100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Une transmission du covid-19 moins facile en zone chaude

À lire également

Mayotte : la cause de la mort de personnes atteintes du Covid-19 passée sous silence ?

Le conseil d’État a été saisi par une entreprise locale de pompes funèbres concernant de graves accusations de dysfonctionnement dans la gestion de morts atteints du Coronavirus. Si aucune décision n’a encore été rendue, Jean L’Huilier, croque-mort, détaille les raisons qui l’ont motivé à intenter une telle action en justice. 

Mayotte dans le spectre d’une pénurie alimentaire

Les aides alimentaires semblent partir d’une bonne intention. Pourtant, cette initiative pourrait rapidement vider les rayons des magasins et provoquer une pénurie sur l’île, dans quelques semaines, si les acteurs sociaux ne changent pas de stratégie.

 

Le coronavirus a fait son entrée au CRA de Mayotte

Alors qu’associations et syndicats de police s’inquiétaient le mois dernier des conséquences sanitaires qu’impliquait la réouverture du centre de rétention administrative, les derniers ours viennent leur donner raison. Plusieurs cas de coronavirus y ont en effet été détectés, sans que les mesures nécessaires à contenir la propagation du Covid-19 ne soient prises.

“J’ai dû mentir sur ma fièvre pour être pris en charge”, un policier malade témoigne

Un policier, hospitalisé depuis ce lundi au CHM après avoir contracté le Coronavirus regrette la prise en charge dont il a été l’objet jusqu’à présent. Selon son témoignage, ce père de famille aurait été conduit à mentir sur son état pour, qu’enfin, un dépistage lui soit proposé.

 

L’hypothèse, souvent abordée lors du début de l’épidémie, tend à se confirmer. L’Académie nationale de médecine a rendu publique son étude évaluant l’effet du climat sur le Covid-19. Résultat : la température et l’humidité jouent bien un rôle dans la transmission.

La nouvelle pourrait contribuer à trouver une piste de sortie à la pandémie de Covid-19, ou en tout cas d’ajuster les méthodes de prévision. Dans une étude rendue publique le 25 mai, l’Académie nationale de médecine confirme en effet la corrélation entre climat et transmission du Covid-19.

À l’origine de l’hypothèse, un constat : “Plusieurs travaux montrent que l’élévation de la température et du taux d’hygrométrie [degrés d’humidité de l’atmosphère] affecte la viabilité du virus et réduit le nombre d’infections”, détaille l’Académie dans son communiqué de presse. Un lien entre température et épidémie quantifiées puisque “1 degré de température [est] associé à une diminution de 3,1 % des nouveaux cas et de 1,2 % des décès”.

Sur la base de ce constat, une enquête comparative a donc été réalisée à partir d’un réseau de 19 professionnels de santé – médecins, pharmaciens et cadres de santé – sur trois zones : tempérée avec la France et l’Italie ; africaine intertropicale avec le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso, le Mali, le Togo et le Gabon ; et les Dom-Tom, Mayotte comprise. Le tout en croisant plusieurs données, telles que les cas confirmés, les cas importés, autochtones, le nombre d’hospitalisations, de décès, la densité de population, etc., ainsi que les températures moyennes hebdomadaires relevées. Et les résultats sont clairs : “[Ils] attestent que l’indice de diffusion, de 2,67 en Europe pour une température moyenne de 11,2 °C, s’abaisse à 0,03 en Afrique subsaharienne ou la température moyenne s’élève à 34,8 °C.” Autrement dit, “ils confirment les observations selon lesquelles les climats chauds ont un effet réducteur sur la transmission [du virus] et confortent l’hypothèse d’une influence saisonnière du climat sur l’épidémiologie du Covid-19 dans les pays tempérés.”

Tenir compte du facteur climatique

La conclusion, si elle s’avère rassurante pour les zones intertropicales, amène toutefois son lot de changements. C’est notamment le cas en ce qui concerne les modélisations du phénomène épidémique. L’Académie recommande d’ailleurs d’intégrer désormais le facteur climatique, mais aussi les prévisions météorologiques, dans celles-ci. Si la nouvelle peut sembler positive pour les zones bénéficiant de températures chaudes, elle laisse toutefois entrevoir un risque réel de reprise de l’épidémie dans l’hémisphère nord après la saison estivale. Une possibilité déjà abordée qui tend là à se confirmer. Quant à Mayotte, elle semble faire figure d’exception compte tenu des conclusions exposées par l’étude. En tout cas, ces dernières laissent entrevoir ce qu’aurait été la situation du territoire sans les effets vraisemblablement bénéfiques de notre climat.

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°976

Le journal des jeunes

À la Une

Aïcha, Nazla, Samira, Nayla, Soilahoudine et Noël, ambassadeurs des JO 2024

Du 9 au 17 octobre, six élèves de la classe Pierre de Coubertin-Alice Milliat sont allés enrichir leurs connaissances des Jeux Olympiques à Paris...

Les Naturalistes et 50 bénévoles paient un brin de toilette à l’îlot Mbouzi

Samedi matin, une cinquantaine de volontaires répondait à l'appel des Naturalistes de Mayotte pour une opération de nettoyage de l'îlot Mbouzi. Interdite aux visiteurs,...

Tsunamis et séismes à Mayotte, la nouvelle campagne de prévention est lancée

Le vendredi 26 novembre à la Case Rocher avait lieu le lancement de la nouvelle campagne de sensibilisation aux risques sismique et tsunamique à...

Les fonds européens se dépoussièrent au service des porteurs de projets mahorais

Le groupement d’intérêt public de Mayotte consacré aux fonds européens s’est présenté aux porteurs de projets privés et publics ce vendredi 26 novembre à...

Les taxis mabawa veulent plus que les miettes

Alors que les taximen mahorais ont déjà fort à faire avec les projets de transports interurbains que développe le département, ils doivent aussi faire...