100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Vatel

Le vieillissement de la population, un enjeu à anticiper dès maintenant

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Avec 112 établissements et services aux quatre coins de la France, le groupe SOS Seniors réfléchit à s’implanter dans les Outre-mer. Sa directrice, Maryse Duval, s’est rendue la semaine dernière à Mayotte en compagnie de Maxime Zennou, le directeur du groupe SOS Jeunesse, pour connaître les dispositifs d’accompagnement des personnes âgées. Ils mènent également une réflexion autour de l’implantation d’Ehpad sur le territoire.

Flash Infos : Quel état des lieux pouvez-vous donner sur la prise en charge et l’accompagnement des personnes âgées dans le 101ème département ?

vieillissement-population-enjeu-anticiper-maintenantMaryse Duval : Aujourd’hui, la problématique des séniors n’est pas forcément prioritaire à Mayotte, car la population âgée fragile représente 6% des habitants de l’île. Toutefois, il faut savoir se projeter avec l’augmentation du niveau de vie et le réel phénomène du travail des femmes. Cette émancipation professionnelle empêche de pouvoir garder les grands-parents à la maison, qui peuvent connaître des soucis de transfert, de mobilité… S’ils restent dix heures tout seuls, qui va s’en occuper ? Une réflexion est actuellement engagée par le Département sur les services de soins et d’aides à domicile. Mais dans toute réponse logique de parcours gérontologique et gériatrique, il faut peut-être envisager d’autres solutions. Il existe déjà les accueillants familiaux, mais ils ne sont pas en capacité de prendre en charge les personnes âgées grabataires. Ce ne sont pas des soignants…

FI : En plus des cinq futures unités de vie qui doivent voir le jour, une réflexion est actuellement menée par les autorités pour ouvrir une structure médicalisée. Que pouvez-vous nous dire à ce sujet ?

Maryse Duval : Nous avons répondu à un appel à projets sur la constitution de cinq petites unités de vie, pouvant accueillir entre trois et cinq personnes. Cela correspond à une petite maison en colocation au sein de laquelle nous greffons des services d’aides et de soins à domicile. Ce qui correspond à une réponse plus structurée, mais relativement limitée. Ainsi, le Département et l’Agence régionale de santé (ARS) se posent la question à terme de lancer un appel à projets pour un établissement médico-social de type Ehpad (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) pour répondre à une certaine demande de la population. Mais il faut compter à peu près quatre ans entre son lancement et la remise des clés… Il faut se projeter sur le vieillissement de la population. Ce sont des sujets à la main des institutions. Notre volonté est d’apporter notre expertise de l’accompagnement des séniors, avec l’ancrage territorial et l’assise que représente Mlézi Maoré pour pouvoir structurer ces projets. Nous sommes là pour offrir d’autres alternatives et participer au changement culturel de ces sujets.

FI : Pour une fois, les autorités compétentes semblent faire preuve d’une certaine anticipation…

vieillissement-population-enjeu-anticiper-maintenantMaxime Zennou : Les autorités ont conscience des évolutions sociologiques. Ainsi, la question du vieillissement est bien présente dans la réflexion. C’est bien qu’il y ait cette anticipation à travers les groupes de travail déjà formés. Au Département, le directeur du pôle autonomie est lui aussi dans une analyse assez fine des enjeux du territoire. Nous nous sommes accordés, d’un côté comme de l’autre, sur l’idée d’apporter une pluralité de réponses dans les logiques de parcours. Et surtout, il ne faut pas plaquer les modèles métropolitains d’il y a vingt ans, ce n’est ni envisageable ni souhaitable. Il faut prendre en compte les spécificités de l’île et se projeter dans les approches modernes : la robotique, la télémédecine… Sans oublier l’alimentation, la mobilité, l’animation !

Maryse Duval : Après, le projet d’Ehpad n’est pas encore dans les cartons. C’est plutôt une vision du Département et de l’ARS. Nous commençons à trouver quelques personnes âgées isolées. De facto, des problèmes liés au vieillissement émergent. À terme, la structure médicalisée sera sans doute la solution la plus adaptée.

FI : Par contre, il va falloir réussir à trouver du personnel compétent dans les domaines du social et du médico-social, qui subissent une crise sans précédent en termes de recrutement… Preuve en est, Mlézi Maoré a actuellement 170 postes vacants…

Maxime Zennou : Les compétences ne sont pas toujours à la hauteur des besoins. Il faudrait largement amplifier les volumes d’étudiants stagiaires à nos métiers au sein de l’institut régional du travail social (IRTS). Le dispositif de formation doit suivre les évolutions en termes de développement des politiques publiques. En parallèle de la réflexion sur les équipements nécessaires sur le département, il faut anticiper le recrutement des professionnels de santé de demain.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1000

Le journal des jeunes

À la Une

Toutes les informations à connaître sur vos candidats aux élections législatives

Le ministère de l’Intérieur a publié ce mardi 24 mai la liste des candidats officiels enregistrés en préfecture pour le 1er tour des élections...

La Cimade annule sa procédure judiciaire entamée contre le Collectif des Citoyens

Le procès à l’encontre de trois membres du Collectif des Citoyens poursuivi par la Cimade, qui devait avoir lieu ce mardi 24 mai, a...

Une boutique pédagogique pour former les futurs professionnels de la vente à Sada

Premier dispositif de cette envergure à Mayotte, la boutique pédagogique du lycée de Sada a ouvert ses portes salle B210, ce mardi 24 mai...

Débat télévisé : une question de légitimité …

Dans le cadre des élections législatives 2022, la télévision publique organise ses traditionnels débats permettant aux différents candidats en lice de défendre leurs programmes...

Diabète : « Si une personne est petite et en surpoids, il y a déjà un facteur de risques. »

Ce mardi 24 mai se déroulait une matinée de sensibilisation sur la thématique du diabète. Organisée par le centre communal d’action sociale de la...
/* CODE DE SUIVI LINKEDIN----------------------------------------*/