asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Une première très attendue pour les badistes mahorais

À lire également

Les salles de sport mahoraises en forme pour la reprise

Il ne manquait plus qu’elles. Les salles de sport sont les dernières sur la liste à pouvoir reprendre leurs activités à Mayotte. Elles pourront rouvrir leurs portes à partir du 22 juin, mais avant, elles doivent opérer des changements radicaux afin de respecter les gestes barrière, et ce n’est pas de tout repos.

UNSS Mayotte : les néo-collégiens à la découverte du sport scolaire

Une vingtaine d’établissements scolaires ont organisé la Journée nationale du sport scolaire 2020/2021, ce mercredi. Devant la crise sanitaire et les adaptations qu’elle implique, les participants ont été bien moins nombreux que les éditions précédentes. Malgré cela, l’événement n’a rien perdu de son enthousiasme.

Tir sportif : une réglementation plus restrictive

Alors que l'Association Sportive de Tir de Mayotte (ASTM) vient d'entamer sa 35ème saison, un décret du 29 juin "relatif au régime de la fabrication, du commerce, de l'acquisition et de la détention des armes" la contraint à faire évoluer sa réglementation. Une réforme "bienvenue", qui va permettre de mieux sécuriser la pratique de cette activité de loisir, selon Michel Gobbo, président de l'ASTM. 

Le badminton mahorais sera représenté pour la première fois aux Jeux des îles de l’océan Indien en août prochain à Madagascar ! Nous nous sommes entretenus avec Matthieu Gouzou, le président de la toute jeune ligue mahoraise, actuellement en Malaisie dans le cadre de l’assemblée générale de la Fédération internationale de badminton (BWF).

Flash infos : Quelles sont vos ambitions pour cette première participation aux Jeux des îles ?

Matthieu Gouzou : Nous enverrons dix joueurs concourir à Madagascar : six hommes et quatre femmes qui se préparent ensemble depuis plus de deux ans. C’est, certes, notre première participation aux Jeux des îles, mais nous n’allons pas là-bas pour faire de la figuration. On veut accrocher les grosses équipes comme La Réunion ou Maurice. On a des joueurs avec une bonne expérience, de niveau régional – voire national – lorsqu’ils jouaient dans l’Hexagone.

F.I. : Comment préparez-vous l’échéance ?

M.G. : On se regroupe régulièrement pour créer de la cohésion d’équipe. C’est important car c’est notamment en double que l’on a de bonnes chances de se distinguer. On prépare des séances d’entraînement en accord avec la Fédération française de badminton (FFBaD). On filme nos séances et des entraîneurs chevronnés de la « fédé » nous font des retours techniques précis pour que nous puissions progresser. Côté compétition : les championnats de Mayotte sont prévus les 3 et 10 juin au gymnase de Cavani. Ensuite, cet été, l’une de nos joueuses partira trois semaines en Indonésie pour un stage intensif ; six autres iront dans l’Hexagone – en club ou en stage. Enfin, quatre d’entre nous participeront au Tournoi international de La Réunion et à l’Open de Saint-Denis pour parachever notre préparation. Nous sommes soutenus par le Conseil départemental pour préparer ces jeux.

F.I. : La ligue mahoraise de badminton est toute jeune. Parlez-nous de cette structuration.

M.G. : Il y a du badminton depuis 1995 à Mayotte, mais nous n’avions pas encore assez de gens impliqués et motivés pour créer une ligue. Je suis devenu président du club de Mamoudzou il y a deux ans ; on a créé un bureau et ça a bien marché. Nous avons pris contact avec la FFBaD et le directeur technique national adjoint est venu à Mayotte pour vérifier qu’avec le club de Petite-Terre, nous étions capables de monter une ligue. La Ligue mahoraise de badminton est donc née le 20 juin 2022 et compte aujourd’hui près d’une centaine de licenciés. Nous nous servons de l’expérience de la ligue de Wallis, assez similaire à la nôtre.

F.I. : Pourquoi cette structuration est si importante ?

M.G. : En créant la ligue, nous avons pu nous affilier à la Fédération internationale de badminton (BWF). D’une part, cela va nous permettre d’avoir des moyens supplémentaires – en termes de formation notamment. D’autre part, cela nous permettra de participer aux Championnats d’Afrique l’année prochaine, sous les couleurs de Mayotte – une expérience intéressante dans l’optique des Jeux des îles 2027 ! C’est aussi en structurant la pratique que nous allons pouvoir la développer chez les jeunes. Dans l’Hexagone, le badminton est le deuxième sport scolaire !

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

A Mlezi Maoré : « On a pu amortir les perturbations »

L’année 2023 a été compliquée chez Mlezi Maoré. Faute de financements, l’association qui œuvre dans le social et la santé a dû procéder à...

« Un contrôle interne insuffisant » de l’association Mlezi Maoré

La Chambre régionale des comptes a rendu public vendredi 12 juillet son rapport d’observations sur l’association Mlezi Maoré. Il souligne notamment un « contrôle interne...

Salime M’déré « a tout perdu »

Suite à l’arrêté du préfet de Mayotte du 25 juin dernier, portant démission d’office Salime M’déré a perdu son poste de premier vice-président du...

Fin de la grève à La Poste après trois semaines de mobilisation

Depuis le 26 juin, des salariés de La Poste s’étaient mis en grève. Ils demandaient une prime contre la vie chère et les paiements...

« Vous êtes la fierté de votre village, de votre quartier, de votre ville »

Près de 30 bacheliers de Mamoudzou ont été distingués par la mairie vendredi 12 juillet. Une cérémonie était organisée pour les titulaires des mentions...