100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Grève générale | Encore huit barrages ce mercredi

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

La base résiste. Alors que les organisateurs de la grève générale avaient appelé à la levée des barrages dès lundi soir, les obstructions routières se sont poursuivies mercredi sur l’île, au grand dam de l’intersyndicale et du collectif.

Longoni, Tsararano, Chirongui, Chiconi, Coconi, Dembéni, Nyambadao et Koungou : huit barrages paralysaient encore l’île mercredi, en fin d’après-midi, selon la préfecture. Celui de Koungou n’était pas tenu par des manifestants en fin de journée. Ces barrages se sont donc multipliés, par rapport à mardi, mais « leurs conditions sont plus permissives », indique la préfecture, précisant qu’ils laissaient passer les piétons et les véhicules sanitaires, de secours et des forces de l’ordre (à l’exception de Longoni, qui ne laisse passer que les piétons).

« On a eu un problème de communication », reconnaît Maoulida Momed, un des leaders du mouvement. « On continue le travail de pédagogie auprès des barragistes », déclare celui qui espère une levée totale des barricades pour vendredi. Désormais, nous apprend-il, les manifestants demandent que la France « accélère le travail diplomatique » avec les Comores et qu’elle confirme « que dès que la crise diplomatique sera résolue, les reconduites à la frontière reprendront ». L’intersyndicale et le collectif devaient faire remonter cette demande auprès du préfet mercredi après-midi, en marge d’une réunion avec le délégué du gouvernement.

Les nombreux points de blocage encore en place ont sans doute compliqué l’action de la Deal (Direction de l’environnement, de l’aménagement et du logement) ce mercredi. La veille, la levée partielle des barrages a permis de « dégager un certain nombre d’axes qui ont été rebloqués pour partie dans la même journée », souligne le chef du service infrastructures. « Nous ne sommes pas là pour lever les barrages. On vient une fois que la préfecture nous en a donné l’ordre à la suite ou en accompagnement des forces de l’ordre pour lever les encombrants qui bloquent la circulation », poursuit-il. « S’il y a des gens sur les barrages, on n’intervient pas. » Parmi les interventions menées mardi sur les routes nationales et départementales, celle sur la RD3 entre Vahibé et Miréréni retient l’attention, puisqu’il y avait « énormément d’arbres tombés ». 

Et le chef du service infrastructures de la Deal d’ajouter : « Des grévistes ont pris le parti de dire qu’ils nous rendent service en coupant des arbres. » La réalité est toute autre. « C’est un vrai souci. Nous, ça nous pose des difficultés au niveau de l’exploitation du réseau routier et sur la problématique de la biodiversité et de la gestion du réseau en eau », affirme-t-on du côté de la Deal.

Par ailleurs, dans ce contexte de multiples obstructions, « on n’est pas en capacité d’assurer le patrouillage et la sécurité des usagers de la route », déplore le chef du service infrastructures. Pire : la Deal manque d’enrobés pour boucher les nids-de-poule, du fait de la fermeture de l’usine de Koungou qui les produit, en raison de la grève. Les trous s’accumulent, notamment sur le réseau départemental.

Le responsable de la Deal indique également que le week-end du 24-25 mars a été marqué par l’effondrement d’un ouvrage hydraulique dans le secteur de Dzoumogné. Et comme « les gros engins sont stockés au parc de Kawéni », impossible de faire une réparation complète. Une solution provisoire a été mise en œuvre. La Deal arrive à « continuer de travailler sur le glissement de Majicavo » qui s’est produit mi-mars mais de nombreux autres travaux ont été retardés. « Pour revenir à la normale, ça va être compliqué ».

Une autre interception de kwassa par des villageois

Un kwassa a été intercepté mercredi en fin de matinée par des villageois à Bouéni, a confirmé la préfecture. Vingt personnes à bord ont été interpellées, majoritairement des Africains originaires du Burundi et du Rwanda, et quelques Comoriens.

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1013

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Le conseil départemental pris d’assaut par les travailleurs

Ce jeudi 29 septembre, l’appel national des syndicats à la grève a été entendu par près de 200 personnes, sur la place de la République,...

Logement : une aide à la pierre jusqu’à 100.000 euros pour près de 38 bénéficiaires

Mise en place par le Département, l’aide à la pierre vise à aider les familles ou personnes à faibles revenus à accéder à la...

Guet-apens de « Pilou » : L’auteur des coups de couteau condamné à quinze ans de prison

Le procès de la bande de Doujani, qui a agressé violemment un lycéen à l’intérieur d’un bus le 11 mai 2016, s’est terminé ce...

La laka de retour au premier plan, avec la course de pirogues traditionnelles de Mamoudzou

La mairie de Mamoudzou organise le dimanche 16 octobre la première course de pirogues traditionnelles sur le front de mer de la ville chef-lieu,...

Éric Dupond-Moretti veut créer une « task force » de magistrats

Outre un budget du ministère de la Justice en hausse de 170 millions d’euros, Éric Dupond-Moretti a annoncé plusieurs mesures, mardi 27 septembre, devant...