert, l’un des trois chefs de mission, restés en métropole pendant les campagnes. « Habituellement, ces données sont traitées en groupe, et nous travaillons tous ensemble dans la même salle. Là, nous avons chacun dû travailler depuis chez nous, et il fallait aussi pouvoir réagir immédiatement en cas de panne sur un système, mais heureusement, ça n’a pas été le cas lors de ces deux missions ! » Ainsi, un premier rapport devrait être dévoilé dès le mois de juillet. « Mais il est possible que ces résultats n’apportent aucun élément nouveau », tempèrent les chefs de mission de l’Ifremer, heureux d’avoir relevé le défi de piloter une campagne scientifique... depuis leur salon.

Après avoir été sortis de l’eau pour que leurs données soient récupérées, les six sismomètres de fond de mer ont été de nouveau immergés pour plusieurs mois d’enregistrement. (Crédit Ifremer)

Delphine Pierre, chercheuse au sein du service cartographie, traitement de données et instrumentations de l’Ifremer, suit en direct les mesures bathymétriques. (Crédit Ifremer)

Le plan de navigation du Gauss autour du volcan.

Illustration de mesures bathymétriques. (Source Ifremer)

Le navire Gauss lde a société Fugros, réquisitionné pour les relevés bathymétriques

Les premières observations faites lors de la mission Mayobs 13-2 en mai dernier. (Source Ifremer)

Le commandant Pierre-Gauthier Tilquin, et les quatre scientifiques, Pierre Guyavarch et Mickael Roudaut de l’Ifremer, et Simon Besançon et Tom Dumouch de l’IPGP-CNRS, devant le Champlain, alors à quai à La Réunion. (Crédit Ifremer)

Abonnement Mayotte Hebdo