07/07/09 - Sortir Mayotte de sa dépendance énergétique

07/07/09 - Sortir Mayotte de sa dépendance énergétique

Jeudi après-midi, l'Observatoire mahorais de l'énergie (OME) a présenté dans l'hémicycle du conseil général le bilan énergétique 2007, un document qui aurait dû être imprimé il y a presque un an… Cette première étude a été réalisée grâce à un travail collégial de la CDM, de l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) et d'EDM qui ont missionné l'Arer (Agence régionale de l'énergie de la Réunion) pour mettre en place l'OME en septembre 2008. Avec des données chiffrées très précises sur la production et la consommation d'énergie à Mayotte, cette étude est un document d'aide à la décision pour les acteurs publics et privés, en vue de réduire la dépendance énergétique de Mayotte vis-à-vis des énergies fossiles et de mettre en oeuvre des politiques d'économies d'énergie efficaces. "Les deux outils que sont la programmation pluriannuelle des investissements en production d'électricité et le Plan climat territorial pour réduire les émissions de gaz à effet de serre ne peuvent exister que si l'OME accomplit sa mission", a expliqué Philippe Beutin, le délégué régional de l'Ademe Réunion-Mayotte.

Le taux de dépendance énergétique de Mayotte s'élève à 92,2%, les 7,8% restants représentant la consommation du bois, du charbon de bois et de l'énergie solaire. Mayotte est donc encore loin des 20% d'autonomie énergétique à l'horizon 2020 prévus par le Grenelle de l'environnement… D'autant que Mayotte demeure le territoire français où la croissance de la consommation d'électricité est la plus forte : +15% en 2007 et +11% en 2008. "Nos projections à l'horizon 2020 prévoient le doublement de la consommation d'électricité d'ici 8 ans, ce qui implique la mise en place de nouveaux moyens techniques dès 2012, alors même que la centrale de Longoni vient d'ouvrir", a prévenu Hervé Le Trionnaire, chargé de mission développement durable à EDM. "Maîtriser la demande est donc la première priorité". La généralisation des lampes à économie d'énergie (qui seront de nouveau en vente à 1€ en septembre) ou la limitation des importations d'appareils électroménagers très consommateurs en énergie font partie des pistes évoquées pour réduire la consommation.

La seconde priorité pour Mayotte est de diversifier son mix énergétique, car les réserves mondiales de pétrole vont commencer à se tarir d'ici un demi-siècle. En 2007, seulement 0,3% de la production d'électricité est d'origine photovoltaïque. Un secteur aujourd'hui en plein développement, en parallèle avec le marché des chauffe-eau solaires qui commence à émerger. Un appel à projets "Mayénergie" pour des bâtiments confortables et énergétiquement performants vient également d'être lancé (la limite de remise des dossiers de candidature est fixée au 3 août). Enfin, M. Beuchin espère que le projet d'une centrale photovoltaïque de 5 MW, avec une solution de stockage de l'électricité, sera prochainement validé par le ministère de M. Borloo pour "montrer qu'avec des énergies intermittentes, on peut proposer des solutions durables".

Abonnement Mayotte Hebdo