100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Coupe de France de basket-ball : l’équipe féminine de Fuz’Ellipse de Cavani obligée de déclarer forfait, faute d’avion ?

À lire également

Les salles de sport mahoraises en forme pour la reprise

Il ne manquait plus qu’elles. Les salles de sport sont les dernières sur la liste à pouvoir reprendre leurs activités à Mayotte. Elles pourront rouvrir leurs portes à partir du 22 juin, mais avant, elles doivent opérer des changements radicaux afin de respecter les gestes barrière, et ce n’est pas de tout repos.

Saison terminée pour les sportifs mahorais

Les fédérations nationales tranchent les unes après les autres : les compétitions amateurs 2019/2020, jusque-là suspendues pour cause de Coronavirus sont définitivement interrompues. La saison est donc terminée pour le basket-ball, le handball, le rugby et le volley-ball mahorais. La Fédération française de football temporise encore…

 

Le handisport mahorais bientôt au programme des Jeux des Îles ?

Si aucun comité départemental de handisport n’existe à Mayotte, le Cros espère bien pouvoir développer la pratique d’ici 2023, date des prochains Jeux des Îles de l’océan Indien. Une première réunion de travail a eu lieu en ce sens mercredi, avec les associations et les institutions. Un seul mot d’ordre : l’inclusion.

Qualifiée pour la finale de la Coupe de France de basket-ball de la zone océan Indien, l’équipe féminine de Fuz’Ellipse de Cavani ne sait toujours pas si elle pourra tenir son rang le 11 décembre prochain à La Réunion. En cause : l’absence de billets d’avion disponibles pour cette période. Une situation qui pousse le club à médiatiser l’affaire pour tenter de faire bouger les lignes.

coupe-france-basket-ball-equipe-feminine-fuzellipse-cavani-declarer-forfait-faute-avionLe rêve de l’équipe féminine de Fuz’Ellipse de Cavani tourne au cauchemar ! Qualifiées le 21 novembre dernier pour la finale de la Coupe de France de la zone océan Indien, les joueuses ne sont pas encore certaines de défendre leur chance à La Réunion, le 11 décembre prochain, contre la Tamponnaise. La faute a un casse tête chinois du côté du trafic aérien… « Quatre jours avant notre match, nous avons adressé une demande de réservation auprès d’Air Austral, nous engageant par écrit à payer l’avance forfaitaire réclamée dès le lendemain de la victoire, si celle-ci survenait », retrace Nassim Said Boana, un membre actif du bureau. Silence radio, jusqu’à ce que l’agence de la compagnie aérienne en question annonce le 22 novembre ne pas pouvoir donner suite à cette requête, faute de sièges disponibles.

Face à cette réponse négative, les dirigeants décident alors de réduire la voilure dans l’espoir de toujours s’envoler deux jours avant cette rencontre décisive. « Nous sommes passés d’une délégation de 24 à 18 personnes. » En vain ! L’incompréhension est d’autant plus grande qu’un groupe de taille identique « a réussi dans le même temps à avoir des places », fait savoir le bénévole. Qui regrette un manque d’accompagnement du sport amateur par la ligue de basket-ball et les autorités compétentes. « Nous avons alerté tout le monde, mais rien ne change… »

Un vol spécialement affrété ?

Au vu de l’enjeu, ce serait tout simplement dommage de passer à côté d’une telle opportunité, surtout pour une première fois à un tel niveau. Car d’un point de vue sportif, il s’agit d’une chance en or pour les filles et le rayonnement du territoire. En effet, La Tamponnaise marche sur la compétition depuis plusieurs années dans la région. « C’est la meilleure équipe de La Réunion, mais nous nous préparons sportivement pour partir au combat et gagner. […] Aujourd’hui, si le basket masculin mahorais joue d’égal à égal avec celui de nos voisins, c’est parce qu’il a réussi à emmagasiner de l’expérience à travers ces compétitions ! »

À l’heure actuelle, c’est toujours plus ou moins le flou artistique pour le Fuz’Ellipse. « Air Austral regarde s’il est possible d’affréter un vol supplémentaire. Mais nous ne pouvons pas nous baser sur du ‘peut-être’… Il faut anticiper car en attendant, nous ne pouvons pas non plus réserver les chambres d’hôtel », peste Nassim Said Boana, effrayé à l’idée de devoir déclarer forfait pour des raisons logistiques. Heureusement, le club peut compter un soutien inattendu dans ce chaos : celui de la ligue de basket-ball réunionnaise. « Leur président, que nous eu ce mercredi après-midi, s’étonne que ne nous bénéficions pas de soutien dans cette galère. » Finalement, la médiatisation de l’affaire semble porter ses fruits… « Tant que nous n’aurons pas d’écrit, nous ne serons pas rassurés ! »

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

« On ne pouvait plus laisser pourrir les livres »

Les propriétaires d’une maison de la rue Pasky à Mamoudzou veulent récupérer leur rez-de-chaussée, abandonné depuis trois ans par l’association des parents d’élèves du...

Au gymnase de Cavani, 20% des 250 tests quotidiens sont positifs

Si la légère baisse des indicateurs épidémiologiques entre le 5 et le 11 janvier laisse présager une circulation moins active du virus, la course...

À Koungou, un week-end de violences qui laisse des traces

Parties d’une simple embrouille entre jeunes de Koungou, les violences de samedi, dimanche et lundi matin ont laissé place à un climat pesant sur...

Yann Le Bris, procureur de la République : « Une problématique générale d’ordre public »

Si les investigations se poursuivent dans l’espoir d’interpeller les fauteurs de trouble à l’origine du week-end agité sur Koungou et Majicavo, le procureur de...

Plus de 30 millions d’euros pour construire la cité administrative régionale

Commandé sous l'ancienne mandature, le projet de cité administrative régionale sur le site du conseil départemental est bel et bien sur les rails. Les...