L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

L’Iedom touchée par sa première grève depuis 25 ans

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

L’Institut d’émission des départements d’Outre-Mer (Iedom), qui fait office de banque de France sur les territoires ultramarins, connaît son premier mouvement de grève depuis 25 ans. Ce mercredi, les deux-tiers des agents dénoncent un malaise et réclament les mêmes avantages que leurs collègues des autres départements.

C’est un cas personnel qui a débouché sur le mouvement collectif à l’Institut d’émission des départements d’Outre-Mer (Iedom). Selon les agents grévistes rencontrés ce mercredi, l’un des leurs a été sanctionné récemment pour une faute réalisée dans le cadre de son travail. S’ils ne contestent pas la sanction, ils la jugent sévère de la part de la direction*. « Ça a réveillé autre chose », confirme Daniel Zaïdani, le conseiller départemental et employé de l’Institut. « Si la direction est sévère, c’est qu’elle souhaite être exigeante et avoir des services efficaces. On est d’accord à partir du moment où on a les mêmes conditions que les autres », poursuit l’ancien président du conseil départemental. Une dizaine d’agents, sur les quatorze qui y travaillent ont donc commencé une grève, ce mercredi matin, la première depuis 25 ans à l’Iedom. Ils ont installé un barnum CGT, seul syndicat présent à l’Iedom, et des affiches sur les grilles de l’enceinte sécurisée.

L’ambiance est bon enfant, les grévistes espèrent avoir gain de cause sur leurs revendications et louent un dialogue social qui reste continu. « On a eu une réunion vendredi et un point lundi. Le directeur dit ne pas comprendre nos revendications, qu’il y a eu du rattrapage, mais on ne peut pas appeler ça du rattrapage ! », estime Ali Assadilah, délégué CGT de l’organisme. Les agents souhaitent une indexation de leurs salaires comme les autres fonctionnaires du territoire mahorais (à 40%) ou leurs collègues de La Réunion. Dans la même démarche, ils veulent le complément familial et des mesures contre la pénibilité.

« A l’Iedom, quand l’agent n’en peut plus, on le remplace », regrette Daniel Zaïdani.

*Nous n’avons pas eu de réponse de la direction, ce mercredi.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1078

Le journal des jeunes

À la Une

Retour autorisé des manzaraka et des pool parties

La préfecture de Mayotte continue de desserrer la vis grâce à une saison des pluies particulièrement abondante qui a permis de remplir à la...

Une plainte déposée dans l’affaire des conteneurs de Bandraboua

Mayotte Nature Environnement (MNE), une association pour l’environnement à Mayotte, annonce avoir porté plainte à cause des conteneurs, bacs de tri et déchets présents...

Barrages : Une réunion de « sortie de crise » aboutit à un consensus

C’est officiel. Les barrages des Forces vives sont levés afin d’accorder « le bénéfice du doute » au gouvernement, après l’annonce de nouvelles mesures attendues au...

« C’est important que la population sache vers quels élus se tourner »

Alors que les barrages se lèvent, plusieurs manifestants veulent pouvoir suivre le travail des élus devant répondre à leurs revendications. C’est pour cela qu’à...

Habitat informel : Le délai de flagrance porté à 96 heures contre 48 heures auparavant

Le projet de loi sur la rénovation de l’habitat dégradé a été voté à l’unanimité, ce mercredi soir, au Sénat. Il inclut un changement...