L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

En Petite-Terre, 900 enfants apprendront à nager gratuitement d’ici août

À lire également

Les salles de sport mahoraises en forme pour la reprise

Il ne manquait plus qu’elles. Les salles de sport sont les dernières sur la liste à pouvoir reprendre leurs activités à Mayotte. Elles pourront rouvrir leurs portes à partir du 22 juin, mais avant, elles doivent opérer des changements radicaux afin de respecter les gestes barrière, et ce n’est pas de tout repos.

UNSS Mayotte : les néo-collégiens à la découverte du sport scolaire

Une vingtaine d’établissements scolaires ont organisé la Journée nationale du sport scolaire 2020/2021, ce mercredi. Devant la crise sanitaire et les adaptations qu’elle implique, les participants ont été bien moins nombreux que les éditions précédentes. Malgré cela, l’événement n’a rien perdu de son enthousiasme.

Une première très attendue pour les badistes mahorais

Le badminton mahorais sera représenté pour la première fois aux Jeux des îles de l’océan Indien en août prochain à Madagascar ! Nous nous sommes...

Lancée en novembre dernier, l’école municipale de natation de la Petite-Terre apprend gratuitement aux enfants à nager et leur permet de passer leurs premiers certificats de natation. Des cours sont donnés tous les mercredis après-midi sur la plage du Faré. Nous y avons rencontré les apprentis nageurs, et leur encadrant, Alain Baron, à l’initiative du projet.

« Allez ! Le I… le A… la grenouille ! », déclame Alain Baron de sa voix tonitruante, mimant à ses jeunes élèves les gestes successifs à faire pour nager une brasse réussie. Dans l’eau, une poignée d’enfants, âgés de 7 à 11 ans, tente d’appliquer les consignes, armée de planches et de frites flottantes. Pendant une bonne heure, ce mercredi après-midi, ils mettent la tête sous l’eau, battent des pieds et avancent tant bien que mal successivement en crawl, en brasse et sur le dos. Difficile d’imaginer qu’il y a quelques semaines, la plupart d’entre eux avaient peur de l’eau.

Depuis le mois de novembre dernier, en Petite-Terre, une école municipale de natation accueille gratuitement les enfants désireux d’apprendre à nager. Les cours sont dispensés sur la plage du Faré, par Alain Baron, maître-nageur, et son adjoint Raoui Subra, tous les mercredis. Des stages intensifs sont proposés pendant les vacances.

Initié par le premier, le projet est porté par les deux municipalités de la Petite-Terre, via la l’intercommunalité (CCPT). « Je suis parti d’un constat simple : 13 % de réussite au « savoir-nager » (certificat d’aisance nautique passé par les classes de 6ème et mis en place par l’Éducation nationale en 2015, NDLR) à Mayotte. Pour moi, c’est aberrant d’être entouré d’eau et de ne pas savoir nager ! », estime-t-il, prévoyant d’instruire 900 enfants d’ici la fin du mois d’août. « C’est d’abord une question de sécurité ! » En France, les noyades sont la deuxième cause de mortalité des jeunes enfants, rapporte l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

 

« Une peur de l’eau ancestrale »

« Pour inciter à savoir nager, il faut casser les tabous, car la peur de l’eau est ancestrale ici. On travaille dessus avec les enfants, mais aussi avec les parents. On essaie de leur donner confiance petit à petit », explique le maître-nageur, tout en exerçant le petit groupe. La jeune Laila, 11 ans, reconnaît être arrivée avec de beaucoup d’appréhension. « Mais j’ai vraiment bien progressé », admet-elle, sous l’œil approbateur de l’encadrant. « Maintenant, j’aimerais continuer la natation en club ».

« Soyons honnêtes, l’objectif in fine, c’est de récupérer ces jeunes dans les clubs », abonde le fondateur de cette école, qui y voit un socle de base pour favoriser la structuration de la filière de la natation sur l’île, et un vecteur d’emploi. « Familiariser les enfants avec l’eau dès le plus jeune âge, c’est se donner toutes les chances de former, par la suite, des surveillants de baignade ou des maîtres-nageurs mahorais ! », argue-t-il, plaidant pour une prise de conscience de la problématique par les élus locaux.

Après une bonne heure d’exercices pratiques, la voix d’Alain résonne à nouveau « Allez, tout le monde dehors, c’est terminé pour aujourd’hui ! ». « Oh nooon ! Déjà !? », rouspète le petit groupe, qui serait volontiers resté barboter un peu plus longuement.

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1077

Le journal des jeunes

À la Une

Barrages : « Tout ce travail risque de se retourner contre nous »

Ce jeudi, plusieurs représentants des Forces vives, dont Safina Soula, ont tenu une conférence de presse à Mamoudzou pour demander à leurs confrères de...

Barrages : Des élus restés sur leur faim de leur déplacement à Paris

Le déplacement en début de semaine d’une poignée d’élus mahorais n’a pas permis d’en savoir davantage sur les engagements pris récemment par le gouvernement...

Un couvre-feu à Tsingoni après les incendies criminels

Les derniers affrontements entre des bandes de Miréréni et de Combani ont entraîné de lourds dégâts matériels dans le quartier Mogoni. La municipalité de...

Crise de l’eau : Un nouveau décret pour les aides « dans les tuyaux »

L’aide exceptionnelle de l’État à destination des entreprises les plus affectées par la crise de l’eau est prolongée jusqu’au 29 février. Elle pourrait inclure...

« Elle n’a jamais accepté que son seul fils épouse une Mahoraise »

Le matin du 3 juin 2016, à Labattoir, une dame de 60 ans a porté trois coups de machette à la tête d’une septuagénaire....