L’attente avant la reprise des vols à Mayotte

L’attente avant la reprise des vols à Mayotte

Le week-end dernier, la ministre des Outre-mer annonçait une reprise progressive des vols au cours de la deuxième quinzaine de juin. Comment cela pourrait-il se passer ? C’est encore flou. Et pour cause : les compagnies aériennes sont dans l’attente, elles aussi, de plus de détails. Ils devraient vraisemblablement tomber dans les jours à venir, une fois les décrets parus. 

Samedi 30, la ministre des Outre-mer, Annick Girardin, durant son audition auprès de la délégation des Outremer de l’Assemblée nationale, annonçait une vraisemblable reprise des vols commerciaux vers Mayotte “sans doute” à partir de la seconde partie du mois de juin, les voyages pour “raisons impérieuses” demeurant la règle jusqu’au 22. Plus récemment, mardi 2 juin, la même ministre s’exprimait sur la chaîne Antenne Réunion. Au sujet du 101ème département, elle réitèrera ses dires, affirmant que “Mayotte s’ouvrira aussi directement vers la métropole d’ici quelques jours, mais j’aurais l’occasion de l’annoncer à Mayotte”. Bien, mais comment pourrait-elle s’organiser, cette reprise de vols ? Pour le moment, point de précisions et la compagnie aérienne desservant le territoire, Air Austral, confie être elle aussi dans l’attente de la publication des décrets qui rendront officielle la reprise des liaisons. “Nous n’avons pour le moment aucune information ministérielle sur le sujet, nous considérons donc que ce n’est encore qu’une possibilité”, explique la compagnie, qui concède toutefois avoir entendu la déclaration de la ministre : “On peut en effet espérer l’assouplissement des conditions de voyages, mais nous devons attendre que cela soit officiel pour dérouler notre programme.” 

En attendant, Air Austral travaille donc sur la base d’hypothèses, différents scénarios susceptibles d’évoluer. Elle poursuit donc son travail “sur des bases commerciales extrêmement souples qui permettent à notre clientèle de reporter de façon très simple les voyages s’ils ne sont pas possibles” et participe à une expérimentation, celle annoncée par la ministre et qui pourrait devenir une mesure obligatoire avant tout départ dans un territoire ultramarin : imposer un test dans les deux jours précédant le départ, mais aussi une septaine à l’arrivée accompagnée d’un nouveau test et, si ce dernier est négatif, une deuxième septaine allégée. “Nous avons récemment mené cette expérimentation sur un vol Paris-La Réunion”, détaille Air Austral, précisant que cela pourrait également servir lors de la reprise des vols vers Mayotte. 

Une reprise progressive ? 

Et à Mayotte, justement, la situation sanitaire étant ce qu’elle est – bien qu’en voie d’amélioration –, il semble que la problématique des conditions de déplacements ne soit pas encore tout à fait réglée. Ce que faisait remarquer Annick Girardin lors de son intervention chez nos confrères d’Antenne Réunion, en réponse à un auditeur inquiet de devoir voyager avec des passagers habitant à Mayotte où l’épidémie sévit encore. “Nous travaillons à pouvoir là aussi donner une garantie qui n’existe pas aujourd’hui”, a concédé la ministre. Comprendre : il va falloir sécuriser les vols pour que le virus ne se remette pas à circuler depuis Mayotte. 

Quoi qu’il en soit, la reprise devra être “progressive”, mais là encore, pour Mayotte, le doute plane. Air Austral détaille donc son ambition pour La Réunion, dans l’attente de plus d’informations concernant le 101ème département : “atteindre au mois de juillet une liaison quotidienne avec la métropole sur la base d’une reprise dès la mi-juin.” Dans tous les cas, “on est en capacité de réagir rapidement. Notre activité est en sommeil, mais peut repartir vite. On est prêt. On a juste besoin d’y être autorisé.”

Abonnement Mayotte Hebdo