test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Sur le mariage homosexuel, le grand oubli du Grand cadi

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Mahamoudou Hamada Saanda, Grand cadi de Mayotte, s’est fendu d’un communiqué daté du 3 juin rappelant que la religion musulmane interdit le mariage entre personnes du même sexe, avant d’affirmer un peu vite que le droit local le prohibe également. Le texte semble aussi malvenu, alors qu’un mariage civil (et absolument pas religieux) entre deux personnes du même sexe a été prononcé dernièrement à Mayotte et fait polémique aux Comores. Cette déclaration n’a pas manqué de faire réagir non plus le Département de Mayotte sur le fond et la forme (voir encadré).

C’est un mariage qui ne manque pas de faire couler beaucoup d’encre. Il y a une dizaine de jours, une Comorienne et une Réunionnaise se sont mariées civilement à Mayotte, brisant un tabou dans son pays d’origine pour la première. Notre article de notre correspondant à Moroni daté du lundi 3 juin relatait même les pressions exercées sur la famille aux Comores, pays qui pénalise les relations sexuelles entre les personnes de même sexe. A Mayotte, le Grand cadi de Mayotte, Mahamoudou Hamada Saanda, en remet aussi une couche en publiant un communiqué en s’épanchant sur la question religieuse, le lundi 3 juin. Il rappelle que « l’islam n’autorise pas l’union et la célébration du mariage entre deux femmes ou deux hommes », oubliant peut-être que ledit mariage était civil et aucunement religieux.

En outre, il affirme que « le droit local mahorais, au demeurant protégé par l’article 75 de la Constitution française au même titre que les droits locaux des outre-mer, ou de l’Alsace Moselle, n’autorise que le mariage entre un homme et un femme ». Il omet de préciser toutefois que le premier article de l’ordonnance du 3 juin 2010 stipule que « l’exercice des droits, individuels ou collectifs, afférents au statut civil de droit local ne peut contrarier ou limiter les droits et libertés attachés à la qualité de citoyen français ». Ainsi, le mariage entre personnes du même sexe étant autorisé en France depuis le 17 mai 2013, il devient compliqué de lui opposer aujourd’hui le droit local mahorais. Il a d’ailleurs été prononcé (civilement) à plusieurs reprises sur le territoire.

« La plus grande vigilance »

Appelant les musulmans « à la plus grande vigilance quant à la préservation de leur foi « Imane », en ce sens que ces pratiques conjugales de même sexe ne sont pas au nombre de nos valeurs et coutumes identitaires à Mayotte où la population est à plus de 95% musulmane », le Grand cadi de Mayotte montre que le tabou autour de l’homosexualité a encore la vie dure à Mayotte.

Dans son courrier surmonté de la mention « République française », celui qui dépend du conseil départemental de Mayotte (voir encadré) compare « le pluralisme grandissant des cultures au niveau local » à « une richesse qui ne doit conduire en aucune façon au déracinement de la société mahoraise au nom d’une liberté médiatique ou d’une autre liberté républicaine d’ailleurs ».

Il appelle cependant « aux respects des valeurs des uns et des autres qui reste le curseur vers la paix civile sur le département de Mayotte ».

Une mise au point faite par Ben Issa Ousseni

Le communiqué du Grand Cadi n’a pas manqué de faire réagir Ben Issa Ousseni, le président du conseil départemental de Mayotte, qui ne cache pas ces derniers mois son envie de réformer l’activité cadiale. Sur le sujet du mariage homosexuel, le chef de la collectivité départementale « rappelle l’attachement de la collectivité qu’il préside, aux principes et aux lois de la République au sein de laquelle, Mayotte s’inscrit. Le président du conseil départemental regrette, par ailleurs, l’usage non autorisé de l’en-tête du Département, le Grand Cadi ne bénéficiant pas d’une délégation de signature lui permettant de s’exprimer au nom de l’exécutif départemental ». A la fin de son communiqué, « il en appelle au respect des règles administratives » et invite le chef religieux au dialogue, « préalablement à une prise de décision de nature à porter préjudice à l’institution départementale ».

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Un jeune homme de 22 ans tué à Bonovo ce samedi

Un jeune homme, âgé de 22 ans, a été retrouvé mort avec une large plaie à l’arrière du cou, dans la soirée de samedi,...

Elections législatives : douze candidats à l’assaut des deux circonscriptions mahoraises

La liste des candidats mahorais pour les élections législatives des 30 juin et 7 juillet est désormais connue. Quatre seulement se présentent dans la...

Théophane « Guito » Narayanin ne sera pas candidat aux élections législatives

Battu par Estelle Youssouffa en 2022, au second tour des élections législatives, Théophane « Guito » Narayanin a indiqué par un communiqué, ce vendredi,...

Le Rassemblement national sera défendu par Anchya Bamana

Anchya Bamana est investie officiellement candidate Rassemblement national pour les élections législatives du 30 juin et 7 juillet dans la deuxième circonscription de Mayotte....

Élection au Medef : L’assemblée générale de ce vendredi ajournée par la justice

Saisi par Nizar Assani Hanaffi via un référé, le tribunal judiciaire de Mamoudzou annule ce jeudi les décisions prises par le conseil d’administration du...