L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

« On est dans une épidémie classique » de gastro-entérite

À lire également

Mayotte : la cause de la mort de personnes atteintes du Covid-19 passée sous silence ?

Le conseil d’État a été saisi par une entreprise locale de pompes funèbres concernant de graves accusations de dysfonctionnement dans la gestion de morts atteints du Coronavirus. Si aucune décision n’a encore été rendue, Jean L’Huilier, croque-mort, détaille les raisons qui l’ont motivé à intenter une telle action en justice. 

Mayotte dans le spectre d’une pénurie alimentaire

Les aides alimentaires semblent partir d’une bonne intention. Pourtant, cette initiative pourrait rapidement vider les rayons des magasins et provoquer une pénurie sur l’île, dans quelques semaines, si les acteurs sociaux ne changent pas de stratégie.

 

Le coronavirus a fait son entrée au CRA de Mayotte

Alors qu’associations et syndicats de police s’inquiétaient le mois dernier des conséquences sanitaires qu’impliquait la réouverture du centre de rétention administrative, les derniers ours viennent leur donner raison. Plusieurs cas de coronavirus y ont en effet été détectés, sans que les mesures nécessaires à contenir la propagation du Covid-19 ne soient prises.

“J’ai vraiment cru ne pas avoir de vol”, un médecin raconte son périple ubuesque pour venir renforcer les équipes du centre hospitalier de Mayotte

Jérémie Gallon, comme des dizaines de membres du corps médical a pris la décision de venir prêter main-forte au CHM. Mais comme des dizaines de ses confrères ou collègues, il a d’abord dû, avant de partir “au front” contre la crise sanitaire, affronter “ce que l’administration peut faire de pire”. Récit d’un voyage en absurdie.

 

Pendant l’hiver austral, de juin à septembre, le territoire de Mayotte est sujet à une épidémie de gastro-entérite. Au regard de la situation épidémiologique en cours sur le territoire, l’Agence régionale de santé (ARS) a tenu une conférence de presse ce mardi, pour faire part de l’épidémie en cours. Côté fièvre typhoïde, deux nouveaux cas ont été détectés dernièrement (voir encadré).

on-est-dans-une-epidemie-classique-de-gastro-enterite
Des mesures d’hygiène essentielles, comme le lavage des mains régulier, permettront de réguler l’épidémie de gastro-entérite à Mayotte.

Depuis trois semaines, une augmentation des indicateurs de surveillance épidémiologiques de la gastro-entérite est constatée. « On voit qu’il y a une nette augmentation notamment chez les enfants de moins de cinq ans », constate Youssouf Hassani, responsable de la cellule Mayotte de Santé publique France. Une augmentation qui se fait ressentir au niveau de l’activité de passage aux urgences, avec un taux de 8 % en semaine 33, passant à 25 % en semaine 35. « Il n’y a rien d’exceptionnel par rapport à la saison », rassure-t-il. En 2019, une forte épidémie avait eu lieu et le taux de passage aux urgences était monté jusqu’à 32 % au mois d’août.

Des indicateurs en augmentation

« Cette épidémie de gastro-entérite aigüe a un impact sur le système de santé et principalement sur les urgences », constate Olivier Brahic, directeur général de l’ARS. Active sur le territoire depuis plusieurs semaines, la gastro-entérite a connu un bond le week-end dernier aux urgences du centre hospitalier de Mayotte, ainsi l’explique Alimata Gravaillac, cheffe du service des urgences du CHM : « on a constaté que plus de la moitié des motifs d’entrée des enfants portait sur la gastro-entérite ». D’après elle, ce mardi, en box pédiatrique, 70 % des enfants étaient présents pour des motifs de gastro-entérite. « Certes, ils ne sont pas tous graves, mais ce sont des enfants qui vont nécessiter une surveillance, ce qui augmente notre activité », complète-t-elle.

Une surveillance virologique également en hausse, avec une augmentation du nombre de prélèvements positifs et un taux de positivité atteignant 69 %. « Quand on est en période épidémique, on a une augmentation du taux », explique le responsable de Santé publique France. Le germe le plus présent est le rotavirus, « c’est le virus que l’on observe lors d’épidémie », informe-t-il. Cette infection peut entrainer une déshydratation sévère chez les nourrissons et enfants. Elle est donc à surveiller, tout comme le poids de l’enfant. Une bonne hydratation est nécessaire, et s’il est nécessaire, consulter un médecin de proximité pour une prise en charge.

Des mesures d’hygiène essentielles à respecter

Afin de lutter contre l’augmentation de cette épidémie, l’Agence régionale de santé a rappelé qu’il était important de renforcer les mesures d’hygiène. La gastro-entérite étant une maladie manuportée, le lavage des mains le plus régulièrement possible est recommandé. « C’est vrai que la crise de l’eau peut rendre plus compliquée la mise en œuvre des recommandations et principalement celle liée au lavage des mains », admet Olivier Brahic. Pour lui, il faut rationaliser le sujet, « il n’y a pas besoin d’hectolitres d’eau pour se laver les mains ». Il est donc important, dans le cadre de cette crise de l’eau que vit actuellement l’île et ses habitants, « de revenir aux gestes d’hygiène essentiels », afin d’éviter un pic épidémiologique. Cependant, Youssouf Hassani relativise en réaffirmant qu« on est bien dans une période d’épidémie de gastro-entérite, mais tous les indicateurs que nous surveillons montrent que nous sommes dans la normale saisonnière ».

Deux nouveaux cas de fièvre typhoïde découverts

En fin de semaine deux nouveaux cas de fièvre typhoïde ont été identifiés sur le territoire. Depuis le début de l’année, neuf cas avaient été relevés. « La fièvre typhoïde est une maladie endémique à Mayotte, l’an passé de gros foyers avaient été trouvés et atteint 123 cas sur le territoire », précise Olivier Brahic, directeur général de l’Agence régionale de santé de Mayotte. En 2022, les investigations qui avaient été réalisées portaient sur des problématiques liées à l’alimentation, « là, il s’agit de deux cas isolés et sporadiques comme on découvre de manière régulière sur le territoire », constate ce dernier. Ces deux cas isolés pourraient provenir d’une contamination liée à l’utilisation d’eau issue d’un puits. « Cette hypothèse nous permet de rappeler, dans le cas de cette crise de l’eau, qu’en aucun cas, l’utilisation de l’eau d’un puits ne peut être utilisée pour l’alimentation », rappelle le directeur. Des mesures exceptionnelles seront mises en place, notamment la vaccination des personnes contacts identifiés.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1085

Le journal des jeunes

À la Une

Un préavis de grève déposé à l’Université de Mayotte

L’intersyndicale du campus de l’Université de Mayotte (ex-CUFR), CGT et Snesup-FSU, a déposé un préavis de grève, ce jeudi, pour un commencement dès le...

Logement : Dzoumogné au carrefour des nouvelles constructions de la SIM

Village central du nord de Mayotte, Dzoumogné compte un nouvel ensemble de 18 logements sociaux construits par la société immobilière de Mayotte (SIM), à...

Crise de l’eau : Près d’un million de bouteilles collectées au concours organisé par Citeo

Du 18 mars au 13 avril, Citeo a organisé un concours, intitulé « Hifadhuichisiwa », pour inciter les habitants à collecter le plus de bouteilles en...

Une CCI de Mayotte prête à jouer davantage une fonction de support

Il y a du changement à la Chambre de commerce et d'industrie de Mayotte (CCIM) avec l’arrivée d’un nouveau directeur général des services en...

Wuambushu 2 : Une opération qui prend de court les policiers ?

Deux porte-paroles de syndicats policiers regrettent le manque de concertation dans les derniers préparatifs de « Mayotte place nette », le nouveau nom donné à l’opération...