Reprise des vols et prolongement de l’état d'urgence : le grand flou à Mayotte

Reprise des vols et prolongement de l’état d'urgence : le grand flou à Mayotte

Coup dur pour le département : avec l'annonce du prolongement de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 30 octobre inclus, Mayotte tombe de haut. Alors que chacun espérait entamer un retour à la normale, le gouvernement a choisi de lui appliquer les mêmes mesures qu'en Guyane. Incompréhension, agacement et nombreuses réactions, agrémentées d'un soupçon puisque l'aéroport de Mayotte rouvre dès cette semaine avec la reprise des vols commerciaux. 

Une fois n'est pas coutume ces temps-ci, une bonne nouvelle annoncée hier. Dans un communiqué, la préfecture annonce que "le président de la République a validé en Conseil restreint de défense et de sécurité nationale, tenu le vendredi 19 juin, la reprise des vols commerciaux depuis et vers Mayotte". Mieux : "Dès cette semaine, une première liaison aérienne commerciale hebdomadaire aller-retour, avec l'île de La Réunion va être mise en place. Les fréquences entre Paris et Mayotte vont être progressivement augmentées. Elles seront au nombre de deux la semaine du 22 juin, quatre la semaine du 29 juin et cinq la semaine du 6 juillet." 

De quoi soulager les questionnements quant à la capacité de se déplacer hors Mayotte ? Oui et non car "pour voyager depuis ou vers Mayotte, un motif impérieux d'ordre personnel ou familial, un motif de santé relevant de l'urgence ou un motif professionnel ne pouvant être différé est nécessaire.". En somme, la mesure demeure très restrictive, d'autant qu'en plus de l'attestation dérogatoire nécessaire pour embarquer, un justificatif doit être fourni pour prouver ladite "impérieuse nécessité". Autant dire qu'il ne s'agit pour le moment que d'une semi-réouverture même si la préfecture la qualifie, en substance, de "période de 15 jours de normalisation du trafic aérien". Doit-on s'attendre à un assouplissement par la suite ? Difficile à dire. 

Un prolongement de l'état d'urgence qui fait du bruit 

L'annonce intervient quelques jours après la décision de prolonger l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 30 octobre inclus à Mayotte et en Guyane. Bien que les décrets d'application doivent encore être publiés, l'annonce a suscité moults réactions d'agacement dans le 101ème département, où l'épidémie de Covid-19 semble confirmer son retrait, au contraire de notre homologue outre-Atlantique. 

Parmi les premiers à réagir, le député Mansour Kamardine qui, dans notre édition du vendredi 19 juin, expliquait être "profondément déçu. (…)", estimant que "la perception que l’on donne à l’extérieur n’est pas à minimiser, elle peut réellement impliquer un véritable découragement. (…) Le discours du gouvernement n’est pas audible, il souffre d’incohérences majeures lorsque, dans le même temps, il demande la réouverture des écoles, que les gens retournent au travail, que les élections se tiennent et il prolonge l’état d’urgence sanitaire. Par ailleurs, je vois dans cette prolongation une atteinte extrêmement grave à notre liberté de mouvement alors que rien ne le justifie plus". 

Le parlementaire n'a pas été le seul à s'insurger. Samedi, c'est le président du conseil départemental, Soibahadine Ibrahim Ramadani, qui écrivait au premier ministre pour réclamer, à la suite de cette prolongation, un assouplissement des mesures liées à l'état d'urgence sanitaire. "Cette décision, si elle devait être confirmée, est un coup très dur porté à Mayotte, à un moment où il est pourtant primordial (…) de relancer l’économie locale et le tourisme très durement affectés par la crise 

sanitaire, économique et sociale liée au Covid-19", réagissait le président en rappelant – citant une étude de l’agence de développement et d'innovation de Mayotte (ADIM) menée avec le comité départemental du tourisme, le MEDEF, la CCI et l’UMIH auprès de 75 entreprises du tourisme de l’hébergement marchand et de la restauration de Mayotte – qu'entre "mars 2019 et mars 2020, les entreprises interrogées ont par exemple perdu 60,6% de leur chiffre d'affaires". L'élu estime enfin que "Mayotte ne peut se permettre de subir cette double peine imposée : celle de la pandémie du Covid-19, à laquelle viennent désormais se greffer des mesures très pénalisantes en termes de transport aérien, d’activité économique, conduisant à l’isolement de l’île". 

Ô rage, Ô désespoir 

Plus récemment, hier, l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie de Mayotte (UMIH 976) montrait également son mécontentement. Et elle commençait en soulevant les paradoxes d'un déconfinement qui ne dit pas son nom : "L'économie mahoraise plonge inexorablement dans une léthargie aux perspectives dramatiques. Le gouvernement a fait le choix de maintenir Mayotte et la Guyane en état d'urgence sanitaire jusqu'en octobre. Le monde économique s'interroge sur les éléments tangibles qui justifient un tel choix au regard de certaines exceptions : le maintien des élections municipales à Mayotte et une interdiction maintenue en Guyane [qui] démontre que la situation des deux territoires n'est en aucun cas comparable ; le maintien de l’interdiction aux restaurateurs d’exploiter leurs salles alors que des commerces accueillent du public dans des conditions totalement aléatoires en l’absence d’encadrement de proximité pour l’application des règles de distanciation et des gestes barrières ; [et] la forte restriction des vols commerciaux alors que des échanges entre régions beaucoup plus touchées par le Covid reprennent en métropole." 

Et de préconiser, dans l'hypothèse où l'état sanitaire serait bel et bien prolongé, plusieurs solutions, parmi lesquelles "une reprise immédiate des vols commerciaux pour assurer le retour du tourisme d’affaire qui jusqu’alors était le dernier segment dont pouvaient profiter les acteurs du tourisme mahorais et la mise en place d'un avion-cargo pour assurer l'approvisionnement du monde économique". "Sans la mise en œuvre de ces solutions", précise l'organisme, "nous entrevoyons des perspectives désastreuses pour l’économie en général et pour l’emploi en particulier". 

Des préoccupations partagées par le Medef, ce dernier n'hésitant pas à implorer : " Cet amendement ne doit en aucun cas être appliqué à Mayotte. (…) L'état d'urgence doit s'arrêter le 10 juillet 2020 à Mayotte. Entendez nos voix, nos entreprises se meurent et ne rouvriront plus jamais si cela se confirme, laissez-nous travailler et le peu d'espoir qui nous restait à l'approche du 22 juin et du 10 juillet 2020." Dans le détail, "grâce aux mesures d'urgence, beaucoup survivent et tiennent encore le coup. Cependant, l'annonce du 17 juin sur le prolongement d'état d'urgence à Mayotte jusqu'au 30 octobre est lourde de conséquence", explique le syndicat. Il poursuit : "Alors que nous nous battons tant bien que mal pour relancer l'activité économique et éviter le marasme social et sociétal, cette décision vient amplifier nos inquiétudes et renforcer notre désespoir. Plusieurs entreprises ont dû se séparer de leurs collaborateurs malgré la mise en place de l'activité partielle. Plusieurs également, si ce n'est toutes, ont de graves problèmes de trésorerie et peinent à renouer avec leurs clients. (…) Nos entreprises ne se remettront pas de cette décision qui n'est pas justifiée comme en Guyane. Cet amendement ne doit en aucun cas concerner Mayotte. Avec 84% de la population sous le seuil de la pauvreté et 40% de chômage, que deviendront ces chiffres en 2021 ? Ainsi, nous demandons à tous nos élus et tous nos parlementaires de saisir le président de la République, le premier Ministre, la ministre de l'Outre-mer et le préfet de Mayotte. Nous demandons la réouverture au 22 juin 2020 de tous les vols commerciaux vers la France." 

Quoi qu'il en soit quant à l'issue de cette prolongation, le flou général autour de la reprise des vols aura au moins eu le mérite d'unir nombre d'acteurs locaux autour d'un mot d'ordre : ne pas se contenter de déconfiner Mayotte, et assumer désormais de la désenclaver.  

Voyager ? Oui mais sous conditions ! 

Être autorisé à voyager pour motifs impérieux n'exclut pas de se plier aux mesures sanitaires imposées. Ainsi, si pour les voyageurs atterrissant en métropole en provenance de Mayotte, aucun test n'est exigé, ce n'est pas le cas pour ceux qui s'envolent vers La Réunion. Le département voisin impose en effet qu'un test soit réalisé 72h avant le départ et qu'un isolement de sept jours soit observé à l'arrivée. Si le test n'a pu être fait, une quatorzaine stricte devra être respectée à l'arrivée. 

Par ailleurs, le département de La Réunion mène actuellement un expérimentation "dont les résultats sont susceptibles d'inspirer les futures procédures de déplacements dans les DOM", précise l'ARS. Deux variantes : 

- Pour les personnes ayant réalisé un test avant l’embarquement : si le test est négatif, elles bénéficient d’une procédure accélérée d’accueil (file réservée). Il leur est demandé de rester isolées pendant 7 jours à l’endroit de leur choix (domicile, hôtel réservé par les intéressés ou leur employeur, location saisonnière, hébergement dans la famille ou chez des amis). Et, à l’issue des 7 jours, de subir un nouveau test réalisé sur prescription médicale ou sur présentation du billet d’avion. Si ce second test est à nouveau négatif, la quatorzaine est suspendue. 

- Pour les personnes n’ayant pas réalisé de test avant l’embarquement : Un test est proposé à l’aéroport, lors d’un accueil sanitaire standard (temps de parcours estimé à 3-4h en moyenne). Les personnes choisissant d’effectuer leur quatorzaine à domicile doivent suivre une quatorzaine stricte et sont suivies par l’ARS. Elles peuvent bénéficier d’un test sur prescription de leur médecin traitant.

Abonnement Mayotte Hebdo