L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Sazilé Swimwear va s’envoler pour défiler à Miami

À lire également

Miss Mayotte : “Je voudrais que les gens retiennent un côté positif de Mayotte”

Dernière ligne droite pour Eva Labourdere. Du haut de ses 20ans, la Mahoraise représentera son île demain soir, lors de l’élection de Miss France2020, retransmise en direct depuis le Dôme de Marseille. Une belle occasion de mettre le territoire sous le feu des projecteurs et peutêtre, de faire mieux qu’Esthel Née, 3ème dauphine de Miss France 2009, la meilleure place jamais gagnée par une femme de l’île à ce concours.

Safia Remery : Une femme mystérieuse devant la caméra

Son visage est connu du grand public. Safia Radjabou Remery a tourné dans des publicités mahoraises, mais on parle surtout d’elle pour ses rôles...

Isma Kidza, un photographe sous tous les plans

Des ses propres mots, Isma Kidza est un “fou de la photo”. Autodidacte qui s’affranchit des règles de la photographie, ce quadragénaire capte chaque...

Salama Youssouf, un parcours exemplaire pour la première notaire mahoraise

Son nom vous est peut-être inconnu mais Salama Youssouf est entrée dans l’histoire de Mayotte depuis peu. Elle est désormais la première notaire mahoraise...

Alexa Clockers est une passionnée de la mode et de l’univers du bain. C’est en 2019 qu’elle a décidé de se lancer dans l’aventure de la création de ses propres modèles de maillots de bain. Au travers de sa marque, la créatrice fait rayonner la femme et l’île de Mayotte. Après un défilé à Cannes l’année dernière, la créatrice et sa marque vont s’envoler en direction de Miami (États-Unis) pour défiler lors d’un des plus gros défilés du secteur en juillet prochain.

En 2019, après deux ans à Mayotte, Alexandra Maroine, plus connue sous le nom d’Alexa Clockers, reconnait qu’elle n’avait jamais trouvé le maillot qui lui parlait, « c’était vraiment le produit qu’il me manquait », explique-t-elle. Elle a donc décidé de se lancer dans le projet de créer des maillots de bain et directement, elle a su que « la griffe serait du bi-matière », à savoir du wax et du lycra. C’est là qu’est née la marque Sazilé Swimwear, un « hymne à la femme ». Elle qui souhaitait réaliser un produit « à l’effigie » de son île, avec un produit et un savoir-faire made in Mayotte, elle « met en lumière » son île, avoue fièrement la trentenaire. Toutes ses pièces sont ainsi « intemporelles et personnalisables ».

« C’est une consécration »

Après avoir fait défiler des pièces de sa marque en 2022 à Cannes, la créatrice et ses modèles uniques de maillots de bain, vont s’envoler cet été vers les États-Unis, pour un défilé à la Miami Swim Week. Les spectateurs de ce rendez-vous incontournable du monde de la mode, qui se déroule à Miami Beach, du 5 au 10 juillet 2023, verront donc « défiler des créations qui viennent de l’océan Indien et plus particulièrement de l’île de Mayotte », précise-t-elle. Il est vrai que ce genre d’événement est « une lumière qui est extraordinaire pour le territoire », concède la créatrice, mais admet aisément que derrière « il faut endosser de gros moyens financiers ». Au total, la designer aura à créer seize tenues, toutes créées en exclusivité pour le défilé.

Déjà « au front », Alexa travaille d’ores et déjà sur les esquisses papier de ses modèles, « j’imagine déjà un peu mes croquis ». Sans oublier son identité et sa griffe personnelle, cette créatrice mahoraise défile à Miami pour présenter et représenter l’île aux parfums. « C’est une consécration pour une designer comme moi, qui est à ses tout débuts », confie-t-elle. Participer à un défilé de la Miami Swim Week – l’un des plus gros défilés de l’univers du bain – est le fruit d’un travail permanent. « Je me bats au quotidien pour en arrivant là, il y a un gros travail derrière mes projets et d’autant plus celui-là », revendique la jeune femme. Elle, qui s’est « toujours battue », avoue que « c’est le territoire qui m’a permis de renouer avec ce rêve et cette profession ».

Le défilé à Miami Beach, un investissement budgétaire

Afin de pouvoir participer à cet événement, Alexa doit investir une première somme représentant le coût de blocage des seize mannequins, des maquilleurs, des coiffeurs et de l’organisation du show. À cela, elle doit ajouter un budget pour « la matière première avec l’achat de tissus de la collection spécialement conçue pour ce défilé, mon temps de travail, le logement à Miami, mais aussi le billet d’avion », explique-t-elle. L’objectif derrière ce projet ambitieux est « d’emmener des partenaires avec moi, pour qu’ils puissent participer à la notoriété et à l’envergure de l’événement, qu’ils puissent me soutenir et par ce biais qu’ils puissent profiter d’une communication hors pair également », complète la designer. Avec la volonté d’y arriver, elle est donc partie à la recherche de partenaires financiers pour l’accompagner dans ce projet.

Le départ est prévu fin juin, avec une première escale à Paris, puis direction Miami Beach pour un défilé en total « look plage », qui devrait présenter des pièces féminine et masculine. Dans sa ligne de mire, la jeune femme aspire à se positionner complètement dans l’univers du bain, pour « vraiment accroitre le domaine ». Ce projet, elle le dédie à sa passion qu’elle a « réussi à servir sur le territoire », dans le but, elle espère, de créer une impulsion au domaine du bain, « qui peut donner du rêve, donner du souffle et de l’espoir à la jeunesse ». En parallèle de ce défilé à Miami, elle souhaiterait réaliser son projet d’ouverture de boutique, qui serait dédiée à sa marque et pourrait réunir dans un même lieu, un showroom et son atelier.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1085

Le journal des jeunes

À la Une

Wuambushu 2 : « un quartier entier de Mamoudzou nettoyé de « ses bangas » »

Après une semaine d’opération « Mayotte place nette », le nouveau nom de Wuambushu 2, Marie Guévenoux a défendu un premier bilan sur la chaîne Sud...

Pêche illégale : Près d’une tonne de poissons saisis au port de M’tsapéré ce lundi

Dans sa lutte contre l’immigration et le travail informel, l’État a décidé d’étendre l’opération Wuambushu 2, ou « Place nette » pour sa dénomination officielle, au...

Fatma : L’événement dédié à l’art mahorais marque un vrai retour

Ce seizième anniversaire du Festival des arts traditionnels de Mayotte (Fatma) est célébré en grande pompe. En relation directe avec la commémoration de l'abolition...

Jugé en récidive, un voleur de téléphone échappe à la prison

Un jeune homme de 19 ans, jugé au tribunal judiciaire de Mamoudzou, ce lundi après-midi, pour des faits de vol commis à Tsararano (Dembéni)...

Comores : Un collectif dénonce les longs délais de délivrance des certificats de mariage

A cause de ces lenteurs, certaines familles franco-comoriennes attendent depuis 2021 la transcription de leurs certificats de mariage. La procédure, qui ne devrait pas...