Propagation du virus : vers un répit à Mayotte

Propagation du virus : vers un répit à Mayotte

Mayotte toucherait-elle du doigt le déclin de l’épidémie de Covid-19 ? Si la vigilance continue de s’imposer, les chiffres publiés par l’ARS tendent à rassurer. À défaut de la certitude d’une sortie de crise immédiate, on assiste en tout cas, au moins, à une période de répit. 

Sept cas de Covid-19 supplémentaires par rapport à la veille et une marche symbolique de 2.000 cas toujours pas atteinte : sans s’emballer pour autant, l’agence régionale de santé observait l’avenir de manière un peu plus sereine qu’à l’accoutumée, hier, lors de la désormais traditionnelle présentation des chiffres de l’épidémie. Au total, 1.993 cas étaient confirmés à Mayotte, dont “les trois quarts guéris”, précisait la directrice de l’organisme, Dominique Voynet. 

Des chiffres qui ne tiennent toutefois pas compte de la dernière salve d’analyses d’une centaine de tests menés à la prison de Majicavo, et dont les résultats étaient encore attendus. Toutefois, le nombre de personnes à risques au sein de l’établissement pénitentiaire est “très réduit”, et l’isolement inhérent à leur privation de liberté rend inopérant le risque de transmission. Ce sont donc surtout les gardiens qui représentent un risque du fait de leurs allers et venues entre l’extérieur et l’intérieur de la prison. D’où l’importance majeure du contact-tracing de ces derniers. 

Hormis ce principal cluster, on observe donc une diminution des cas positifs par rapport à la semaine dernière et un taux de positivité lui aussi en baisse depuis, pour sa part, trois semaines. Logiquement, le taux d’hospitalisation baisse lui aussi. En service de réanimation, par exemple, “nous avons largement ce qu’il faut” en termes de lits. Et si cette diminution du nombre de cas est souvent imputée à une baisse des tests pratiqués – baisse réelle compte tenu des difficultés à obtenir les matériels nécessaires, mais aussi de la baisse des prescriptions, des demandes de tests par de potentiels porteurs du virus, etc. –, elle ne contrecarre pas la baisse constatée du taux de positivité, ni celle du R0. Un R0 toujours en dessous de 1, et pour lequel “nous n’observons pas, à ce stade, de hausse à la suite des préparatifs de l’Aïd”, qui avait notamment vu l’organisation d’un marché non déclaré et très fréquenté à Majicavo-Dubaï. Rassurant, mais la vigilance doit toutefois demeurer. 

Dengue : le plus dur est passé 

Autre épidémie, particulièrement forte cette année : la dengue. Celle-ci touche vraisemblablement à sa fin avec, malgré des indicateurs qui demeurent encore élevés, un “effondrement du nombre de consultations, des hospitalisations, et du nombre de tests”, a constaté Dominique Voynet. Verrait-on le bout du tunnel d’une année épidémique décidément bien agitée ? C’est à espérer.

Abonnement Mayotte Hebdo