100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Le ramassage des élèves perturbé dans le nord et le sud par une nouvelle grève des chauffeurs

À lire également

Avec Transdev, la gestion du réseau a pour objectif de monter en compétences

Depuis le début du mois de mai, la société Transdev s'occupe de la partie gestion du réseau de transports scolaires pour le compte du...

Les chauffeurs de bus ne veulent plus conduire « la peur au ventre » à Mayotte

Ce jeudi 3 juin, les directions des transports scolaires ont décidé de suspendre l’activité des bus pour manque de matériel sur le réseau. Depuis...

Sécurisation, nouvelles flottes : les transporteurs scolaires préparent la rentrée

Dans un peu plus d’une semaine, les milliers d’élèves mahorais reprendront le chemin de l’école. Certains le feront avec les bus scolaires. Un rendez-vous...

Encore caillassés, les chauffeurs de bus de Mayotte exercent à nouveau leur droit de retrait

Depuis ce lundi 13 septembre 2021, les transporteurs de Mayotte exercent leur droit de retrait pour mise en danger des agents. En cause :...

La société Matis, qui est en charge du ramassage des élèves dans le nord et le sud de Mayotte, connaît un débrayage de ses employés depuis ce lundi. Pour faire face à ce nouveau mouvement social, le groupe Transdev, qui s’occupe de la partie gestion du réseau de transport scolaire pour le compte du Département, assure faire le nécessaire pour assurer sa mission.

La rentrée scolaire n’est pas seulement perturbée par la propagation du variant Omicron dans les établissements scolaires. Pour le transport des élèves, il existe aussi quelques difficultés. En effet, depuis ce lundi, la société Matis basée à Koungou fait face à la grève de plus d’une trentaine de ses chauffeurs. Ces derniers avaient posé un préavis la semaine précédente.

Leur mécontentement est grandissant depuis la rentrée. Outre les conditions de travail qui ont été modifiées, c’est la relation avec la direction qui est aujourd’hui le cœur du problème. Les employés sont même allés jusqu’à afficher sur le site une banderole demandant le départ de la directrice de la société, Lanto Thomas. «  Il n’y a plus de dialogue social », regrette Rachid Colo, délégué du personnel. « On a accepté beaucoup de choses et souvent à la baisse. Aujourd’hui, on s’est réveillé. »

Ce conflit s’ajoute à un contexte tendu pour les chauffeurs. Ce n’est pas nouveau, dans le nord de l’île, les bus sont régulièrement victimes de jets de pierre. Les salariés des sociétés de transport en sont parfois réduits à conduire avec un casque de moto par peur pour leur intégrité physique.

« On essaye de les remplacer »

En attendant que la société Matis et ses chauffeurs trouvent une solution, le réseau de transport scolaire en pâtit.  Une vingtaine de lignes dans le nord de l’île, ainsi qu’une quinzaine dans le sud, connaissent des problèmes depuis le début de semaine indique Transdev. « On essaye de les remplacer », assure Nadjima Saïd, chargée de communication au sein de l’entreprise délégataire du Département. « La société Matis tente également de trouver des solutions de son côté. » Quelques salariés non grévistes étaient ainsi appelés sur le pont.

La direction, qui n’a pas répondu à nos sollicitations, a de nouveau rencontré le personnel ce mardi. Mais aucune avancée n’a été enregistrée. « On a voté la grève illimitée. Donc, on continuera demain », prévient le délégué du personnel. Sur le site halo.yt, où sont indiquées les informations concernant le transport mahorais, il est signifié que des perturbations sont « à prévoir sur le Nord et Sud du réseau halO’ pour les prochains jours ».

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

« On ne pouvait plus laisser pourrir les livres »

Les propriétaires d’une maison de la rue Pasky à Mamoudzou veulent récupérer leur rez-de-chaussée, abandonné depuis trois ans par l’association des parents d’élèves du...

Au gymnase de Cavani, 20% des 250 tests quotidiens sont positifs

Si la légère baisse des indicateurs épidémiologiques entre le 5 et le 11 janvier laisse présager une circulation moins active du virus, la course...

À Koungou, un week-end de violences qui laisse des traces

Parties d’une simple embrouille entre jeunes de Koungou, les violences de samedi, dimanche et lundi matin ont laissé place à un climat pesant sur...

Yann Le Bris, procureur de la République : « Une problématique générale d’ordre public »

Si les investigations se poursuivent dans l’espoir d’interpeller les fauteurs de trouble à l’origine du week-end agité sur Koungou et Majicavo, le procureur de...

Plus de 30 millions d’euros pour construire la cité administrative régionale

Commandé sous l'ancienne mandature, le projet de cité administrative régionale sur le site du conseil départemental est bel et bien sur les rails. Les...